Aller au contenu principal

Dégâts sur culture : sortez le corbeau du maïs

A quelques semaines des premiers semis de maïs, pensez à faire traiter vos semences avec le seul répulsif « oiseaux » encore autorisé sur le marché : le Korit.

Avec le retrait du marché du Thiram, il ne reste plus que le Korit 420 FS comme répulsif corvidé sur maïs. Cependant, peu de semenciers commercialisent leurs doses prétraitées. Recours efficace, le traitement à façon à la ferme.

8 000 doses en 2019
C’est ce que propose l’entreprise SCS basée à Bourguébus (14). « On se déplace de ferme en ferme pour réaliser cette prestation, commente Olivier Hoste, son gérant. On a démarré il y a 5 ans avec 500 doses. L’an dernier, nous en avons traité plus de 8 000 ». Une montée en puissance qui illustre la récurrence du problème « corvidé » dans le maïs régional. Olivier Hoste conseille d’ailleurs aux agriculteurs d’anticiper. « Nous intervenons à minima pour 25 doses, soit une quinzaine d’hectares, mais il est tout à fait envisageable de se regrouper à plusieurs sur un même chantier pour mutualiser les coûts ».

12 e/dose : le prix de la tranquillité
Les enjeux sont importants. Au niveau national, 2/3 des 3 millions d’hectares de maïs est exposé au risque « corvidé ».  En Basse-Normandie, cette sole représente 14 % de la SAU (maïs fourrage et maïs grain cumulés). Quant à l’efficacité du traitement, elle a été démontrée dans de nombreux essais notamment menés par l’institut Arvalis.
Reste le coût : 12 e/dose (main-d’œuvre et produits compris), le prix de la tranquillité peut-être.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
ANNE MARIE DENIS PRESIDENTE FRSEA
" Forger un syndicat régional moteur d’une agriculture multiple "
Rencontre avec l’Ornaise Anne-Marie Denis, présidente de la Fdsea 61 et désormais de la Frsea Normandie. Une femme de caractère,…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
COOPERATIVE CREULLY ESSAI CULTURE POMMES DE TERRE
La Coop de Creully plante le cadre des pommes de terre industrielles
La Coopérative de Creully teste avec une vingtaine d’agriculteurs la production de pommes de terre industrielles. Près de 150 ha…
La nouvelle équipe de JA 61
La restauration collective épluchée en AG
Vendredi 25 septembre, les Jeunes agriculteurs étaient réunis en assemblée générale à Montabard. La nouvelle équipe avait choisi…
Publicité