Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Des films sur la ruralité et le monde agricole

A Aunay-sur-Odon (14), le rendez-vous annuel Regards sur la ruralité diffuse durant trois jours des films inédits exclusivement dédiés à la ruralité. Piloté, entre autres, par le conseiller de la Chambre d’agriculture Jean-Jacques Beauchamps, le festival fait la part belle aux activités agricoles.

Vachement normande, un documentaire de Thierry Carlier (2017, 52 mn)
Vachement normande, un documentaire de Thierry Carlier (2017, 52 mn)
© Scotto productions

Regards sur la ruralité, c’est quoi ?

Jean-Jacques Beauchamps : C’est de proposer différents angles pour aborder la vie en milieu rural. Souvent, les films évoquent le monde agricole. Les diffusions ont lieu au cinéma Paradiso, une salle gérée par une soixantaine de bénévoles depuis 2007. Le rendez-vous a été monté un ou deux ans après, il y a près de dix ans.

 

Quelle est l’identité de ce rendez-vous ?

Jean-Jacques Beauchamps : C’est une réaction, en tant que cinéphiles, à des films urbains et bourgeois. On s’est dit que ce serait bien de présenter des films proches de nos conditions de vie à nous. Cette année, nous programmons essentiellement des documentaires ; nous sommes tributaires des sorties. Deux films évoquent des installations : Jeune bergère et Vachement normande. Un autre, Trait de vie met en scène une entreprise du Calvados qui utilise la traction animale dans les champs. Dans le programme, il y a aussi des films sur la ruralité comme Le temps des forêts qui retrace la vie des forêts françaises et Un village dans le vent, portrait d’un village de la Loire.

 

Quel est le public du festival ?

Jean-Jacques Beauchamps : Ce sont des gens du secteur d’Aunay, motivés par les sujets, pas uniquement des agriculteurs.

 

Pensez-vous que cet événement contribue à lutter contre l’agri-bashing ?

Jean-Jacques Beauchamps : Oui, il y contribue. Nous proposons parfois des films militants avec un point de vue bien arrêté pour ou contre une forme d’agriculture. J’invite des agriculteurs issus de toutes formes de production pour échanger avec le public après la séance. C’est l’occasion de rétablir certaines vérités. Cela permet aussi de ramener à la réalité d’ici, parce que les images véhiculées dans les médias viennent d’ailleurs.

Programme

Toutes les séances à 3,70 €

Vendredi 1er mars

20h45 Jeune bergère

Samedi 2 mars

15h30 Les ritournelles de la chouette (à partir de 3 ans)

17h30 Trait de vie

20h45 Le temps des forêts

Dimanche 3 mars

15h Vachement normande

20h45 Un village dans le vent

Cinéma Paradiso

Place de l’hôtel de ville

14260 Aunay-sur-Odon

www.cineparadiso.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité