Aller au contenu principal

Alimentation
De nouveaux repères pour le coût alimentaire

Avec les augmentations de charges d'aliment, d’engrais, de carburant, le coût alimentaire lui aussi flambe. C'est pourquoi de nouveaux repères vous sont proposés.

Face à la volatilité du prix du lait, s’intéresser au coût alimentaire reste un enjeu essentiel pour le maintien de l’efficacité économique.
Un coût de 115 € pour 1 000 litres, pourrait être un objectif pour l'atelier lait. Un guide pour mieux approcher ce coût vous est proposé.
Si on se réfère aux coûts alimentaires observés dans notre département, la disparité entre élevages indique des marges de gain plutôt substantielles.
Pour une approche optimale, le calcul du coût alimentaire doit être rigoureux : la pertinence du résultat dépend de l’estimation des surfaces et concentrés réellement consommés par l’atelier laitier, surtout lorsqu’il y a présence d’autres activités animales utilisant la surface fourragère (bœufs, vaches allaitantes, jeunes bovins, etc.). D'où l'intérêt d'une méthode permettant le calcul puis la comparaison de ce coût entre exploitations. L'équipe lait des réseaux d'élevage de Normandie vient d'actualiser sa brochure : l'objectif pour le coût alimentaire de l'atelier lait qui était de 90 € pour des clôtures allant jusqu'au printemps 2007 passe à 115 € /1000 litres pour des clôtures de 2008.

Un guide pour calculer le coût alimentaire de l'atelier lait et se fixer des objectifs
En introduction, une fiche permet de calculer le coût alimentaire de votre atelier laitier. Le coût alimentaire est la somme des composantes surface fourragère, concentrés, fourrages et coproduits achetés. Le coût alimentaire de votre exploitation peut ensuite être comparé à des références selon votre système fourrager (5 fiches proposées, voir encadré). Des repères, avec coûts optimum, moyen ou élevé sont proposés selon la nature du système fourrager. Quant au coût des concentrés, il est décliné selon le niveau de production par vache.
Si vous trouvez des écarts importants par rapport à ces recommandations, le guide se termine par une fiche proposant des pistes pour réduire le coût de la SFP ou des concentrés.
Pour ces nouveaux repères, on observe systématiquement une prédominance du coût des aliments du bétail (concentrés achetés et autoconsommés, minéraux, fourrages et co-produits déshydratés ou humides et poudre de lait) sur le coût de la surface fourragère. Ce coût des aliments augmente avec la proportion de maïs dans la surface fourragère mais permet aussi de produire davantage de lait brut par vache.
Quant au coût de la surface fourragère, mis à part le système biologique, il est quasi identique quelle que soit la proportion de maïs (de 0 à plus de 35 %) et varie de 45 à 50 € pour 1 000 l produits. En effet, même si le coût de la surface fourragère augmente avec la proportion de maïs, si le système est cohérent, davantage de lait sera produit à l'hectare, ce qui explique cet effet dilution.
Pour ces nouveaux repères, on observe en moyenne une augmentation du coût alimentaire de 30 € pour 1 000 litres produits dans les différents systèmes conventionnels et ce quel que soit le pourcentage de maïs. Par contre les systèmes en agriculture biologique sont moins affectés avec une hausse de seulement 10 € pour 1 000 litres. Avec un coût alimentaire de 70 € pour 1 000 l produits, le système biologique reste inférieur aux autres systèmes d'au moins 30 €.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

TUBERCULOSE BOVINE
Tuberculose bovine : quatre cas confirmés dans le Calvados
Le Groupement de défense sanitaire confirme, ce mardi 23 février 2021, la détection de quatre cas de tuberculose bovine. Plus de…
Un liniculteur utopiste
Depuis 2017, l’association Lin et Chanvre bio (LCBio) déploie des essais de chanvre en Normandie. Un des objectifs est de créer…
Graindorge, bâtiments de la future fromagerie
Graindorge mise sur le camembert AOP fermier et bio
La fromagerie Le Clos de Beaumoncel est en cours de finalisation à Camembert (61). Fruit d’un partenariat entre E. Graindorge et…
ETA GIFFARD - EPANDAGE
Terra Variant 585 cherche hectares où s’épandre
À l’automne, Denis Giffard, entrepreneur de travaux agricoles à Tournebu (14), a troqué l’une de ses arracheuses intégrales à…
ORNE - CERTIFICATION HVE
HVE : le label met un pied dans l’Orne
La Chambre d’agriculture de Normandie a invité les agriculteurs à s’informer sur le label HVE au cours de trois réunions dans l’…
Le GDS 14 élit son nouveau président
Lors de son assemblée générale, le Groupement départemental sanitaire du Calvados a renouvelé son bureau. Alain Legentil,…
Publicité