Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Moissons
De la qualité mais des rendements en chute

L’année s’annonce particulièrement hétérogène. Les petites terres ont particulièrement souffert de la sécheresse.

Une récolte marquée par les incidents climatiques des mois précédents.
Une récolte marquée par les incidents climatiques des mois précédents.
© VM

Francis Jourdan, Synergie (secteur Calvados) :
Orges :
“En Calvados, les orges représentent 12 000 ha. Chez  nous c’est terminé. On a une moyenne de 50 à 100 qtx/ha avec un gros peloton à 70-80. Entre 13 et 15 % d’humidité. On a un poids spécifique de 65 pour les mauvais et de 75 pour les extras. Les conditions sèches du printemps ont permis une bonne fructification, et on profite aussi d’un état sanitaire remarquable. A noter que l’on voit l’arrivée de nouvelles variétés hybrides intéressantes qui se détachent de 10-15 % par rapport aux autres.”
Colzas : “Les colzas représentent 16 000 hectares en Calvados. Cela a à peine commencé depuis le week-end du 17-18 juillet, ils sont à peine mûrs. Le maître-mot qui revient c’est hétérogénéité, c’est la particularité de l’année. On peut avoir du très bon comme du très moyen. Le rendement sera à coup sûr nettement inférieur à l’an dernier où l’on caracolait à 50 quintaux. Cette année, je pense à 35-40 qtx à l’hectare. Ce qui est logique quand on se remémore la chronologie des conditions climatiques : un hiver assez long avec des alternances de gels puis un printemps aride avec des vents de nord-est suivi d’une sécheresse. On fait partie des départements les plus secs.”
Blés : “Les premiers blés sont impressionnants. On n’a pas eu d’eau, les rendements seront donc moindres, mais on a de très bons PS. Si le temps se maintient, en 10 jours tout sera moissonné, tout ira très vite. La végétation avait deux semaines de retard, mais la sécheresse a accéléré le cycle. Donc si la sécheresse dure, on aura de très bonnes qualités mais moins de rendements.”

François Parret et François-Xavier Rivière, Ets Lepicard (secteur Orne et Calvados) :
Orges d’hiver :
“Nous avons fini les orges d’hiver, avec un taux d’humidité correct entre 13 et 15 %. Notre poids spécifique connaît une année record : un PS de plus de 70, dont certains montant jusqu’à 75. Le climat, le stress ont affaibli les rendements, d’environ 10 qtx par rapport à l’an dernier. Quand on a moins de rendements, on gagne en PS.”
Orges : “On commence. Je pense qu’on peut tabler sur 75 qtx/ha en moyenne.”

Colzas : “Cela vient juste de commencer depuis le week-end du 17-18 juillet. Nous avons en effet un retard de maturité de l’ordre d’une semaine. Trois parcelles ont été moissonnées pour l’heure, donnant un rendement d’environ 35 qtx/ha.”
Blés : “Il y a un retard de maturité d’une semaine.”

Benoît Piednoir SA (secteur sud-ouest Orne) :
Orges :
“On commence à peine. Difficile de mesurer le potentiel. Nous sommes moins concernés dans notre secteur, nos parcelles doivent représenter 200 ha.”
Colzas : “Sont concernés environ 5 ou 600 ha. On débute. Je m’attends à 10 quintaux de moins à l’hectare par rapport à l’an dernier.”
Blés : “Pour l’instant la qualité devrait être au rendez-vous. Je prévois un très bon poids spécifique. Les premiers blés en général sont plutôt bons. Les blés devraient être bons du fait qu’on n’a pas eu d’eau, les pieds n’ont pas souffert. Le rendement sera en-dessous de l’an dernier de 10 qtx/ha. Mais on n’a pas de recul encore. On aurait 20-30 % de battus, on pourrait savoir. En fin de semaine 29 si le beau temps est là, les précoces seront rentrés déjà, du côté de Passais-la-Conception notamment.”

Sarl Lalande, dépôt de Le Mêle-sur-Sarthe (61) :
Colzas :
“Ils représentent 150-180 ha pour le dépôt de Le Mêle.  On en a battus 10 %. On pense à une trentaine de quintaux à l’hectare, un peu moins que l’an dernier. Les agriculteurs attendent pour battre.”
Orges : “Tout est terminé depuis vendredi soir 16 juillet. Nous avons récolté 700 tonnes sur Le Mêle (une centaine d’hectares). Cela va du simple au triple en rendements : de 50 à 80 quintaux/ha. C’est vraiment hétérogène. Un taux d’humidité de maximum 15 %.”
Blés : “En fin de semaine 30, on aura atteint les 20 % de battus. On a un retard de maturité d’une semaine et demi. Les premiers blés ont un très bon PS de 80. Les rendements semblent très moyens : entre 50 et 60.”

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité