Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Première
Des agricultrices euroises dynamiques et innovantes

Les trois gagnantes du “Prix départemental des femmes en agriculture” ont été désignées vendredi. Un choix difficile pour le jury...

Les trente-cinq candidates à la première édition du “Prix départemental des femmes en agriculture” étaient présentes, ce 26 novembre à la préfecture de l’Eure, à l’occasion de l’annonce des résultats. Les familles, bien sur, mais aussi les représentants des OPA et les élus des collectivités territoriales témoignaient, par leur présence, de leur intérêt pour cette première.


Ce Prix, Fabienne Buccio, la préfète de l’Eure y est très attachée. C’est à son initiative, d’ailleurs, que le projet a été lancé dans le département. C’est ensuite l’Union fédérale agricole, qui regroupe les principales OPA de l’Eure, qui a porté ce projet. Et c’est le travail de la commission des agricultrices de la FDSEA de l’Eure qui permis de concrétiser ce Prix. Avec, au final, une belle participation pour cette première édition.


“Le choix des lauréates a été très difficile” confiait d’ailleurs, peu avant l’annonce des résultats, Agnès Marre, la présidente de la commission desagricultrices de la FDSEA de l’Eure et la présidente du jury. Difficile, en effet, de départager les trente-cinq agricultrices dont les parcours professionnels illustraient, chacun d’une façon différente, le dynamisme des femmes en agriculture... 
Héliciculture, cuniculture, fabrication de charcuterie à la ferme, élevage caprin... Le jury a d’abord sélectionné deux lauréates dans trois catégories : “atypique”, “diversification” et “traditionnel”. Des rencontres avec ces 6 agricultrices ont ensuite été programmées pour les départager.


Ce vendredi, l’annonce des trois gagnantes était donc très attendue. Ce sont Monique Souchay (cuniculture), dans la catégorie “atypique”, Isabelle Guenet (élevage laitier) dans la catégorie “traditionnel” et Laurence Bourgain (élevage de canards), dans la catégorie “diversification” qui ont été distinguées. Les trois gagnantes se sont, notamment, vues remettre un ordinateur portable. Organisée sous le signe de la bonne humeur, cette remise de prix aura permis de rappeler quelques éléments forts du contexte agricole.

“Aujourd’hui, dans l’Eure, c’est un  chef d’exploitation sur 4 qui est une femme” souligne Agnès Marre.


“Et si l’on constate une augmentation des installations en agriculture des femmes, c’est tant mieux !
estime Régis Chopin, le président de la FDSEA de l’Eure. Car elles portent des projets ambitieux et innovants.”
Bruno Le Maire, ministre de l’Agriculture, s’est félicité de telles initiatives. “Des projets comme ce prix contribuent à réparer une injustice profonde. Toute une génération de femmes ont travaillé des années sur l’exploitation de leur mari sans statut et donc sans reconnaissance. Ce qui aujourd’hui pose un problème majeur. Ces femmes, à l’heure de la retraite, se retrouvent parfois dans situations difficiles.”
Karen Serres, présidente de la commission nationale des agricultrices à la FNSEA a, quant-à-elle, mesuré tout le travail qui reste encore à faire pour une reconnaissance de la place des femmes en agriculture :“Je rêve de ne plus entendre l’expression “femme d’agriculteur” encore trop souvent utilisée à tort pour désigner une “agricultrice” !”


Gageons que le message a été entendu ce 26 novembre...

Retrouvez


d'autres photographies, des informations sur la réunion de travail de la commission des agricultrices de l'Eure l'après midi, le guide pratique pour les femmes en agriculture


dans notre édition papier de l'Eure Agricole


en date du 2 décembre 2010


page 3

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité