Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Départ au SIA : un projet de classe au lycée Giel Don Bosco

Huit jeunes s’apprêtent à partir pour le Trophée national des lycées agricoles au Salon de l’agriculture. Une aventure que les élèves de 1re du CGEA du lycée Giel Don Bosco ont envie de vivre pleinement et de faire au mieux pour se démarquer.

© SB

Macarena, c’est une vache normande du lycée agricole Giel Don Bosco. Elle part à Paris du mardi 26 février au dimanche 3 mars. Et ce, grâce à l’investissement des élèves de 1re CGEA, engagés dans le Trophée national des lycées agricoles (TNLA) au Salon international de l’Agriculture (SIA). Guillaume Maubant, Maxime Peuvret, Noémie Béhague, Amélie Gripon, Tiphaine Plancke, Théo Lalong, Mathieu Dezecache et Benoît Pitel font partie de cette équipe. « C’est un projet de classe », affirme leur enseignante de zootechnie, Catherine Cary.

Des jeunes motivés
Chaque année, c’est cette classe qui est préposée au TNLA. Les élèves attendent d’ailleurs le début de l’année avec une certaine impatience pour commencer la préparation. « Il y a beaucoup de choses à voir, à apprendre, à mémoriser, à peaufiner », assure l’enseignante. Mais l’équipe, composée de six titulaires et deux suppléants, fait preuve de motivation. La vache ayant été choisie, il n’y a plus qu’à la préparer. « Il fallait choisir parmi les vaches qui ne participeront pas au concours départemental d’Argentan les 9 et 10 mars, soit quelques jours après notre retour de Paris », souligne l’enseignante. Les cours de zootechnie ont bien souvent lieu dans la stabulation avec Macarena. Il faut lui apprendre à marcher, mais aussi la laver, la préparer,… A la clé, des épreuves de manipulation, de présentation, de communication. Bref, un vrai challenge.

Une aventure
Macarena, âgée de 3 ans, est « une vache cool », reconnaissent les jeunes qui aiment passer du temps avec elle. Sa grand-mère a déjà participé au TNLA. « Au fil des semaines, on crée un lien », ajoutent-ils, ravis de pouvoir participer à ce trophée. « C’est une aventure qu’on vivra qu’une seule fois », lâche un des jeunes garçons. « Toute l’année, nous sommes ensemble, et là aussi pour cette aventure. Il y a un vrai esprit d’équipe entre nous », se réjouissent les lycéens, qui s’entrainent pour être au top. S’il faut y consacrer du temps, Catherine Cary reste convaincue que les jeunes développent une multitude de compétences, et pas seulement en zootechnie.

15e participation
Et pour cette équipe, il n’est pas question de faire moins bien que leur camarade. « C’est la 15e année que le lycée participe », indique l’enseignante, épaulée entre autres par Stéphanie Olivier, documentaliste. « Les épreuves ont évolué. Et tous les deux ou trois ans, il y a des nouveautés », ajoute-t-elle. Mais le lycée s’est déjà classé à la 2e place.

Donner le meilleur
Bien entendu, ce déplacement parisien peut avoir lieu grâce aux sponsors qui ont répondu favorablement à la demande des lycéens. Depuis quelques semaines, ils ont également créé leur page Facebook, leur compte Instagram, une affiche pour mettre en valeur les hommes et les femmes qui ont des talents, thème de cette édition. Nul doute qu’ils le démontreront sur le ring principal du Salon face au public. « Nous voulons donner le meilleur de nous pour être au top », confie le groupe. Désormais, le départ approche !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité