Aller au contenu principal

Pulvérisation
De l’hivernage au contrôle : les bons conseils du Monsieur Pulvé de Basse-Normandie

Normandiag’pulvé a fêté ses 4 ans d’existence. L’organisme de contrôle, piloté par CUMA Normandie Services, a contrôlé 2100 pulvérisateurs depuis sa création. Avis aux retardataires, tous les pulvérisateurs de plus de 5 ans doivent avoir passé leur contrôle technique, avant le 31 décembre 2013.

Olivier Mauduit est le responsable du contrôle de Normandiag’pulvé. Le technicien a vu passer plus de 2000 pulvérisateurs. Une expérience qui lui permet de dispenser quelques conseils aux utilisateurs.

 

Quel est le principal défaut rencontré sur les pulvérisateurs que vous contrôlez ?
Le premier défaut concerne le manomètre. Souvent, ils ont un problème mineur de précision. Si je demande deux bars, je n’aurais que 1,8 bars. L’erreur est généralement de 10 %. C’est le problème le plus fréquent.

Vous contrôlez quotidiennement des pulvérisateurs. Comment expliquez-vous que le nombre de contre-visite soit nettement plus faible en Basse-Normandie par rapport à la moyenne nationale ?
Je l’explique par le partenariat avec les concessionnaires et les artisans ruraux. Et lorsque j’envoie une convocation aux agriculteurs, je leur transmet une fiche de pré-contrôle. Ils peuvent vérifier certains points ou mettre leur outil à l’entretien. La plupart des appareils qui sont passés en contre-visite n’ont pas été vus par un concessionnaire.

Concrètement, quels points l’agriculteur peut-il contrôler lui-même ?
Il peut observer les éventuels fuites sur les canalisations, la pompe ou la cuve. Il peut regarder l’alignement de la rampe, le châssis. Il faut surveiller la corrosion ou les éventuelles déformations. Les pneumatiques doivent être en bon état.

Le choix des buses peut être un casse-tête. De nombreuses références existent. Avez-vous des conseils pour vous y retrouver facilement ?
C’est l’un des points abordés dans le Certiphyto. Le site internet d’Arvalis a mis en place un logiciel qui permet de choisir la bonne buse. On rentre sa vitesse, la pression de travail, son volume/hectare. Le programme donne ensuite les buses adaptées aux plages d’utilisation. C’est important que l’agriculteur soit présent le jour du contrôle. On en profite pour parler des pratiques d’utilisation.

Lors des contrôles, les buses posent-elles souvent problème ?
Certaines fois, les agriculteurs ont des bonnes surprises. Le cap des 10 % d’usure ne doit pas être dépassé. Je préconise de ne pas obligatoirement racheter des buses neuves pour le contrôle. Je pourrai dire si elles sont encore bonnes ou pas. Comme nous sommes en concession, il suffit de passer commande le jour-même, en cas de non conformité. J’intègre la facture dans mon rapport et l’agriculteur est couvert. Les textes le permettent depuis cette année.

La période de l’hivernage arrive. Selon vous quelles sont les bonnes pratiques ?
Il ne faut pas utiliser d’engrais liquide pour hiverner le pulvérisateur. Certes, il ne gèle pas mais ce liquide est corrosif. Il attaque les membranes de la pompe et les canalisations. Je conseille d’utiliser des liquides antigel agricoles spéciaux  qui protègent les joints et nettoient les canalisations. Surtout pas d’antigel de voiture.  Ensuite, l’ensemble de l’appareil doit être bien vidangé : ne pas oublier la cuve de rinçage ou l’incorporateur. Concernant le manomètre, il est préconisé de le démonter pour le placer dans une pièce à température ambiante. Car cet instrument supporte très mal les variations de températures. Mais, le retirer n’est pas toujours possible. Enfin pour les rampes acier, on peut appliquer le mélange habituel : 50 % d’huile et 50 % de fioul pour lutter contre la corrosion.

Réglementation

Au 31 décembre 2013, tous les pulvérisateurs en service de plus de 5 ans doivent avoir été contrôlés.

Les différents cas de figures :
1- Vous avez réalisé un contrôle obligatoire depuis le 1er janvier 2009. Celui-ci est reconnu par l’administration pour une durée de 5 ans.
2- Votre pulvérisateur a moins de 5 ans (date d’achat faisant foi). Avant l’échéance de 5 ans, vous devez faire contrôler l’appareil.
3- Les 8èmes et 9ème chiffres de votre numéro de SIREN sont compris entre 80 et 99, vous avez jusqu’au 31 décembre 2013.
4- Vous avez réalisé un diagnostic volontaire en 2008 ? Vous devez faire contrôler votre appareil en 2013. (Attention : votre référence à prendre en compte = date du diagnostic 2008 + 5 ans)
5- Si les 8èmes et 9ème chiffres de votre numéro SIREN sont inférieurs à 80, votre contrôle devrait avoir été réalisé. Si ce n’est pas le cas, vous pouvez être pénalisé.

(Source CUMA Basse-Normandie)

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
ANNE MARIE DENIS PRESIDENTE FRSEA
" Forger un syndicat régional moteur d’une agriculture multiple "
Rencontre avec l’Ornaise Anne-Marie Denis, présidente de la Fdsea 61 et désormais de la Frsea Normandie. Une femme de caractère,…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
Jennifer Morin, agricultrice
Jennifer Morin, « mieux vaut avoir le caractère bien trempé »
À Larchamp, commune nouvelle de Tinchebray-Bocage (61), Jennifer Morin est installée avec son mari en lait. Non issue du milieu…
COOPERATIVE CREULLY ESSAI CULTURE POMMES DE TERRE
La Coop de Creully plante le cadre des pommes de terre industrielles
La Coopérative de Creully teste avec une vingtaine d’agriculteurs la production de pommes de terre industrielles. Près de 150 ha…
Publicité