Aller au contenu principal

L'aliment plombe les coûts de production
De quoi piquer une crise...

Les deux associés du gaec de Mizouard, dans le sud-Manche, ont de quoi s’inquiéter : l’aliment monte sans arrêt. Heureusement, l’atelier lait arrive à compenser les pertes.

Nicolas Vautier et Loïc Lambert, "de quoi demain sera t-il fait ?"
Nicolas Vautier et Loïc Lambert, "de quoi demain sera t-il fait ?"
© E.C.
Le porc ? Loïc Lambert, l’un des deux associés du gaec, n’y renoncerait pour rien au monde. « Un travail, oui ! Mais aussi une passion. Il faut bien ça pour surmonter quatre crises depuis 1992 ». Au gaec de Mizouard, situé à Montviron, à quelques encablures d’Avranches, on bosse sur le « naisseur » à fond. « Nous travaillons, avec Nicolas Vautier, mon nouvel associé depuis trois mois, avec des contrats ». Explications : Toutes les trois semaines, 100 porcelets partent dans la région de Saint-Hilaire du Harcouët, en post sevrage-engraissement . « La crise actuelle, il est vrai, nous touche moins, grâce justement à ce système de contrat, redéfini tous les trois ans. Nous vendons nos porcelets à un prix fixé à l’avance, avec une péréquation si les prix montent ». Producteur jusque dans le moindre détail, Loïc analyse les problèmes subis par la production. « Le coût de l’aliment a pris au minimum 15% depuis le début de l’année. De quoi se poser des question sur la mise en cultures céréalières d’une plus grande surface ». Limiter la casse Justement, les céréales, c’est là-dessus que le gaec comptent pour limiter la casse. « C’est clair, nous n’en avons pas assez pour tourner toute l’année. Donc, lorsque les cours baissent, nous en achetons, lorsque qu’ils sont à la hausse, nous tapons dans la réserve de l’exploitation ». Problème, les céréales, et notamment le blé, ce n’est pas la panacée cette année. Avec 55 quintaux/ha, le gaec sauve les meubles, « les années précédentes, nous faisions en moyenne 85 qtx ». Principal objectif pour Loïc et Nicolas, afin de réduire l’augmentation des coûts dus au blé, « avoir une auto-suffisance en céréales ». Loïc Lambert reste tout de même interrogatif face à la crise qui secoue l’ensemble des producteurs. « Auparavant, les prix chutaient. Aujourd’hui, ils restent relativement stables, ce qui pénalise, une fois de plus, les producteurs, c’est le coût de l’aliment ». Avec 110 truies et 2500 porcelets par an, ce sacré aliment abaisse l’EBE. Mais, le gaec a une autre cartouche, l’atelier laitier et ses 70 vaches. « Nous avons la chance d’avoir des rendements en maïs à peu près correct. Donc pour les laitières, nous n’allons pas acheter d’aliment, important lorsque l’on a une ration basée, en hiver, sur 70% de A une échelle plus importante, Loïc Lambert, « l’ancien » du gaec estime qu’il faut rebattre les cartes au niveau de la production porcine européenne. « En France, nous avons une traçabilité sans faille. Est-ce la même chose dans d’autres pays ? » . En attendant un répit dans la crise, Loïc et Nicolas épluchent les chiffres de l’exploitation : A l’horizon 2013, l’atelier « truies gestantes » devrait subir de grosses modifications, « il faudra investir, mais nous ne le ferons pas sans un prix du porc qui soit correct ».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Christian et Catherine Duchemin vendent La Ferme du Val d’Odon à Alain Datin
Christian et Catherine Duchemin passent la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de La Ferme du Val d'…
L'abattoir ex-AIM renaît et abatterait jusqu’à 66 000 T de porc par an
L’avenir du site de l’abattoir de Sainte-Cécile s’écrit avec la Boucherie Saint-Michel, créée par Virginie Allaire-Arrivé et…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler près de Sées
Mercredi 21 avril 2021, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds, dans l'Orne, est…
Inquiétude dans le Bessin après l’annonce d’un septième cas de tuberculose bovine
Les éleveurs du Bessin ont été invités à une réunion d’information sur la tuberculose bovine après la découverte d’un cas en…
BLAIREAU
Tuberculose bovine : la préfète signe l’arrêté de régulation des blaireaux
Mercredi 7 avril 2021, la préfète de l’Orne Françoise Tahéri a signé l’arrêté ordonnant les prélèvements de blaireaux dans les…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler à Belfonds
Mercredi 21 avril, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds (61), est décédé…
Publicité