Aller au contenu principal

Société Civile Laitière
"Des soucis et des espérances"

Cette nouvelle approche de l’atelier “lait” permet une meilleure qualité de vie. Explications de deux earl qui viennent de mettre en commun leur structure.

Mmes Heslouis et Rochefort, “la vie de famille, cela compte aussi”.
Mmes Heslouis et Rochefort, “la vie de famille, cela compte aussi”.
© E.C.
“En fait, l’appellation exacte n’est pas SCL (Société Civile Laitière), mais Société Civile d’Élevage laitier (SCEL). Le sigle “SCL” étant déjà pris par le Contrôle Laitier de la Manche et ses services, ce qui posait un problème d’enregistrement pour les cartes vertes” indiquent en préambule Mme Heslouis et Nathalie Rochefort, ainsi que leurs maris, qui ont mis en commun, depuis le 1er avril dernier, “tout ce qui sert à produire du lait”. Une première ou presque dans le deuxième département laitier de France. Franchir le pas Ici, en plein pays Mortainais, deux Earl ont donc franchi le pas de la SCL. “Nous espérons gagner une meilleure qualité de vie avec cette nouvelle approche. Cela nous permet aussi de ne faire qu’une seule mise aux normes pour l’atelier laitier, donc une bonne diminution des investissements”. Autre point, l’installation future d’un des fils de Mme Heslouis, “plus la structure sera solide et compétitive, plus il aura de chance d’être éleveur”. Mais cette SCL n’est pas seulement un simple montage économique. “Nous sommes une Société Civile Laitière familiale, une forme juridique qui permet de maintenir l’entité du bien familial”. Répartition Le quota laitier des deux earl atteint 603 000 litres pour 4 associés. “Nous avons tout réparti en fonction de l’apport de chacun (270 000 l d’un côté, 340 000 de l’autre”. Les quatre associés ont d’emblée rédigé un réglement intérieur, “un week-end sur trois de congés et un week-end où l’on se partage le travail. L’un de nos objectifs, c’est aussi d’avoir du temps à consacrer à la famille. Afin de pouvoir régler des problèmes, le cas échéant, nous nous réunissons tous les lundi midi pour faire le point autour d’un repas”. Soucis administratifs Les associés avouent avoir essuyé les plâtres de la constitution d’une SCL. “nous avons eu quelques soucis administratifs...” Aujourd’hui la SCL rencontre d’autres difficultés, mais sur la production laitière. “Nous avons regroupé les deux troupeaux, nous avons une baisse de production due au changement de salle de traite (décrochage automatique et ration complète). Il faut que l’adaptation se fasse pour nous... mais aussi pour les animaux”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Implantation de la sucrerie AKS à Rouen : un château en Espagne ?
Où en est le projet d’implantation d’une méga sucrerie par une société dubaïote, sélectionnée par Haropa Port sur appel à…
Tuberculose bovine dans l'Orne : le point sur la prophylaxie 2022-2023
La campagne de prophylaxie tuberculose bovine a repris le 1er novembre 2022 dans l’Orne. Elle se terminera le 31 mai 2023. Cette…
Trois représentants de l’État visitent les fermes du Calvados
Le sous-préfet de Lisieux et la FDSEA, jeudi 17 novembre 2022. La sous-préfète de Vire et la Chambre, vendredi 18 novembre 2022.…
Ce qu'il faut retenir de la réforme de la PAC
La Chambre régionale d’agriculture de Normandie et la Caisse régionale du Crédit Agricole Normandie ont organisé, mardi 29…
[EN IMAGES] La juge est fan de Jeannette dans la Manche
L’édition 2022 a été un bon cru pour le concours interdépartemental en race Normande à Saint-Hilaire-du-Harcouët le 7 novembre…
EARL De Quéry dans le Calvados : bien cibler les candidats pour céder sa ferme
François Divay, éleveur à Balleroy-sur-Drôme (14), n’a pas attendu le dernier moment pour préparer la transmission de son…
Publicité