Aller au contenu principal

Des associations de boisement replantent des haies dans la Manche

Pour remédier aux effets négatifs du déboisement qui a eu cours après guerre, des agriculteurs de la Manche se sont organisés en associations de boisement pour replanter des haies.

Chaque année, 60 km de haies sont créés. 500 personnes sont sensibilisées, dont 350  impliquées dans des projets de plantations accompagnées.
Chaque année, 60 km de haies sont créés. 500 personnes sont sensibilisées, dont 350 impliquées dans des projets de plantations accompagnées.
© CA

Avec une densité moyenne de haies de 100 mètres/ha, le paysage du département de la Manche est qualifié majoritairement de « bocage » en termes de paysage. En effet, sur le critère « haie »,  c’est la valeur seuil de la densité moyenne de haies égale ou supérieure à 90 mètres/ha qui permet de qualifier les paysages. L’arbre et la haie font partie du « patrimoine » agricole et finalement culturel du département.

Des haies arrachées
Historiquement, le bocage a pris son essor avec le développement de l’élevage laitier de Normandie. Les haies ont un effet protecteur (vent, froid, soleil, érosion) reconnu pour l’élevage bovin. De plus, le bois récolté est valorisable pour l’énergie, la construction, les clôtures et les limites des propriétés. Au début des années 1950, la mécanisation, l’agrandissement des exploitations et l’évolution des assolements ont conduit à l’arrachage de nombreuses haies avec des conséquences parfois néfastes pour l’élevage et le cadre de vie des agriculteurs.
Pour remédier aux effets négatifs, des agriculteurs de la Manche se sont organisés en associations de boisement pour replanter des haies.
Les associations de boisement ont ainsi été créées à l’initiative des groupes de développement agricole à partir de la fin des années 80.

Des agriculteurs concernés
Exceptionnellement en France, et de manière spontanée, les agriculteurs ont voulu initier et porter des projets groupés ou collectifs de plantation et de valorisation des haies. L’animation statutaire et technique de conseil puis de gestion de projet est importante. Or, les bénévoles comme l’équipe technique agroforestière de la Chambre d’agriculture  ne pouvaient l’assurer intégralement. En 2008, une équipe d’agriculteurs motivés autour de Pascal Lecaudey, producteur de lait à Contrières, en concertation avec la Chambre d’agriculture et le Conseil Départemental de la Manche a créé la Fédération des associations de boisement de la Manche (FABM).  La représentation des agriculteurs planteurs de haie est aujourd’hui réalisée par la FABM, affiliée à l’AFAC-Agroforesterie. Elle rassemble et représente cinq associations locales de boisement qui aident  350 agriculteurs par an à planter des haies.


Quatre leviers
Confortées par 30 années d’expérience, les actions des associations et de l’équipe boisement de la Chambre régionale d’agriculture de Normandie s’appuient sur quatre leviers pour dynamiser la plantation des haies et faire vivre le bocage au rythme des exploitations agricoles :
La mise en place de partenariats grâce aux bénévoles des associations locales de boisement. Les partenaires peuvent être des élus, des associations, la fédération des chasseurs, des syndicats, des collectivités locales (département, communautés de communes, syndicats de bassins versants, etc.). Ces partenariats locaux se concrétisent par des actions concertées et portées par les agriculteurs des associations locales avec la Chambre d’agriculture, par exemple, la remise de plants bocagers à prix coûtant ou aidés.
La mobilisation d’aides à la plantation « accessibles ». L’accès aux aides est souvent rendu difficile du fait de complexité des dossiers et des enjeux multiples « économiques, agricoles, sociaux et environnementaux» pris ou non en compte. Un soutien au montage de projet est alors nécessaire pour faire le lien entre les financeurs et les bénéficiaires « agriculteurs ». La FABM permet de mobiliser 150 000€/an d’aides publiques et privées pour l’investissement en travaux de plantation de haie et d’agroforesterie.
La communication, par le biais des médias autour d’appels à projets, par exemple, l’opération « 10 000 arbres pour les haies » ou la commande groupée de plants.
L’animation des groupes et la qualité du conseil spécialisé sont assurées par la Chambre d’agriculture. La réalisation des  plantations est fournie par des partenaires (pépinières,  entreprises agricoles, forestières et paysagistes)  engagés dans la « Charte pour la qualité des plantations du bocage ».

Résultats : Chaque année, 60 km de haies sont créés. 500 personnes sont sensibilisées, dont 350  impliquées dans des projets de plantations accompagnées. Depuis 1988, 1 144 km de haies ont été plantés. 50% des projets réalisés dans le cadre de la Charte sont sur talus, et 41 % sont des haies créés pour la protection ou le confort des animaux. Un des projets actuels de la Fédération est d’initier une véritable filière haie qui participe aux résultats des exploitations agricoles, de la production de plants à la valorisation du bois. Déjà, 120 tonnes de plaquettes de bois bocager sont utilisées par les adhérents de la FABM. Ce n’est pas suffisant pour assurer un entretien durable des  53 000 km de haies du département, mais d’autres valorisations agricoles sont possibles à condition de s’y intéresser et de faire des essais.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Implantation de la sucrerie AKS à Rouen : un château en Espagne ?
Où en est le projet d’implantation d’une méga sucrerie par une société dubaïote, sélectionnée par Haropa Port sur appel à…
Le Gaec Lorin-Barbot prévoit de toujours produire du lait en 2032
Le Gaec Lorin-Barbot de Les Cresnays (sud Manche) prévoit de toujours produire du lait d’ici dix ans. Pour autant, les…
Zéro glyphosate ou le défi impossible en Normandie ?
Peut-on se passer du glyphosate ? Depuis 2019, cette vaste question a été travaillée via le plan « transition glyphosate…
PAC 2023-2027 : le nouveau système de suivi du parcellaire est « vraiment intrusif »
Dans le cadre de la future programmation de la Politique agricole commune (PAC) qui entrera en vigueur en janvier 2023, la…
Tuberculose bovine dans l'Orne : le point sur la prophylaxie 2022-2023
La campagne de prophylaxie tuberculose bovine a repris le 1er novembre 2022 dans l’Orne. Elle se terminera le 31 mai 2023. Cette…
Philippe Leprince, directeur de l’OP Bovins d’Agrial : « Transformer la décapitalisation en atout »
En octobre 2022, l’OP Bovins d’Agrial a organisé sa « Journée puissance viande » dans le pays du granit, à Saint-Michel-de-…
Publicité