Aller au contenu principal

Plan de Modernisation des Bâtiments d'Elevage
Dépôt des dossiers avant le 15 septembre

Le second appel à candidature vient d’être lancé. Ou en est-on réellement sur le PMBE ?

Yves Françoise, "pour les sessions de 2009, il faut préparer les dossiers dès aujourd'hui".
Yves Françoise, "pour les sessions de 2009, il faut préparer les dossiers dès aujourd'hui".
© ec
Lancé depuis octobre dernier, le second programme du Plan de Modernisation des bâtiments d’élevage (PMBE) connaît un bon succès. Voici quinze jours un nouvel appel à candidature a été lancé. 238 dossiers validés Pour Yves Françoise, chef du service “Entreprises” à la Chambre d’Agriculture de la Manche, “l’appel à candidature est une bonne approche pour mieux traiter les dossiers. Lors de la première session, terminée le 15 avril dernier, 273 dossiers ont été examinés, dont 238 pris en compte”. A noter que certains dossiers n’ont pas été totalement refusés mais repoussés à la prochaine session en raison de problèmes de données. Fin juillet, le second appel pour le PMBE sera clos, “les dossiers doivent impérativement être envoyés le 15 septembre dernier délai”. Côté finances, l’Europe, la Région, et les départements de la Manche et de l’Orne (le Calvados n’entre pas dans la démarche) mettent à disposition du programme 8 millions 850 000 euros. “Aujourd’hui, nous en sommes à 50% de l’enveloppe consommée pour les 238 dossiers acceptés”. Sur le terrain, le PMBE concerne bien sûr les logements pour animaux ainsi que les équipements matériels fixes laitiers. Jeunes agriculteurs Les jeunes agriculteurs sont les premiers concernés par ce PMBE. “Il est indispensable que ceux-ci déposent leurs demandes en même temps que les projets d’installation”. Yves Françoise estime que le PMBE est vital pour l’avenir de l’élevage. “C’est la seule voie au niveau des aides pour moderniser son exploitation et améliorer les conditions de travail à l’heure actuelle”. Reste qu’avec le Grenelle de l’Environnement, un autre plan d’aide pourrait voir le jour, celui concernant la fourniture d’énergie sur les fermes. Derniers mots d’Yves Françoise, “pour 200ç, les éleveurs concernés doivent absolument préparer leurs dossiers dès maintenant en raison d’un délai d’instruction allant de 6 mois à un an”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Christian et Catherine Duchemin vendent La Ferme du Val d’Odon à Alain Datin
Christian et Catherine Duchemin passent la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de La Ferme du Val d'…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler près de Sées
Mercredi 21 avril 2021, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds, dans l'Orne, est…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
BLAIREAU
Tuberculose bovine : la préfète signe l’arrêté de régulation des blaireaux
Mercredi 7 avril 2021, la préfète de l’Orne Françoise Tahéri a signé l’arrêté ordonnant les prélèvements de blaireaux dans les…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler à Belfonds
Mercredi 21 avril, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds (61), est décédé…
COOP LIN VILLONS LES BUISSONS
La Coop lin de Villons-les-Buissons compte sur deux nouvelles lignes de teillage
Désormais propriétaire des locaux de l’ex Agire (Centre d’Insémination artificielle) à Saint-Manvieu-Norrey, la coop lin de…
Publicité