Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Alain Lebaudy, président de l’association Fourrages 14
Dans le Calvados : opération paille terminée !

Dans le Calvados, 34 éleveurs ont bénéficié de l’opération solidarité paille. Initiée par la FDSEA 14 et les Jeunes Agriculteurs, via leur association Fourrages 14, l’action s’est achevée mardi et mercredi. Les 11 derniers camions sont arrivés dans les fermes du Calvados. Au total 80 voyages ont été effectués.

Votre sentiment sur cette opération paille.
Alain Lebeaudy : Je suis content que cette opération se termine. Nous avons finalisé les derniers voyages. Mardi, les 11 derniers camions sont arrivés dans le Calvados. Pour le côté transport, l’opération paille est terminée.

Le transport était l’aspect le plus délicat à organiser ?
Oh, nous avons aussi eu beaucoup de difficultés pour faire réaliser le travail de pressage, de mise en bout de champ et de chargement. D’un point de vue météo, la période de moisson n’était pas évidente à gérer. Il fallait jongler entre les moissons, les agriculteurs pressés de libérer leurs terres pour les colzas et la disponibilité des entrepreneurs. Surtout que deux fois, on nous a laissé tomber. Au final, un entrepreneur consciencieux a achevé le travail. Car il a plu. Donc les andains ont été retournés une ou deux fois.

Dans ces conditions, quid de la qualité des pailles ?
Globalement, les pailles sont bonnes. Malheureusement, quelques balles de dessus de pile ont pu être mouillées.  Nous ferons un geste pour les agriculteurs qui recevraient de mauvaises balles. Il s’agit d’une opération de solidarité. Nous la basons sur l’honnêteté et la confiance de tous. D’ailleurs j’en profite pour remercier les agriculteurs pour leur compréhension.

Au final, quelle est l’origine des pailles fournies dans le Calvados ?
En ce qui concerne la FDSEA 14 et son association Fourrages 14, les pailles sont issues du Val-d’Oise. Au départ, nous étions en contact avec l’Eure. Mais au final, leurs surfaces n’étaient pas suffisantes.
À mesure que la météo s’est améliorée, des céréaliers ne se sont-ils pas retrouvés avec des andains abandonnés sur leurs parcelles ?
Pour ce qui nous concerne, toutes les pailles retenues ont été enlevées. L’association Fourrages 14 a tenu sa parole et payé ses factures. À ce jour, tout est bottelé et rapatrié dans le Calvados. C’est aussi l’intérêt d’une vraie contractualisation.

Quels volumes ont été transportés ?
Nous avions retenu 400 hectares pour environ 1200 tonnes de paille. Les livraisons ont été terminées mardi soir.

Xavier Belin était dans l’Orne vendredi (lire page 2). Le président de la FNSEA a indiqué : « des volumes à transporter. Ça va encore être très long. Peut-être jusqu’à la fin de l’année ». Le Calvados a déjà terminé. Pourquoi votre opération a-t-elle été aussi rapide ?
Les volumes traités par les différentes régions ne sont pas les mêmes. Avec 1200 tonnes, nous faisons figure de petit soldat à l’échelle de cette opération nationale de solidarité. La Manche en a par exemple pris 11 ou 12 000 tonnes. Les départements du Sud en ont réservé encore plus. Le risque est maintenant que la paille se détériore avec le temps.

Votre opération s’achève. Que va devenir votre association Fourrages 14 ?
Elle pourrait s’adresser à d’autres aliments que la paille. L’association peut être réactivée si les besoins s’en font sentir.

Dernier point non-négligeable : le prix. Quel montant devront débourser les agriculteurs pour leur paille ?
Nous avions annoncé moins de 100 €/tonne. Nous nous y tiendrons. Le montant exact reste cependant à finaliser.


Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ELISE HEBERT
« Si je n’essaie pas, je serai déçue »
Anxieuse, mais bosseuse, Élise Hébert, 22 ans, est salariée de l’entreprise de travaux agricoles Vandecandelaère, à Saint-Manvieu…
MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité