Aller au contenu principal

Des moments délicats

Tout au long des semaines qui viennent, nous vous proposons de partager les confidences de Bruno, agriculteur au sein d’un GAEC familial. Le personnage de Bruno est fictif mais son témoignage s’inspire de faits réels rencontrés quotidiennement dans les sociétés agricoles. Dans ce premier épisode, Bruno évoque les enjeux de la vie en société et en particulier la difficulté de travailler ensemble.

“Au sein du GAEC la vie ne fut pas rose tous les jours. Avec mes associés successifs Michel puis Aurélie nous n’avons pas été épargnés par les tensions internes. Une divergence que nous avons eue sur le projet d’exploitation a même dégénéré en conflit majeur. Malgré tous les problèmes rencontrés le GAEC existe toujours, l’exploitation est performante et la cellule familiale n’a pas éclaté”. Le témoignage de Bruno, associé imaginaire, est représentatif  d’une situation classique en société qui peut mal se terminer. Mais on peut également s’en sortir, Bruno en est l’exemple.

Ça ne s’apprend pas à l’école

“Pratiquement chaque mois, j’ai écho d’une société qui casse. Quel gâchis ! Je m’imagine les souffrances derrière chaque nouveau cas ! Bien s’entendre est fondamental si l’on veut profiter des nombreux avantages d’être en société. Lors de mes années d’étude, j’ai appris à produire du lait, de la viande et des céréales. Mais on m’a peu parlé des précautions à prendre quand on travaille à plusieurs. De plus, jeune installé je suis parti “la fleur au fusil” et je n’ai pas entendu les recommandations qu’on me faisait. J’avais l’impression que les problèmes de relations entre les associés ne me concernaient pas et que les personnes qui avaient du mal à s’entendre en société l’avaient bien cherché. J’ai vite changé d’avis”.

 

Ce n’est pas seulement une affaire d’hommes

“Souvent, j’entends mes collègues agriculteurs dire : “Les relations entre les associés, c’est une affaire d’hommes et cela se règle entre hommes”. Au départ je partageais ce point de vue. Avec l’expérience, je me suis rendu compte que s’expliquer franchement est important, mais baser la résolution de problèmes délicats sur ce seul principe se révèle souvent insuffisant. La solution opposée “Moins on en parle et mieux c’est” n’est pas meilleure. Personnellement je trouve cette attitude pire que le rapport de force. Sauf quelques rares exceptions, la “politique de l’autruche” n’a jamais fait ses preuves. Vous vous demandez alors comment nous avons procédé, avec mes deux associés successifs, pour surmonter toutes nos difficultés ? Je vous le raconterai dans les prochains épisodes”.



Article réalisé avec la participation financière du Conseil général de la Manche et du CasDAR

53 % des exploitations normandes sont en société
- En Normandie, sur les 29 240 exploitations agricoles recensées en 2011 par la MSA, 15 520 étaient sous forme sociétaire (GAEC, EARL, autres sociétés), soit 53 % du total des exploitations. 
- Le phénomène s'amplifie avec, ces dernières années, des installations de jeunes agriculteurs en société très nombreuses. Ainsi en 2013 elles représentent 78 % du total des installations aidées pour les 5 départements de la région normande.


Besoin d’un appui ? Contactez-nous

- Fabrice Renard pour le Calvados-Tél : 02.31.70.25.38.
- Isabelle Bennehard pour la Manche-Tél : 02.33.79.43.80.
- Marie-Laurent Dubreuil pour l’Orne-Tél : 02.33.31.48.12.
- Céline Marochin pour la Normandie-Tél : 02.31.47.22.84.
- Madeline Nicolas pour la Seine-Maritime-Tél : 02.35.59.47.64.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14)
La boucherie Mesnil en plein rush
La découpe bat son plein à la boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14), où la période des fêtes a été synonyme de nombreuses…
Publicité