Aller au contenu principal

Innovation
VIDEO. De la cuisine au service : Lely Vector, le nouveau commis des éleveurs !

Lely robotise un peu plus sa gamme. Après le Juno, robot d’affouragement, le Vector est le dernier né de la famille Lely. Le robot se charge de tout : mélange et distribution de la ration. Deux prototypes fonctionnent actuellement en France. L’un d’eux est installé dans la Manche.

 

Approche économique

“Le Vector consomme 2€ d’électricité par jour pour 150 animaux. C’est vraiment minime comparé à un tracteur qui tourne 1 h 30”, estime Yves Lefrançais. Reste à savoir, si l’investissement sera rentable sur la durée. Lely a travaillé les arguments économiques de son projet. Premier d’entre-eux : l’efficacité alimentaire. En Hollande, un élevage est passé de 1,25 à 1,33 (Efficacité alimentaire =  kg de lait produit sur kg de matière sèche ingérée). “L’éleveur peut espérer une hausse de production de 5,5 %. Sur une ferme de 500 000 litres, ce gain 27 500 litres. Soit 8100 € de produit ou 3 vaches à 10 000 litres en moins”, estime Hervé Clautour. Le responsable du Vector s’appuie également sur une étude de Christian Savary. Selon les exploitations, il faut compter 4 à 8 € de fioul par jour. S’y ajoute également le coût du matériel. Lely estime également le gain en main d’œuvre, soit 5 900 € par an.
Les calculettes risquent de chauffer, car prix du Lely Vector avoisinerait les 180 000 €.

Fonctionnement


- Les vaches laitières ont accés à l’auge matin et soir lors de la traite. Le reste de la journée, elles sont en pâture. Le Vector distribue 6 à 7 fois par jour.

- Sur les taurillons, le robot fonctionne 24 h sur 24. La distribution varie selon les lots.

- Aucun refus n’est à signaler sur les laitières. Les auges des taurillons sont, elles, nettoyées toutes les deux semaines.

- A la SCEA Lefrançais, 3 circuits et 4 rations différentes sont programmés. Le tout varie selon les animaux.

- Les éleveurs programment également le temps de mélange additionnel. Il est par exemple de 2,30 minutes pour les vaches laitières.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Publicité