Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Parole de Jeune Agriculteur
De l'équin au bovin : il n'y a qu'un pré

A Vaubadon (14), Astrid Granger a repris la ferme familiale. Formée au milieu équin, elle a créé un élevage allaitant. Novice dans ce domaine, l'agricultrice s'est appuyée sur les compétences de Bovins Croissance. En concours ou aux réunions entre Jeunes Agriculteurs, elle écoute et apprend.

© VM

Monter un cheptel allaitant quand on ne dispose que d'une expérience et d'une formation dans le milieu équin, c'est possible. A condition de savoir s'entourer et de valoriser les rencontres informelles entre éleveurs. En 2009, Astrid Granger reprend la ferme de ses parents et de son oncle. L'exploitation compte 150 hectares de cultures et 50 hectares d'herbes. A l'époque, les prairies sont valorisées par des juments en pension. "J'ai eu jusqu'à 45 juments. C'était rentable, mais sans contrat. Le marché des chevaux de selle décline également. Un troupeau de vaches allaitantes permet quand même une régularité de revenu".

"Je n'y connaissais rien en vache allaitante"
Les chevaux ont disparu de l'exploitation à mesure que les vaches allaitantes montaient en puissance. La jeune éleveuse s'est lancée, sans primes vaches allaitantes. A son installation, Astrid a même replanté 8 hectares de prairies. "On s'embête plus à faire des cultures qu'à valoriser l'herbe". Le cheptel semble atteindre son rythme de croisière. Le pari pouvait cependant paraître osé. "Je n'y connaissais rien en vaches allaitantes. J'étais salarié depuis 5 ans dans un haras", avoue-t-elle. De sa connaissance de l'élevage des chevaux, elle a cependant gardé une certitude : la nécessité d'investir dans une race pure.

Un contact humain
Le choix de la Charolaise est le fruit d'une concertation avec son père et son oncle. Ils ont d'abord acquis 8 bêtes auprès de Normandie Bovins. "On a un peu choisi dans le tas, les vaches n'avaient pas de papier". La démarche s'est ensuite professionnalisée. Lors de son parcours à l'installation, Astrid découvre Bovins Croissance. Avant d'évoquer la technique, la jeune agricultrice loue l'aspect humain de cette relation. "Je débutais.
Pascal Sauget, le technicien, m'a aiguillée. Il a trouvé 12 vaches inscrites dans la Meuse. Nous recherchions des papiers et de la morphologie".

Visite de Bovins Croissance : toujours le même cérémonial
Son cheptel compte désormais 33 mères. Trois quarts du troupeau sont inscrits au Herd-book. Le suivi de Bovins Croissance dépasse les trois visites annuelles. Les conseils sont parfois dictés par téléphone. Cependant à chaque rencontre sur la ferme, le même cérémonial commence. "Nous faisons le tour des animaux. On sélectionne les vaches à réformer. On réalise ensemble le plan d'accouplement. Pascal ne les voit pas tous les jours. Son oeil neuf détecte les problèmes que je ne perçois pas au quotidien".

Apprendre à l'extérieur de l'exploitation
Des marges de progrès existent. Astrid aimerait, par exemple, mieux détecter les chaleurs. Objectif : pratiquer l'insémination artificielle sur 50 de ses vaches. Son apprentissage se poursuit au-delà des limites de son exploitation. Au syndicat charolais, sur les concours, au sein d'un groupe culture, à la présidence des Jeunes Agriculteurs de son canton : "C'est à l'extérieur de la ferme que je m'enrichis aussi". A ces journées bien remplies, s'ajoute cependant son quotidien de femme. Elle n'hésite pas à le rappeler à certains de ses homologues masculins. Après avoir retiré ses bottes, elle n'a pas "de mère ou d'épouse qui s'occupe des courses, de la cuisine ou du ménage ..."

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité