Aller au contenu principal

Parcours atypique
De la gendarmerie à la bergerie

Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados. Jeune retraité de la gendarmerie, le nouveau berger apprécie le travail agricole et exploite les atouts que son parcours lui a apportés.

De la gendarmerie à la bergerie
« Les factions de 12 heures la nuit en gendarmerie ne me manquent pas », sourit Christophe Salmon, aujourd’hui ouvrier agricole à l’EARL De Mathan et bien occupé par les agnelages au sein d’une bergerie de 550 brebis. De gauche à droite : Christophe et Jean Salmon, Ombeline, Grégoire et Joseph de Mathan.
© DR

Troquer l’uniforme bleu contre le vert de la cote de travail après vingt-sept années de service dans la gendarmerie nationale est une démarche atypique. Pourtant entreprise en 2018 et avec intérêt par Christophe Salmon, 52 ans, dorénavant ouvrier agricole à l’EARL de Mathan, à Longvillers (14). Il raconte : « j’ai fait quasiment dix années en escadron de gendarmerie mobile, pour ensuite entrer en poste dans le Calvados, en départementale, pour cinq ans. Enfin, j’ai travaillé pendant douze ans au centre d’appel de Caen. Je commençais à avoir fait le tour et surtout, je souhaitais travailler en plein air après ma retraite. Les factions de 12 heures la nuit en gendarmerie ne me manquent pas ». Christophe Salmon a toujours vécu à la campagne. « J’habite à Roucamps (14) où je donnais souvent un coup de main à un ami agriculteur. C’est d’ailleurs lui qui m’a mis en contact avec Grégoire de Mathan quand je cherchais du travail en tant qu’ouvrier agricole. »

Rigueur au travail

Aujourd’hui, l’ancien gendarme travaille dans une bergerie de 550 brebis, sur une ferme de 92 ha. Principalement chargé de l’élevage, il participe aussi aux travaux des champs, « quand il y a un coup de bourre dans les cultures ». Il ajoute : « j’aime surtout travailler avec les animaux, le tracteur ça ne me dérange pas mais ça n’est pas ce que je préfère ». Christophe Salmon a pu apprendre les spécificités des travaux de bergerie dans des conditions favorables : « j’ai eu un bon patron qui m’a tout fait voir. Entre lui et moi, ça a accroché tout de suite ». Grégoire de Mathan, l’employeur ajoute : « en élevage, quand on part, on n’est jamais serein, la rigueur et la confiance sont des éléments essentiels. Je sais qu’avec Christophe, je peux être tranquille puisqu’il aime le travail bien fait et a un réel profil élevage ». Et l’ancien gendarme de renchérir : « j’aime bien les choses ordonnées, c’est vrai ». Son fils, Jean Salmon, l’accompagne régulièrement à la bergerie et a hérité de la passion de son père : il souhaite travailler dans le milieu agricole à l’avenir.

Lire aussi Grégoire de Mathan : "Les agriculteurs ont du bon sens, pas besoin d’alourdir les règles"

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
RecyOuest monte son usine à Argentan
Après sept ans d’existence, la startup normande a pu poser la première pierre de son usine de recyclage de ficelles et de filets…
Publicité