Aller au contenu principal

Interview de Jean Lieven (Terres Inovia) et Julien Besnard ingénieur recherche à l’Université de Caen
Des variétés de soja passées au crible en Normandie

Coordonné par l’unité de recherche d’Ecophysiologie Végétale et Agronomie (UMR Inrae/UCN EVA) de l’université de Caen Normandie, le projet Soja made in Normandie (SMN) a démarré en mai et court jusqu’en juin 2022. Il regroupe l’institut Terres Inovia, des coopératives (Agrial, Coopérative de Creully) des unités de la fédération de recherche Normandie Végétale (UMR Inrae/UCN EVA Caen, Unilasalle Rouen, Glyco-MEV Rouen), ainsi que la Chambre Régionale d’Agriculture de Normandie, et des partenaires privés fournisseurs de biostimulants (Agrauxine, Via Végétale). En 2020, le consortium a lancé des essais simultanés au champ et en laboratoire. Des pistes se dessinent, non seulement pour l’étude de faisabilité du soja en Normandie mais aussi pour le monde de la recherche sur le soja en France.

SOJA
« Le projet fédère différents acteurs autour du soja. Et ça, c’est une réussite », saluent les deux interlocuteurs.
© DR

>> Quel est le but du projet SMN ?
Jean Lieven : Les premiers travaux lancés au champ en 2020 visaient surtout à évaluer les variétés a priori les plus candidates pour boucler leur cycle de développement dans les conditions testées. Terres Inovia accompagne les organismes dans la mise en œuvre de tels essais. C’est un partenariat qui se veut gagnant-gagnant pour que chacun y trouve son intérêt en termes de méthodes et interprétations des données. En Normandie, cinq essais soja ont été mis en place avec un tronc commun proposé par Terres Inovia de variétés « très précoces » (variétés les plus précoces dans la série 000). Les coopératives de Creully, Agrial ont réalisé ces tests dans le cadre de notre projet. Un premier essai mesurant l’intérêt des biostimulants a également été mis en place dans le Bessin. D’autres acteurs normands (coop, négoces…) ont également conduit des actions spécifiques soja en 2020.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité