Aller au contenu principal

Covid-19
Des ensilages d'herbe moins les grandes tablées

La période des ensilages d'herbe suit son cours en Normandie. Normalement synonyme de partage, d'entraide et de repas conviviaux, le Covid-19 oblige éleveurs et chauffeurs à s'adapter.

© JP

Les corvées d'ensilage d'herbe reprennent en Normandie. Mais, en période de crise liée au Covid-19, il faut mettre de côté quelques habitudes. « Les chauffeurs ne mangent plus chez les adhérents », décrit Arnaud Grière, président de la Cuma des Vallons du Douet, au Près d'Auge (14). Quatre chauffeurs, dont un spécialisé sur l'ensileuse, sur les cinq que compte la structure, se consacrent aux corvées d'ensilage d'herbe. « Chaque chauffeur a son tracteur attitré pour la journée. Le soir, il le désinfecte. Cela demande un peu d'organisation mais, finalement, les chantiers avancent plus vite car il n'y a pas plus de temps partagé autour du repas le midi. Les salariés et les adhérents appliquent les gestes barrières. »

Les adhérents s'autogèrent
Dans la Manche, Valentin Dufour conduit l'ensileuse de la Cuma de la Croix à Saint-James. Les ensilages ont commencé vers le 23 avril. « J'ai environ 600 ha à faire pour 150 h rotor, chez une vingtaine d'adhérents », détaille le chauffeur de la bécane automotrice jaune et verte 8 600. « On sent que la situation n'est pas la même pendant la période de confinement. Mais nous travaillons tous les jours, on s'adapte. » Pendant les corvées d'ensilage, le seul moment qui pose question est celui des repas. « Si j'ai une petite journée à faire, je viens l'après-midi comme ça la question ne se pose plus. Sinon, je mange un sandwich ou je rentre manger chez moi. C'est arrivé que l'on déjeune ensemble sur des grandes tables, espacés et dehors. » Moins de temps passé à table, c'est plus de temps consacré aux chantiers. « Sans les repas de communion, s'amuse Valentin Dufour, on avance plus vite. » La Cuma de la Croix compte trois tracteurs. « Les adhérents désinfectent et s'autogèrent quand ils prennent le matériel. »

Ne pas dramatiser
Camille Petit, agriculteur à Athis-de-l'Orne, fait le même constat : « nous ne prenons pas les repas dans une même pièce. On essaie de se retrouver sous un hangar ou à l'air libre, ou un casse-croûte ou un barbecue. On mange plus rapidement ». L'exploitant adhère à la Cuma Notre-Dame-du-Rocher. L'ensileuse est conduite par le chauffeur, les agriculteurs viennent avec leur tracteur. « On attend en bout de champ, sans sortir de la cabine. » Pour bâcher les silos, les distances de sécurité sont respectées. Si techniquement, les principes de précaution contre le Covid-19 « n'impactent pas le travail, il ne faut pas dramatiser », les corvées d'ensilages perdent un peu de leur saveur humaine. « C'est un moment convivial, où on discute avec nos voisins et collègues. On prend des nouvelles de la famille, des proches. Espérons que tout sera réglé pour les corvées d'automne. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Commémorations : des restrictions de circulation à prévoir le 6 juin 2024
À l'occasion des commémorations du 80e anniversaire du Débarquement, une zone de circulation régulée (ZCR) va être mise en place…
Ghislain Huette (à gauche) et Armand Prod'Homme (à droite)
"JA61, c'est avant tout une équipe"
La relève est assurée. Le lundi 15 avril 2024, Armand Prod'Homme et Ghislain Huette ont été nommés coprésidents du syndicat des…
Le festival de l'élevage revient à l'hippodrome de Vire vendredi 31 mai et samedi 1er juin 2024.
Festival de l'élevage 2024 à Vire : "le concours phare" des Prim'Holsteins en Normandie
La ville de Vire, dans le Calvados, va de nouveau accueillir son festival de l'élevage, vendredi 31 mai et samedi 1er juin…
Hervé Morin veut régionaliser l'accès à l'agrivoltaïsme
Après avoir tapé du poing sur la table sur la "méthanisation", Hervé Morin remet le couvert sur "l'agrivoltaïsme". La Région…
Un projet de voie verte a été porté à connaissance d'exploitants de la Vallée de la Touques, ce qui inquiète l'association pour la protection de l'environnement de la vallée de Saint-Julien-sur-Calonne, zone inondable.
Vallée de la Touques, dans le Calvados : bientôt des cyclistes dans les champs ?
L'Association pour la protection de l'environnement de la vallée de Saint-Julien-sur-Calonne, dans le Calvados, est sur le pied…
Yvonne Mancel, entourée de son fils, Jacques, sa belle-fille, Christine et sa petite-fille, Barbara.
À 103 ans, Yvonne Paris se souvient de la drôle de guerre
À 103 ans, Yvonne Paris fait partie des témoins précieux de cette Seconde Guerre mondiale. Dans les moindres détails, elle se…
Publicité