Aller au contenu principal

Sanitaire
De nouveaux outils pour évaluer la situation de son troupeau laitier

Paratuberculose bovine.

Si la lutte contre la Paratuberculose chez les bovins est ancienne (voir encadré), le développement récent de nouveaux moyens de lutte ouvre de nouvelles perspectives de maîtrise de cette maladie.

Une lutte difficile

Si la Paratuberculose est connue depuis longtemps par ses signes cliniques, la lutte contre cette maladie reste difficile, notamment en raison de ses caractéristiques : agent de la Paratuberculose très résistant dans le milieu extérieur, bovins infectés développant aucun signe de la maladie dans les premières années suivant la contamination, tests de détection de l’infection devenant positifs tardivement.


De nouveaux outils de détection

Des travaux récents conduits entre autres par l’Union Normande des GDS (UNGDS) ont permis le développement de nouveaux outils de dépistage de la Paratuberculose.Une étude notamment a permis le développement de nouveaux tests pour le repérage des troupeaux contaminés. Ainsi, dans les cheptels laitiers, le dépistage des anticorps dans un échantillon de lait du tank, éventuellement   couplé à une recherche de l’agent de la Paratuberculose dans les bouses prélevées dans les bâtiments où vivent les vaches laitières, permet de repérer un grand nombre des troupeaux laitiers les plus contaminés.

De nouveaux outils déjà à disposition des éleveurs laitiers

Ces nouveaux outils sont déjà utilisés par les GDS normands, pour évaluer la situation Paratuberculose des troupeaux laitiers, afin de pouvoir éventuellement se passer d’analyses plus détaillées (par exemple : des analyses sur le sang de tous les bovins de plus de 2 ans), lorsque les analyses sur le lait et les bouses sont négatives. Ces outils sont par exemple utilisables lors de :

- la reprise d’un troupeau laitier par un jeune agriculteur qui s’installe ;

- la prévision de cessation d’un troupeau laitier par un éleveur, devant partir prochainement à la retraite ;

- la fusion de deux troupeaux laitiers ;

- la vente d’un bovin positif par un troupeau laitier.

Ces nouveaux outils permettront aussi aux cheptels laitiers sains (analyses négatives sur le lait du tank et les bouses prélevées dans les bâtiments des vaches laitières) de valoriser cette situation favorable lors de la vente de bovins laitiers (vaches en lait, génisses amouillantes, génisses vides) entre cheptels normands.Pour plus de renseignements sur les modalités de ce dépistage, les éleveurs laitiers normands peuvent contacter leur GDS.

La lutte contre la Paratuberculose bovine

Depuis de nombreuses années, les GDS proposent aux élevages atteints, la mise en place de plans de lutte visant à réduire le nombre de bovins malades et la transmission de l’agent de la Paratuberculose au sein des troupeaux infectés.Ces plans d’une durée moyenne de 4 ans reposent sur :- le dépistage et la réforme des bovins adultes contaminés ;- la mise en place de mesures de protection des jeunes, afin de réduire fortement les risques de contamination des bovins de renouvellement.


La Paratuberculose : une maladie ancienne

La Paratuberculose s’exprime chez les bovins de plus de 2 ans par une diarrhée persistante, rétrocédant à aucun traitement et aboutissant à un amaigrissement très sévère (“vache saucisse”).Les petits ruminants (moutons, chèvres) peuvent être également atteints, mais expriment rarement des signes de diarrhée.Les ruminants qui développent la maladie, ont été très souvent contaminés dans leur plus jeune âge (dès les premiers mois de vie) en consommant du lait ou de l’eau ou un aliment contaminé par les bouses d’un adulte excréteur de l’agent de la Paratuberculose. Suite à cette contamination, le jeune ne développera aucun signe jusqu’à l’âge de 2 à 3 ans au moins.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité