Aller au contenu principal

Aides découplées
Des montants faibles par exploitation

Elles tombent depuis l’année dernière. Pourtant, pour la plupart des structures, ce n’est pas la panacée. La majeure partie représente des montants faibles (moins de 500 € par exploitation). A l’opposé 761 exploitations disposent de plus de 30 000 €.

Les communes du Sud Manche, où les cultures sont développées et où le quota moyen à l’hectare est plus élevé ressortent comme étant mieux dotées.
Les communes du Sud Manche, où les cultures sont développées et où le quota moyen à l’hectare est plus élevé ressortent comme étant mieux dotées.
© E.C.
L’aide découplée a été calculée par la DDAF au cours de l’année 2006. Elle résulte des aides perçues par chaque exploitation au cours de la période de référence (01/01/2000 au 31/12/2002) et du taux de découplage. Chaque exploitant a reçu un nombre de droits à paiement unique (DPU) et une valeur par type de droit. Trois types de DPU Trois types de DPU résultent des règles d’octroi. Tout d’abord, les DPU “jachère” ont été calculés sur la base des surfaces en jachère dans l’exploitation durant la période de référence. 2 110 exploitations en détiennent, le montant global atteint 2,4 millions d’€. Ils doivent être activés en priorité pour recevoir l’ensemble des DPU de l’exploitation. Dans le département, 10 265 exploitations ont été détenteurs en 2006 de DPU pour un montant global de 108,6 millions d’€, ce qui représente un montant moyen par exploitation de 10 577 €. Il s’agit de valeurs proches pour les départements bas normands Le montant moyen des DPU normaux ressort à 267,18 € sur le département de la Manche. Ce chiffre est légèrement au- dessus de ceux de l’Orne et du Calvados. Toutefois les départements voisins des autres régions apparaissent avec des montants plus élevés. Moins de 500 euros Le montant moyen de DPU par exploitation ressort à 10 577 €. Cependant 60 % des exploitations possèdent moins de 10 000 €. Ils concernent rarement des agriculteurs à temps complet. La majeure partie représente des montants faibles (moins de 500 € par exploitation). A l’opposé 761 exploitations disposent de plus de 30 000 €. Par ailleurs on note une forte corrélation entre la SAU et le montant DPU. Les DPU spéciaux représentent souvent de faibles montants, la moyenne par exploitation étant de 1 977 €. Près de 1 000 exploitations ont moins de 500 €. L’examen de la répartition des DPU normaux (95 % de la valeur globale) se rapproche davantage de la situation des agriculteurs à temps complet. 42 % des exploitations disposent de moins de 5 000 € (seuil d’application de la modulation). Plus élevés dans le Sud La répartition est présentée en fonction de la situation du siège d’exploitation et du montant de DPU détenus par les exploitants et du nombre. Il s’agit donc de la répartition des droits des exploitations ayant leur siège dans la commune. Les zones où ressortent traditionnellement plus de cultures primées (céréales dont maïs, oléagineux, protéagineux) où un niveau de quota laitier plus élevé, apparaissent avec des DPU plus forts à l’unité de surface. Les secteurs légumiers (Val de Saire, Côte ouest) présentent un niveau de DPU plus faible. Le Cotentin et la zone des marais apparaissent dans une situation similaire. A l’opposé les communes du Sud Manche, où les cultures sont développées et où le quota moyen à l’hectare est plus élevé ressortent comme étant mieux dotées. Toutefois dans certaines communes apparemment moins bien pourvues, il faudrait tenir compte des aides restant couplées (incidence sur Beauvoir et le Mont Saint Michel). La répartition cantonale du montant global des DPU des exploitations est à interpréter avec beaucoup de prudence. L’effet “surface” joue un rôle prépondérant. Les cantons les plus vastes reçoivent un montant global élevé alors que le DPU moyen par hectare y est plus faible. La carte des DPU moyens à l’hectare donne une image plus proche des situations réelles. (Sources DDAF)
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

L'abattoir ex-AIM renaît et abatterait jusqu’à 66 000 T de porc par an
L’avenir du site de l’abattoir de Sainte-Cécile s’écrit avec la Boucherie Saint-Michel, créée par Virginie Allaire-Arrivé et…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler près de Sées
Mercredi 21 avril 2021, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds, dans l'Orne, est…
Inquiétude dans le Bessin après l’annonce d’un septième cas de tuberculose bovine
Les éleveurs du Bessin ont été invités à une réunion d’information sur la tuberculose bovine après la découverte d’un cas en…
BLAIREAU
Tuberculose bovine : la préfète signe l’arrêté de régulation des blaireaux
Mercredi 7 avril 2021, la préfète de l’Orne Françoise Tahéri a signé l’arrêté ordonnant les prélèvements de blaireaux dans les…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler à Belfonds
Mercredi 21 avril, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds (61), est décédé…
COOP LIN VILLONS LES BUISSONS
La Coop lin de Villons-les-Buissons compte sur deux nouvelles lignes de teillage
Désormais propriétaire des locaux de l’ex Agire (Centre d’Insémination artificielle) à Saint-Manvieu-Norrey, la coop lin de…
Publicité