Aller au contenu principal

Agroalimentaire
De la viande ornaise à la table libyenne : une proposition a été faite

Apparemment, la Libye a faim et souhaite reconstituer son cheptel. Est arrivé il ya quelques jours sur le bureau de GWJF (société d’ingénierie dont le siège est à Paris), un appel d’offre impressionnant : 20 000 moutons et 5 000 taurillons en vifs, 500 t de moutons congelés et 3 000 T de bœuf halal.

© DR
N’étant pas spécialiste de l’agroalimentaire, GWJF s’est tournée vers Nathalie Goulet, une connaissance. La sénatrice ornaise est en effet réputée pour avoir fait de l’agriculture un cheval de bataille. En campagne sénatoriale, Nathalie Goulet affirme ne pas disposer du temps nécessaire pour prendre en main le dossier. Elle a cependant fait abondamment circuler l’information, y compris dans les médias.
Contacté vendredi dernier, Jérôme Friler (gérant de GWJF) confirme l’opération. Sa société vient d’ailleurs de répondre officiellement à cet appel d’offre. Le montant de la transaction s’élèverait, avant négociation,  aux alentours de 10 Me. De la viande ornaise ? En partie simplement. Confidentialité oblige, Jérôme Friler reste très discret sur ses fournisseurs. Il assure cependant que toute la logistique est opérationnelle et que la réponse libyenne devrait tomber sous un mois.
Nathalie Goulet se félicite de ces dernières évolutions. “Il y a 10 ans, on avait participé en Irak au programme pétrole contre nourriture. C’était bien parti mais les conditions techniques à Bagdad n’avaient pas été respectées. Là, ce n’est pas du tout le cas. Le paiement est assuré car des fonds libyens sont gelés en France”.
En tout état de cause, la révolution libyenne ne va pas
révolutionner l’élevage bovin et ovin ornais.
“Dans un avenir proche, il faut réfléchir avec les professionnels ornais à la création d’une structure export, pas lourde et réactive,” conclut la sénatrice.
Réponse des professionnels de la filière : le GIE export. Une initiative d’Interbev en collaboration avec la Fédération Française des Commerçants en Bestiaux (FFCB) et la Fédération Nationale de l’Industrie et du Commerce en gros des Viandes (FNICGV).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

AUTORISATION CHASSE 61
Feu vert à la chasse dans l’Orne
Jeudi 5 novembre, la commission départementale de la chasse et de la faune sauvage était en réunion extraordinaire. Malgré le…
SOJA NORMAND MOISSON
Le potentiel du soja prend racine
Au printemps, des éleveurs adhérents à l’OP des 3 Vallées (Danone) et des cultivateurs ont semé 29 ha de soja, en partenariat…
SCoT Caen métropole
Le futur visage de la métropole de Caen
Le nouveau SCoT de Caen métropole réduit la possibilité d’urbaniser les terres agricoles et naturelles. Une enveloppe foncière…
Pascal Desvages et Stéphane Carel Président et directeur de la coopérative de Creully (14).
Coopérative de Creully (14) : " Nos choix stratégiques sont confortés "
Malgré la crise sanitaire et autre perturbateur conjoncturel et structurel, la coopérative de Creully (14), qui tient son…
LIN ET COVID
Le lin : une filière d’excellence à l’épreuve de la Covid
80% de la production mondiale de fibre de lin teillé est d’origine européenne et la France en est le leader mondial. Outre leur…
pressoir lycée agricole Sées
Au lycée de Sées, on presse beaucoup pour le plaisir
Le pressoir de Patrick Yvard s’installe chaque année durant deux mois et demie dans la cour de la cidrerie du lycée de Sées. Les…
Publicité