Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Culture industrielle
Déployer 800 ha de chanvre en 2014

La société Agrochanvre cherche à augmenter significativement ses surfaces contractualisées en Basse-Normandie.Les semis démarrent fin-avril début-mai.

© AD

Pour faire tourner l’outil et reconstituer des stocks de sécurité, la société Agrochanvre cherche à déployer une surface de plus de 800 ha cette année, contre 325 ha implantés en 2013 pour 61 producteurs. La société Agrochanvre, gérée par les producteurs depuis 2011, assure la première transformation du chanvre, avec séparation des
fibres, de la chènevotte. Elle s’approvisionne en Basse-Normandie et dans les départements limitrophes, par des contrats annuels réalisés auprès des producteurs.Le prix garanti pour 2014 est de 130 €hT/t de paille, sachant que le rendement moyen est de 8 t/ha. D’ici 2015, une aide couplée d’environ 150 €/ha doit être mise en place au plan national. Certains agriculteurs récoltent également la graine de chanvre, à raison d’environ 1t/ha de rendement. En 2013, le prix constaté des graines était de 800 €/t en agriculture conventionnelle et 1 250 €/t en agriculture biologique.

Mise en relation
La montée en puissance des surfaces en 2014 en Basse-Normandie, c’est à Aurélia Valeri, de l’Association de Producteurs de Chanvre de Basse-Normandie et des départements limitrophes, de l’orchestrer. Elle a ainsi organisé plusieurs réunions d’information dans le secteur d’approvisionnement. C’est elle qui se charge de mettre en relation les agriculteurs avec les fournisseurs de semences notamment, et de favoriser l’échange de compétences entre producteurs.

Tête d’assolement
“Les semis sont assez tardifs, jamais avant fin avril, observe Aurélia Valeri. Il faut semer en terrain bien ressuyé, réchauffé et ayant un pH situé entre 6,5 et 8.Le chanvre craint les gelées tardives, et les terrains pierreux peuvent être problématiques en raison de pierres récoltées avec les pailles. Les terrains compactés et trop humides pourront être également problématiques. Le chanvre permet d’amener une nouvelle famille de plantes dans l’assolement et de casser les cycles de certains parasites. C’est une très bonne tête de rotation, qui laisse un sol bien structuré et désherbé.Le chanvre est très couvrant, les plantes peuvent dépasser 3,5 m de hauteur. Le chanvre nécessite peu de fertilisants et aucun produit de traitement”.

Réseau de producteurs
Dans le système Agrochanvre, les chantiers de récolte sont réalisés sous la responsabilité des exploitants. Différents systèmes ont été mis en place par les producteurs.L’association de producteurs se charge de capitaliser sur ces expériences et d’orienter les agriculteurs vers les meilleures pratiques et les meilleurs matériels et de faire fonctionner le réseau.

Alexis dufumier


Renseignements :
Aurélia Valéri
animatrice de l’association
des producteurs de chanvre
de Basse-Normandie
et des départements
limitrophes.
Locaux de la Chambre
d'agriculture,
4, place du château
50140 Mortain
06 07 78 47 18
asso.chanvre.bn@gmail.com

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité