Aller au contenu principal

Mise aux normes
De 100 à 60 000 euros

Elle peut être économique lorsque l’agriculteur prend le temps de la réflexion.

David Villand, “Mise aux normes rime aussi avec économie”.
David Villand, “Mise aux normes rime aussi avec économie”.
© E.C.
Mise aux normes ! Un sujet qui “titille” beaucoup d’agriculteurs. Quel prix ? Quel coût ? Quelles démarches et enfin que choisir ? David Villand, installé en individuel à Saint-Côme du Mont, s’est lui aussi posé ces questions. En agissant avec prudence et en raisonnant ses besoins, il a descendu son investissement initial de 100 000 à 60 000 euros. 4 ans de réflexion Installé en 1996, il prend la suite de ses parents, David Villand valorise aujourd’hui 282 000 litres de lait. “J’ai aussi une étable 10 places pour les veaux de boucherie (Veaux du bocage Normand) qui consomment 25 000 litres de lait par an”. A cela s’ajoute un autre atelier : 96 jeunes bovins (race charolaise). La SAU fait 92 ha d’un seul tenant, dont 40 ha de marais. “Le reste ? 22 ha de blé, 5 ha de féverolles, 12 ha de maïs, le reste en herbe”. La mise aux normes a commencé en 2002 et s’est achevée... en 2006. “Elle a duré 4 ans notamment en raison de l’évolution géographique de l’exploitation. J’avais un riverain très près, j’ai racheté le terrain, cela m’a permis de revoir mon projet de mise aux normes”. Au départ, David conçoit une fumière et un décanteur, tous les deux couverts; le lisier étant répandu dans les champs grâce à un asperseur. Une fois le problème du riverain réglé, David revoit son projet à la baisse. “La première version coûtait 100 000 euros. Dans la seconde, aujourd’hui opérationnelle, j’ai construit une fumière filtrante (non couverte) avec des matériaux d’occasion : traverses de chemins de fer et un solide grillage soudé. A la place du décanteur, j’ai substitué une fosse géomenbrane”. En final, l’investissement ne passe pas les 60 000 euros, dont 1/3 d’aides. Il est vrai que notre agriculteur n’a pas attendu pour entrer dans le PMPOA 2. Aujourd’hui, David Villand est aux normes, un travail qu’il ne regrette en aucun cas, il est vrai que le deuxième pilier de la politique agricole commune sera fortement lié à la protection de l’environnement sous toutes ses formes.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ABATTOIR SAINT HILAIRE
Les élus mettent fin à la régie de l’abattoir de Saint-Hilaire
La communauté d’agglomération Mont-Saint-Michel Normandie a décidé le 15 décembre de mettre un terme à la régie de l’abattoir de…
Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Publicité