Aller au contenu principal

Optitraite®, Certitraite®
Des dispositifs régionaux pour toutes les installations de traite

Le contrôle des installations de traite est une action harmonisée en Basse-Normandie depuis de nombreuses années.

Les maîtres d'œuvre de l'action sont la Chambre d'agriculture du Calvados, de la Manche et le syndicat de Contrôle laitier et d'élevage de l'Orne. Ils sont chargés d'animer et de coordonner un réseau de concessionnaires agréés pour le contrôle Optitraite®. Le coût de la vérification annuelle de la machine par une entreprise agréée et le changement régulier des manchons sont en réalité synonymes d'économies et d'ennuis évités. C'est une démarche qui s'intègre dans les engagements pris dans la Charte des Bonnes Pratiques d'Elevage. Pourtant, nombreux sont encore les éleveurs à négliger cette mesure préventive. En 2008, 5 412 contrôles Optitraite® ont été réalisés en Basse-Normandie, cela représente un peu plus de 61 % des installations.

Un contrôle Optitraite® chaque année
Depuis son dernier contrôle Optitraite®, votre machine à traire a accumulé les heures de travail. S'il remonte à plus d'un an, prenez rapidement rendez vous. Optitraite®, c'est un contrôle des machines à traire réalisé selon un protocole précis mis au point par l'Institut de l'élevage. C'est la garantie d'un travail effectué exclusivement par un agent qualifié. La méthode Optitraite® est adaptée à tous les types d'installations, du pot à terre à la salle de traite la plus sophistiquée. Le contrôle consiste à un examen visuel et à un relevé de mesures qui permettent de passer en détail l’état et le fonctionnement de l’ensemble des composants des installations de traite. A l'issue du contrôle, un bilan global est remis à l'éleveur avec un commentaire sur les améliorations à apporter qu’il est indispensable de réaliser au plus tôt.

Un entretien régulier de l’installation
Le contrôle réalisé, il ne faut pas oublier de changer les manchons trayeurs, la caoutchouterie et autres pièces d’usure. Les manchons doivent être remplacés en général toutes les 2 500 traites. Bien sûr, ceci est une moyenne et ce délai doit être adapté à chaque situation, mais il ne faut pas trop dépasser cette durée car même si vous ne voyez pas l’usure du caoutchouc à l’oeil nu, il peut y avoir une influence sur la qualité de la traite et du lait. Un manchon inadapté à la taille des trayons peut entraîner la formation d’un anneau de compression autour du trayon, ou au contraire des glissements fréquents des faisceaux trayeurs et une traite incomplète ou traumatisante pour l'animal.
Important : seul votre concessionnaire agréé par la Chambre d'agriculture peut vous fournir des manchons trayeurs d'origine et vous conseiller sur les réglages adaptés à votre troupeau.

