Aller au contenu principal

Mise aux normes
De 100 à 60 000 euros

Elle peut être économique lorsque l’agriculteur prend le temps de la réflexion.

David Villand, “Mise aux normes rime aussi avec économie”.
David Villand, “Mise aux normes rime aussi avec économie”.
© E.C.
Mise aux normes ! Un sujet qui “titille” beaucoup d’agriculteurs. Quel prix ? Quel coût ? Quelles démarches et enfin que choisir ? David Villand, installé en individuel à Saint-Côme du Mont, s’est lui aussi posé ces questions. En agissant avec prudence et en raisonnant ses besoins, il a descendu son investissement initial de 100 000 à 60 000 euros. 4 ans de réflexion Installé en 1996, il prend la suite de ses parents, David Villand valorise aujourd’hui 282 000 litres de lait. “J’ai aussi une étable 10 places pour les veaux de boucherie (Veaux du bocage Normand) qui consomment 25 000 litres de lait par an”. A cela s’ajoute un autre atelier : 96 jeunes bovins (race charolaise). La SAU fait 92 ha d’un seul tenant, dont 40 ha de marais. “Le reste ? 22 ha de blé, 5 ha de féverolles, 12 ha de maïs, le reste en herbe”. La mise aux normes a commencé en 2002 et s’est achevée... en 2006. “Elle a duré 4 ans notamment en raison de l’évolution géographique de l’exploitation. J’avais un riverain très près, j’ai racheté le terrain, cela m’a permis de revoir mon projet de mise aux normes”. Au départ, David conçoit une fumière et un décanteur, tous les deux couverts; le lisier étant répandu dans les champs grâce à un asperseur. Une fois le problème du riverain réglé, David revoit son projet à la baisse. “La première version coûtait 100 000 euros. Dans la seconde, aujourd’hui opérationnelle, j’ai construit une fumière filtrante (non couverte) avec des matériaux d’occasion : traverses de chemins de fer et un solide grillage soudé. A la place du décanteur, j’ai substitué une fosse géomenbrane”. En final, l’investissement ne passe pas les 60 000 euros, dont 1/3 d’aides. Il est vrai que notre agriculteur n’a pas attendu pour entrer dans le PMPOA 2. Aujourd’hui, David Villand est aux normes, un travail qu’il ne regrette en aucun cas, il est vrai que le deuxième pilier de la politique agricole commune sera fortement lié à la protection de l’environnement sous toutes ses formes.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Implantation de la sucrerie AKS à Rouen : un château en Espagne ?
Où en est le projet d’implantation d’une méga sucrerie par une société dubaïote, sélectionnée par Haropa Port sur appel à…
Tuberculose bovine dans l'Orne : le point sur la prophylaxie 2022-2023
La campagne de prophylaxie tuberculose bovine a repris le 1er novembre 2022 dans l’Orne. Elle se terminera le 31 mai 2023. Cette…
Trois représentants de l’État visitent les fermes du Calvados
Le sous-préfet de Lisieux et la FDSEA, jeudi 17 novembre 2022. La sous-préfète de Vire et la Chambre, vendredi 18 novembre 2022.…
[EN IMAGES] La juge est fan de Jeannette dans la Manche
L’édition 2022 a été un bon cru pour le concours interdépartemental en race Normande à Saint-Hilaire-du-Harcouët le 7 novembre…
EARL De Quéry dans le Calvados : bien cibler les candidats pour céder sa ferme
François Divay, éleveur à Balleroy-sur-Drôme (14), n’a pas attendu le dernier moment pour préparer la transmission de son…
Ce qu'il faut retenir de la réforme de la PAC
La Chambre régionale d’agriculture de Normandie et la Caisse régionale du Crédit Agricole Normandie ont organisé, mardi 29…
Publicité