Aller au contenu principal

Denis Lelouvier : « il faut être fier des produits que l’on fait »

lll Denis Lelouvier est installé à Landelles-et-Coupigny dans le bocage virois sur une exploitation de 80 ha. Parallèlement à l’installation de son épouse Janine qui transforme le lait à la ferme, l’éleveur a converti l’exploitation en agriculture biologique. Aujourd’hui, la ferme Naturellement normande est la seule dans le Calvados à fabriquer un camembert fermier d’appellation et bio.

© DB

>> Quelle est votre démarche de production ?
D’abord, nous élèvons des normandes. C’est important pour moi de défendre ce que l’on a sur notre territoire. Je défends aussi l’herbe normande. Nous sommes passés il y a deux ans à un système 100 % herbe. Avant, on était à 80 %, on jouait la sécurité avec le maïs et le tourteau. Aujourd’hui, on peut valoriser l’herbe de qualité quand on en a. Mes prairies sont anciennes. J’ai progressivement replanté une prairie multi-espèces sur 15 hectares de labour entre 2014 et 2017.

>> Vous venez de faire de gros investissements, quels sont-ils ?
En 2014, avec l’installation de ma femme, on a tout repensé. On connaissait Patrick et Francine Mercier, les seuls à faire du camembert fermier d’appellation en bio [basé dans l’Orne, NDLR] : Le champ secret. On est assez extensif, on n’est pas loin du bio. On s’est lancé. On voulait faire du camembert 100 % normandes mais aussi 100 % non fermenté.
On a décidé d’investir dans un séchoir à foin. On a terminé la réalisation du bâtiment pour les bêtes, le séchoir à foin et la transformation en mai 2017. Depuis, ma femme fait du camembert, mais aussi du lait, des yaourts, de la glace, de la crème, du beurre, du bas beurre et des confiseries qu’elle a imaginées.
Nous vendons aussi en caissettes du veau et du bœuf.

>> La démarche de qualité est-elle importante pour vous ?
Il faut être fiers des produits que l’on fait. Le problème du consommateurc’est de connaître son aliment, même si dans la vie de tous les jours, il n’achète pas toujours des produits de qualité. Quand on fait les choses uniquement par souci économique, on n’est pas bon. Pour notre camembert, il y a un marché qui existe, nous sommes attendus par des fournisseurs. Le camembert est le fromage le plus difficile à fabriquer, mais aussi le plus connu et le plus consommé.

>> Avez-vous été aidés ?
Le projet n’aurait jamais vu le jour s’il n’y avait pas ces aides de la Région et de l’Europe.
On a passé beaucoup d’heures sur l’administratif. Il faut se battre pour que ce soit simplifié, ce n’est pas normal.
Il faudrait aussi réduire les délais de traitement des dossiers et le versement des subventions. En tant qu’entrepreneurs, nous sommes obligés de passer du temps dans notre bureau, sinon on n’est pas au courant et on passe à côté des aides.

>> Quels sujets vous tiennent à cœur ?
Il faut être transparent et arrêter de jouer sur les mots.
Par exemple, on joue sur le terme
« fabriqué à la ferme » qui permet de s’approvisionner en lait n’importe où, ou bien la notion de « circuits courts » qui implique qu’il n’y a qu’un seul intermédiaire mais qui ne garantit pas des produits locaux.
Ce manque d’honnêteté, c’est gênant.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Pascal Le Brun a été entendu par les adhérents des sections lait de la FDSEA et JA, représentées par Ludovic Blin, Edouard Cuquemelle et Luc Chardine.
FDSEA et JA interpellent Pascal Le Brun d'Agrial
Le 11 avril dernier, une cinquantaine d'adhérents des sections lait de la FDSEA et des JA ont rencontré Pascal Le Brun d'…
Ghislain Huette (à gauche) et Armand Prod'Homme (à droite)
"JA61, c'est avant tout une équipe"
La relève est assurée. Le lundi 15 avril 2024, Armand Prod'Homme et Ghislain Huette ont été nommés coprésidents du syndicat des…
Philippe Chesnay cultive sur 54 ha en bio du colza, de l'avoine et du trèfle principalement.
Aides de la PAC : ça ne passe toujours pas
Philippe Chesnay, agriculteur en grandes cultures, est toujours en attente d'une aide de 300 euros, qui devait lui être versée…
Le festival de l'élevage revient à l'hippodrome de Vire vendredi 31 mai et samedi 1er juin 2024.
Festival de l'élevage 2024 à Vire : "le concours phare" des Prim'Holsteins en Normandie
La ville de Vire, dans le Calvados, va de nouveau accueillir son festival de l'élevage, vendredi 31 mai et samedi 1er juin…
A Bretteville-sur-Ay, Charlène et Thomas Lebreuilly, maraichers bio, ont échangé avec le premier ministre, Gabriel Attal, en présence des responsables agricoles de la Manche.
Gabriel Attal, Premier ministre dans la Manche : "L'agriculture est une force et une chance"
Le Premier ministre, Gabriel Attal, s'est déplacé dans la Manche, samedi 27 avril, en débutant par la Foire aux bulots de…
Un projet de voie verte a été porté à connaissance d'exploitants de la Vallée de la Touques, ce qui inquiète l'association pour la protection de l'environnement de la vallée de Saint-Julien-sur-Calonne, zone inondable.
Vallée de la Touques, dans le Calvados : bientôt des cyclistes dans les champs ?
L'Association pour la protection de l'environnement de la vallée de Saint-Julien-sur-Calonne, dans le Calvados, est sur le pied…
Publicité