Certitraite® : le contrôle à la mise en service pour garantir la conformité de conception et de montage de votre installation de traite nouvelle ou rénovée
Les maîtres d'œuvre pour le contrôle des installations de traite, en concertation avec le Cirlait et les installateurs de matériel de traite, se sont engagés dans la démarche Certitraite®. Le service est proposé aux éleveurs depuis juin 2003, 894 installations ont bénéficié d’un contrôle Certitraite® en Basse-Normandie.
Certitraite® : un engagement des installateurs, une garantie pour les éleveurs
Les installateurs de la région se sont engagés dans la démarche Certitraite® par une convention signée avec le maître d'œuvre. Par celle-ci, ils s'engagent à soumettre toutes leurs nouvelles installations : neuves, d'occasion ou rénovées au contrôle Certitraite®. Concrètement, Certitraite®, c'est un contrôle classique Optitraite® de bon fonctionnement de la machine (vide, pulsation, régulation, pompe à vide, faisceaux…), mais à cela s'ajoute la vérification de conformité de la conception et du montage de l'installation, faisant l'objet d'une fiche de contrôle spécifique. Un contrôle du nettoyage est effectué sur chaque installation. Le contrôle Certitraite® est réalisé exclusivement par les conseillers traite des maîtres d'œuvre. Il garantit un contrôle impartial de l'installation, et un suivi des modifications éventuelles demandées pour l'attribution du certificat Certitraite®. C'est donc pour l'éleveur l'assurance de travailler avec une machine à traire bien montée et bien réglée, en conformité avec les principales prescriptions des normes nationales et internationales concernant le matériel de traite.
Certitraite® : mode d'emploi
Certitraite® est proposé aux éleveurs par les installateurs Cette prestation concerne les installations de traite neuves, d’occasion ou rénovées. Une participation de 52 € HT est demandée aux éleveurs et aux installateurs (la partie Optitraite® restant financée grâce à la participation du Cirlait). La contre-visite éventuelle est à la charge exclusive de l'installateur.
Bilan des contrôles Certitraite® en 2008 en Basse-Normandie
En 2008, 199 installations ont bénéficié d’un contrôle Certitraite® (Tableau 1). Les installations neuves représentent un peu plus de la moitié des contrôles Certitraite®. La majorité des installations sont équipées de déposes automatiques (plus de 95 % des machines neuves !), les rénovations concernent souvent des extensions de postes et la mise en place de déposes automatiques. Parmi les installations neuves, les plus représentées sont des salles de traite en EPI (27 %), les installations de traite rotatives (manèges) et les robots représentent une part de plus en plus importante du marché, avec près de 20 % des installations pour les installations robotisées. A noter, le développement des installations simple équipement en ligne haute (8 installations neuves en 2008) (Tableau 2). Sur l'ensemble des contrôles Certitraite®, seulement 28 % des installations ont pu bénéficier du certificat Certitraite® sans aucune intervention, avec des disparités importantes selon le statut de la machine, plus de défauts sont constatés sur les installations occasions ou rénovées que sur les neuves. A l'issue du contrôle et après des modifications éventuelles, 85 % des installations ont été jugées conformes au référentiel Certitraite® et le certificat Certitraite® a pu être délivré. Les autres ont été certifiés après une contre-visite, seules 3 installations ne pourront pas bénéficier de la conformité. Ce sont des installations rénovées dont la partie existante ancienne ne peut être acceptée en l'état.

Le contrôle des déposes automatiques des faisceaux trayeurs sur les nouvelles installations
Le contrôle des déposes automatiques permet de mesurer plusieurs éléments afin d’évaluer l’homogénéité du réglage des déposes automatiques d’une installation de traite. Trois paramètres sont mesurés lors du contrôle des déposes automatiques : - la temporisation initiale pour éviter les déposes prématurées en début de traite ; - la durée de dépose pour contrôler l’homogénéité des débits de fin de traite de tous les postes ; - le niveau de vide résiduel dans la griffe pour une dépose en douceur. Une fois ces trois paramètres mesurés, le technicien réalisant le contrôle évalue l’homogénéité du réglage des systèmes de décrochage automatique des faisceaux trayeurs.
Un contrôle utile et efficace
Les conseillers traite et qualité du lait du Calvados, de la Manche et de l’Orne proposent ce service en complément du contrôle Certitraite® depuis 2008. Les résultats des contrôles sur les nouvelles installations montrent des anomalies fréquentes même sur les machines neuves et montrent tout l'intérêt de la vérification des déposes automatiques sur les nouvelles machines.
Jean-François GAULE/Denis LECLER
Chambre d'Agriculture de la Manche

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

TUBERCULOSE BOVINE
Tuberculose bovine : quatre cas confirmés dans le Calvados
Le Groupement de défense sanitaire confirme, ce mardi 23 février 2021, la détection de quatre cas de tuberculose bovine. Plus de…
TUBERCULOSE BOVINE LESSAY
Canton de Lessay : 200 animaux à abattre
Après quatre cas dans le Calvados, un cas de tuberculose bovine a été détecté fin février dans le canton de Lessay au sein d’un…
Graindorge, bâtiments de la future fromagerie
Graindorge mise sur le camembert AOP fermier et bio
La fromagerie Le Clos de Beaumoncel est en cours de finalisation à Camembert (61). Fruit d’un partenariat entre E. Graindorge et…
ETA GIFFARD - EPANDAGE
Terra Variant 585 cherche hectares où s’épandre
À l’automne, Denis Giffard, entrepreneur de travaux agricoles à Tournebu (14), a troqué l’une de ses arracheuses intégrales à…
ORNE - CERTIFICATION HVE
HVE : le label met un pied dans l’Orne
La Chambre d’agriculture de Normandie a invité les agriculteurs à s’informer sur le label HVE au cours de trois réunions dans l’…
Le GDS 14 élit son nouveau président
Lors de son assemblée générale, le Groupement départemental sanitaire du Calvados a renouvelé son bureau. Alain Legentil,…
Publicité