Aller au contenu principal
Font Size

Des avantages sous conditions

Chaque semaine le témoignage de Bruno, un des associés du GAEC. Episode 1.

Un GAEC, ça vit… des générations se succèdent.
Un GAEC, ça vit… des générations se succèdent.
© (Réseau OT/RH des Chambres d’agri Normandie

En septembre 2014, vous avez eu l’occasion de faire la connaissance de Bruno, agriculteur au cœur du Bocage Normand. Le personnage de Bruno est fictif mais son témoignage s’inspire de faits réels rencontrés dans les sociétés agricoles. Dans cette nouvelle série, Bruno vous propose d’évoquer les avantages à travailler en société et les conditions à respecter pour pouvoir en bénéficier.

« Bonjour à tous ! Je suis content de vous retrouver pour une nouvelle série de confidences sur mon métier. Comme je le disais en vous quittant il y a 2 ans, ma vie d’agriculteur a été faite de hauts et de bas. Mais sincèrement, malgré toutes les difficultés que j’ai rencontrées, je pense que les hauts l’ont nettement emporté sur les bas. Et d’avoir été en GAEC y est certainement pour beaucoup ». Le témoignage de Bruno, agriculteur imaginaire, résume bien le ressenti de la plupart des agriculteurs en société. Quels avantages apporte un GAEC et sous quelles conditions ? Bruno propose de nous faire partager son expérience.

Un bilan positif
Pour moi, l’heure de la retraite approche, c’est le moment de réaliser un bilan de ma vie professionnelle. Mon travail n’a pas été facile tous les jours : une présence quasi quotidienne sur l’exploitation, des journées à rallonge, sans arrêt des petits soucis et ponctuellement de gros problèmes, des engagements financiers pesants et une pression administrative de plus en plus contraignante. Mais d’un autre côté, je retire d’énormes satisfactions. J’ai fait un métier que j’adore, j’ai été mon propre patron, j’ai monté des tas de projets et, point essentiel pour moi, j’ai assuré la pérennité de l’exploitation avec l’installation librement choisie de ma fille. Travailler avec d’autres est exigeant mais je ne regrette pas d’avoir mené ma carrière d’agriculteur dans un cadre collectif.

Les plus de la société
Etre en société a été un plus. Avec mes trois associés successifs, Jacqueline ma mère, Michel mon frère et Aurélie ma fille, nous avons eu un seul outil de travail à mettre en place. La transmission de l’exploitation entre générations s’est réalisée de manière progressive. Nous avons su tirer profit de nos complémentarités et de nos expériences respectives pour être mieux organisés et plus efficaces. Nous avons pu échanger sur nos joies, nos déceptions, nos craintes et nos projets. Etre à plusieurs a apporté de la sécurité à l’exploitation et nous a permis d’être davantage armés face aux imprévus de la vie. Et, « cerise sur le gâteau », avec mes associés, nous nous sommes accordés, alternativement, des moments de temps libres, temps libres que j’apprécie de plus en plus. Je vous propose de revenir sur ces éléments, ainsi que sur les pièges à éviter dans les semaines qui viennent. A bientôt !

Une deuxième série
Cette série de témoignages de Bruno est la seconde sur le thème de la « vie en société ». Dans la première série, intitulée « Ça coince dans le GAEC », Bruno vous a relaté les difficultés relationnelles qu’il a rencontrées au sein de son GAEC et comment il les a surmontées. Cette première série est consultable sur les sites internet des Chambres d’agriculture des départements normands.

Repenser son organisation du travail
Vous êtes surchargé, vous avez besoin de temps pour gérer vos priorités et construire de meilleures relations avec vos associés et salariés ?
Depuis 5 ans, les Chambres d’agriculture de Normandie accompagnent les chefs d’exploitation avec des méthodes reconnues qui prennent en compte les attentes et le fonctionnement de chacun.
A la clé : la mise en place d’un plan d’action concret.
Pour aller plus loin, retrouvez  nos formations « Organisation du
travail » et « Développement personnel » sur le site Web de votre Chambre d’agriculture.
Contact : Céline Marochin
celine.marochin@normandie.chambagri.fr - 02 31 47 22 84

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
MC DO CONTRAT
Contrat McDo : « Je connais le prix, quelle que soit la date de sortie »
Romaric, Bernard et Françoise Anquetil élèvent des Prim’Holstein à Saint-Jean-des-Champs (50). Depuis 2007, les jeunes bovins…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
Publicité