Aller au contenu principal

Des trucs et astuces pour travailler en sécurité dans ses bâtiments d’élevage

Le concours trucs et astuces d’éleveurs en Normandie, organisé par les Chambres d’agriculture, permet de mettre en avant des équipements inventés par des éleveurs pour se faciliter le travail au quotidien mais aussi pour améliorer la sécurité et le confort de travail.

Chaque année, les accidents du travail en agriculture se comptent par milliers.
Une fois l’accident arrivé, il est malheureusement trop tard pour se poser les bonnes questions sur sa façon de travailler.
Mieux vaut anticiper et s’interroger pour savoir si on peut faire autrement et ainsi travailler sereinement en sécurité.
En fonction de l’aménagement des bâtiments et de la conduite technique des troupeaux, les agriculteurs font preuves d’ingéniosité pour créer des équipements qui répondent à leurs besoins avec leurs propres moyens.
En voici quelques exemples.

Le pousse taurillon

Cette astuce a été inventée par Philippe Benset, éleveur de bovins dans la Manche. Fabriqué pour charger les lots de taurillons dans un camion sans énervement et sans risque pour l’éleveur, le système se révèle très efficace. Il s’agit d’une barrière métallique qui se fixe automatiquement sur le chargeur frontal du tracteur. Des lisses en métal ont été ajoutées pour éviter qu’un taurillon ne puisse passer la tête entre deux barreaux. Le système de fixation a été conçu pour que ce soit simple et rapide, l’accroche de la barrière se fait sans descendre du tracteur. De cette manière, il n’y a pas de contact direct avec les taurillons. Les animaux sont ainsi plus calmes, la barrière les pousse doucement vers le quai d’embarquement.

Barrière suspendue pour parc d’attente

Ce système a été créé par Pascal Orvain, éleveur de vaches laitières dans la Manche. Comme dans bon nombre d’exploitations, le parc d’attente était devenu trop petit par rapport à l’augmentation du nombre de vaches laitières. Il fallait trouver une solution pour agrandir le parc d’attente en ajoutant une barrière. Par rapport à la configuration du bâtiment, la barrière ne pouvait être fixée sur un côté car cela supprimait des places aux cornadis ou des places de logettes. Pour y remédier, l’éleveur a eu l’idée de suspendre la barrière en hauteur à l’aide d’un treuil et d’un rail fixé sur un poteau. La commande électrique permet de monter et baisser la barrière sans effort et en toute sécurité.

Fil électrique automatique

Ce système a été créé par Jacky Cenier, éleveur de vaches laitières dans la Manche. Pour diminuer le nombre de mammites, l’éleveur a installé un fil électrique pour empêcher les vaches laitières d’aller se coucher sur l’aire paillée en sortie de salle de traite. Au début, le système était manuel, puis il a eu l’idée de mettre en place un système motorisé avec des câbles et poulies, le tout couplé à une minuterie. Ainsi quand les vaches rentrent dans le parc d’attente, il suffit d’appuyer sur un bouton pour descendre le fil électrique, ce dernier est programmé pour remonter automatiquement à 9 h 30 et à 21 h 30. De cette manière, l’éleveur n’a pas besoin de retourner dans la stabulation pour enlever le fil électrique et cela permet d’éviter d’oublier de retirer celui-ci.

A vous de jouer
Vous aussi, participez au Concours Trucs et Astuces 2017 et tentez de gagner un séjour de détente (d’une valeur de 2 000 €) avec des journées de service de remplacement et bien d’autres lots. Le concours a débuté le 16 janvier et se clôturera le 31 mars 2017. Pour candidater, il suffit de compléter le questionnaire en ligne sur le site internet de votre Chambre d’Agriculture dans la rubrique « Mieux vivre son métier » et de télécharger la ou les photos de votre astuce. Vous pouvez également contacter votre Chambre d’agriculture départementale pour recevoir un dossier de candidature.

Web
Vous pouvez retrouver ces 3 astuces en vidéo et bien d’autres encore sur le site internet de votre Chambre d’Agriculture sous l’onglet «Emploi Formation », à la rubrique « Mieux vivre son métier ».

Contacts
- Calvados : 02 31 70 25 38 ou www.chambre-agriculture-14.fr
- Manche : 02 33 79 41 70 ou www.chambre-agriculture-50.fr
- Orne : 02 33 31 48 12 ou www.chambre-agriculture-61.fr
- Eure : 02 35 59 47 14 ou www.chambre-agriculture-27.fr
- Seine Maritime : 02 35 59 47 14 ou www.chambre-agriculture-76.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 7e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS et la DDPP confirment, mardi 13 avril2021, qu'un septième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans le Bessin.
Christian et Catherine Duchemin vendent La Ferme du Val d’Odon à Alain Datin
Christian et Catherine Duchemin passent la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de La Ferme du Val d'…
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité