Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Des trucs et astuces pour gagner du temps en élevage

Le concours trucs et astuces d’éleveurs en Normandie, organisé par les Chambres d’agriculture, permet de mettre en avant des équipements inventés par des éleveurs pour se faciliter le travail au quotidien.

En élevage, certaines tâches ou manipulations sont consommatrices de temps et ce d’autant plus si elles sont répétitives. Certains éleveurs ont réfléchi à ces situations et ont mis en place des astuces pour gagner du temps. Ils ont posé leur candidature au dernier concours afin de faire connaître leur système.


Trouver des astuces

Des éleveurs soucieux de gagner du temps ont mis en place des trucs et astuces sur leur exploitation. Pour ce faire ils ont pris du recul par rapport à leur organisation et leurs conditions de travail afin de repérer les temps perdus à monter descendre du tracteur, à enlever un fils, à contourner des barrières, à repousser le fourrage… Ils ont alors conçu des équipements leur permettant de diminuer ces temps.


Astuce : un minuteur sur la vis de vidange de concentré

Le “minuteur sur la vis de vidange de concentré” de Rodolphe Cauchard, permet de doser des rations facilement et de les charger dans une désileuse sans intervenir. Le système est composé d’une cellule de stockage de concentré équipée d’une vis de vidange. L’astuce consiste à installer un boîtier minuteur pour déclencher l’ouverture et la fermeture de la vis de vidange. A chaque livraison de concentré, un étalonnage est fait pour établir la quantité d’aliment versée pendant 10 secondes.Cette astuce permet un gain de temps quotidien car une fois le réglage fait, l’éleveur n’est pas obligé de surveiller : la cellule se vide dans la désileuse et s’arrête automatiquement. Le temps passé au dosage est lui aussi réduit puisqu’il s’agit simplement d’augmenter ou de diminuer la durée de la minuterie.Au-delà du gain de temps cette astuce permet d’avoir une régularité sur les quantités de concentré versées. Elle facilite aussi la délégation et limite les risques d’erreurs pour les agents de remplacement.


Le temps de travail : une préoccupation actuelle

Le temps de travail est au centre des préoccupations des éleveurs d’une part pour avoir un rythme de travail supportable garantissant une bonne santé et un bon équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée et d’autre part pour pouvoir se rapprocher des conditions de travail des autres catégories socio-professionnelles.Toutefois, d’un éleveur à l’autre, ces aspirations peuvent se traduire différemment. Certains vont être plus sensibles à alléger le temps de travail au quotidien en se fixant par exemple une amplitude horaire maximum par jour, ou en veillant à conserver une certaine souplesse dans l’organisation pour s’accorder du temps au quotidien. D’autres vont plus se concentrer sur la gestion des pointes de travail liées aux travaux saisonniers en réfléchissant à la délégation de certaines tâches ou à la mécanisation. D’autres vont souhaiter prendre des congés ou des week-ends.

Evaluer son temps de travail pour agir de dessus

Pour quantifier et analyser les temps en élevage, il existe une méthode appelée “Bilan travail” dans laquelle trois types de travaux sont distingués : - le travail d’astreinte : il s’agit des tâches quotidiennes qui sont peu différables et souvent liées aux soins journaliers des animaux : traite, alimentation, surveillance… ;- le travail de saison : il s’agit des tâches plus faciles à différer ou à concentrer : cultures, fourrages, manipulations périodiques d’animaux, entretien des clôtures et des bâtiments… ;- le travail rendu hors de l’exploitation en contrepartie de l’entraide.L’Institut de l’élevage en lien avec les réseaux d’élevage dispose d’un certain nombre de références sur ces temps de travaux. Ces dernières donnent des repères pour se comparer entre éleveurs et envisager des pistes d’amélioration.Pour gagner du temps au quotidien, l’analyse portera surtout sur les travaux d’astreinte. Le rapport entre le temps passé à l’astreinte par rapport au volume global de travail influence énormément le ressenti vis-à-vis de son travail.

Prendre en compte les facteurs influençant le temps de travail

Tout d’abord, l’organisation du travail qui répond à la question du “Comment réaliser la tâche” pour atteindre l’objectif fixé. Il s’agit de la chaine de production : qui fait quoi, à quel moment, dans quel ordre, de quelle manière, avec quel itinéraire…L’organisation du travail est conditionnée par l’équipement disponible par exemple pour la traite ou la distribution de l’alimentation. Les choix techniques comme le regroupement des vêlages, le patûrage… ont aussi un impact. Ensuite, les conditions de travail qui répondent à la question “dans quel contexte se réalise la tâche”. Elles comprennent les facteurs physiques comme le bruit, la température, l’humidité..., les facteurs chimiques comme l’exposition à des substances toxiques mais aussi les facteurs humains comme la vie relationnelle et le statut des personnes.Les conditions de travail incluent par exemple la structuration de l’exploitation : les temps passés aux déplacements et à la circulation peuvent être très variables selon les cas ; ou la fonctionnalité des bâtiments : passages d’hommes, organisation des circuits… Enfin le comportement de chacun face au travail et son tempérament influence le temps passé. Plusieurs profils sont décrits selon les pratiques et les objectifs de chacun.- Le simplificateur : il met en place des pratiques simples et rapides quitte à accepter quelques conséquences sur la performance ou la qualité du travail.- Le perfectionniste : il aime le travail bien fait et ne compte pas ses heures pour atteindre cet objectif.- L’efficient : il a des pratiques intermédiaires pour trouver le meilleur compromis entre le temps de travail et la qualité du travail.

Concours Trucs et Astuces 2015 : inscrivez-vous dès maintenant

Vous avez mis en place des trucs et astuces sur votre exploitation, vous pouvez participer au prochain concours organisé par les Chambres d’agriculture de Normandie en partenariat avec la MSA. Il débutera le 15 janvier prochain et se clôturera le 31 mars. Pour candidater, il s’agit de répondre au questionnaire en ligne sur le site de votre Chambre d’agriculture rubrique “Mieux vivre son métier” et de télécharger la ou les photos de votre astuce. Les gagnants se verront récompensés d’un week-end de détente avec les journées de remplacement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fermer les abattoirs, c’est tuer les éleveurs
Dimanche 7 juin 2020, le préfet de la Manche a pris la décision de fermer le dernier abattoir de la Manche, à Saint-Hilaire-du-…
MOISSON ORGE
Les orges ouvrent le bal des batteuses
Dès le milieu de la semaine dernière, les batteuses ont ouvert le bal de la moisson. Les orges, comme à leur habitude, sont les…
JA NORMANDIE
JA Normandie renouvelle son bureau
Après les élections départementales, JA Normandie a élu son nouveau bureau mardi 23 juin. Questions à Alexis Graindorge qui…
Le soja normand prend de l’ampleur
En 2019, la Région lance un appel à projets pour son plan protéines végétales. Le Soja made in Normandie (SMN), alliant, entre…
SAFER - JA NORMANDIE
Safer et JA de Normandie luttent contre l’accaparement des terres
En attendant une loi foncière, Safer et JA de Normandie s’organisent pour lutter contre le transfert opaque des terres. En 2019,…
Maltot exauce le vœu de la ruralité
Maltot, pour ceux qui ne connaissent pas, c’est son château, sa MFR et son Bœuf en fête. La commune compte 1 095 habitants, se…
Publicité