Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Des prix rémunérateurs pour les éleveurs de viande bovine

Olivier Philippe président de la section viande de la FDSEA de la Manche dresse un constat sans appel sur l'état de la filière et réclame un redressement des prix à la production.

Olivier Philippe
© FDSEA 50

>> Quel regard portez-vous sur la situation actuelle ?
Le  mot  confinement est incompatible avec nos activités d'élevage, mais il pourrait avoir de graves  conséquences sur ces dites activités. Face au 19, le confinement est sans aucun doute la meilleure arme. Il bouleverse cependant nos vies, nos habitudes, notre façon de consommer. Plus de cantine, plus de restaurants et une restauration hors domicile qui souffre énormément. Les ventes en  « drive »  explosent au détriment des achats à l'étal dans les grandes et moyennes surfaces (GMS). Les consommateurs s'orientent vers le libre-service dans les rayons et le steak haché. Les boucheries traditionnelles font face malgré tout dans ce contexte inédit. Les ventes à la ferme sont aussi plébiscitées.

>> Comment la filière bovine s'est adaptée  à la crise ?
Les premiers temps ont été conduits à l'aveugle avec un marché qui a eu besoin de digérer ses changements. Les veaux de boucherie ont vu leurs ventes s'effondrer voir même stopper net. La mévente et le stock de veaux laitiers en ferme en est une preuve par exemple. Mais la donne change. La fermeture des frontières bloque aussi les importations. L'Irlande et la Pologne par exemple sont obligées de stocker sur pied leurs animaux. Le tout couplé à une consommation qui se maintient en viande rouge et la mise en avant dans les GMS de la production française se traduisent par une relance des abattages d'animaux français.

>> Le prix payé aux éleveurs est déconnecté du marché ?
Si les voyants sont pratiquement tous au vert, les cours dévissent chaque semaine. C'est tout le paradoxe de la filière bovine et de ses atermoiements. Comme si elle devait vivre en crise permanente. Mais le fait est bien visible : le problème de la filière est bien structurel et non conjoncturel. En aucun cas actuellement nous sommes sur un épurement de marché sur la viande rouge finie. Le prix se doit donc d'être rémunérateur à l'éleveur, lui qui fait partie des forces vives du pays, lui pour qui le mot confinement est banni de son vocabulaire. A la fin de l'histoire, on n'exigera pas de médaille, mais notre récompense est que notre production soit rémunérée à son juste prix.

>> Quel message adressez-vous à la filière viande bovine ?
Nous devons dès maintenant envisager les scénarios de l'après covid-19. L'élevage doit répondre présent.
Ainsi, la filière bovine ne peut plus être un assemblage de corporations (éleveurs, négociants, abatteurs, GMS, etc...) qui cohabitent sans échanges structurants. Sinon, le covid-19 fera une victime de plus : la filière bovine purement et simplement. Que ceux qui veulent bâtir se montrent, et pour les autres, ceux du bon coup ou des profiteurs de crise, je n'aurais qu'un seul mot : QU'ILS RESTENT CHEZ EUX !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité