Aller au contenu principal

Afdi
De paysans à paysans, du Mali à la Normandie

Trois Maliens sont actuellement en Normandie en mission avec l’association Agriculteurs Français et Développement International (Afdi). Jusqu’au 3 juillet, ils découvrent des exploitations et des organismes techniques. Exemple sur la ferme de Christophe Grière, à Saint-Ouen-le-Pin (14).

Au cours de leur mission, les Maliens ont également rencontré la coopérative d’insémination Amélis et le Crédit Agricole. Premier sentiment : “le développement de a technologie dans les fermes nous ont beaucoup marqué”.
Au cours de leur mission, les Maliens ont également rencontré la coopérative d’insémination Amélis et le Crédit Agricole. Premier sentiment : “le développement de a technologie dans les fermes nous ont beaucoup marqué”.
© V.M.

Trois représentants de l’Association des Organisations Paysannes du Mali (AOPP sont en mission en Normandie.  Soumalia Camara, paysan, est responsable de la Commission Elevage de l’AOPP de Koulikouro. Adama Fané, paysan, siége au conseil de l’AOPP régionale. Enfin, Aissata Kompo, animatrice AOPP, se charge de l’accompagnement des organisations féminines. Objectif : découvrir les structures professionnelles sur le thème de l’élevage, du financement de l’agriculture et du rôle des agricultrices. Jeudi dernier, ils ont visité l’exploitation biologique de Christophe Grière. Guidés par Clément Lebrun de l’Afdi, cette étape a permis d’observer le travail du technicien de Contrôle laitier. “Nous avons  observé le troupeau au pâturage et l’utilisation  de l’herbomètre.  On montre comment le Contrôle laitier répond aux besoins particuliers de chaque élevage. Ici, nous sommes dans une exploitation bio avec un cahier des charges et un relief particuliers. L’exploitation pratique le séchage en grange”, souligne Pascal Rougier, du Contrôle laitier du Calvados. “Les outils sont transposables, mais pas le fond”, ajoute Clément Lebrun.

Productivité et réalisme
La visite se termine autour d’un café. L’occasion d’échanger selon les fondements de l’Afdi : de paysan à paysan. Si les problématiques diffèrent, la terre les réunit. En 20 ans, l’exploitation de Christophe Grière est passée de 60 à 140 hectares. “Il faut mécaniser pour se développer. On fauche aujourd’hui 8 hectares en 1 heure avec une barre de coupe de 7 mètres. Avant, il fallait la journée”, raconte l’agriculteur français. Du côté français, c’est parfois une prise de conscience des difficultés de l’autre côté de la Méditerranée. La clôture électrique tellement pratique en Normandie reste une utopie au Mali. “Nous manquons de points d’eau. Et nous avons déjà des problèmes avec l’électricité dans les villes. Les terres sont attribuées par le chef de village et ne sont pas louées. Nous n’avons pas à gérer strictement un pâturage”, indique Soumaila Camara. Au Mali pas besoin de Safer. Chacun a ses avantages…

V. Motin

Inséminations


Au Mali, Amélis collabore à un programme d’insémina-tion depuis 4 ans. Soumaila Camara a donc été attentif au groupement des vêlages sur l’exploitation de Christophe Grière. “On a vu que les moments sont choisis. Nous devons nous aussi profiter des périodes où la nourriture est abondante pour les vêlages.  Choisir les dates de vêlages serait un vrai progrès. Au Mali, on peut songer à inséminer les animaux à partir de décembre. Le mois d’août semble un moment propice pour les vêlages. Il y a de la verdure”, détaille Soumaila Camara.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité