Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Désarroi, désespoir : la situation devient explosive

Le temps reste orageux sur pour les éleveurs du Calvados. Ils ont profité du temps humide et montré que le combat n’est pas terminé. À l’appel des Jeunes Agriculteurs et de la FDSEA 14, les agriculteurs ont encerclé la préfecture du Calvados avant de se rendre à la DDTM.

La météo suit l’actualité agricole. Elle facilite la mobilisation. Une réunion de cellule de crise était programmée jeudi 13 août à la préfecture. Au nom de la FDSEA 14, Sébastien Debieu et Jean-Yves Heurtin y ont notamment participé. “Mais rien de mieux que d’avoir des éleveurs confrontés à la crise présente devant la préfecture pour marteler la problématique”, souligne le secrétaire général de la FDSEA 14 (avant sa démission lundi, lire en page 9).

Une mobilisation rapide et une stratégie sans téléphone
Parti du Bessin, le mouvement s’est révélé rapide. Le convoi de tracteurs a d’ailleurs pris de vitesse les forces de l’ordre. Ces dernières n’ont pu qu’observer l’encerclement de la préfecture par une petite centaine de tracteurs. Les syndicalistes voulaient jouer l’effet de surprise. Ils y sont visiblement parvenus? “Nous avons rameuté les troupes sans téléphones. Nous sommes allés dans les cours des fermes chercher les gars. Nous évitions les SMS. Force est de constater qu’à chaque fois qu’on utilise les téléphones, les forces de l’ordre arrivent toujours avant nous. Nous avons changé de philosophie. Là, il y avait juste une voiture de gendarmerie à 4 h 45 qui ne pouvait ne nous empêcher de passer par la pelouse”.

La DDTM demande le soutien de la FDSEA
À la demande de la FDSEA, une réunion, prévue en septembre avec les acteurs des filières lait et viande, a été avancée au 13 août. Le syndicat a quitté la salle. “On ne peut que déplorer que les industriels ne se déplacent pas dans un contexte d’urgence. On veut que tous soient autour de la table. On ressent une certaine impuissance de l’État”, estime Jean-Yves Heurtin. De son côté, la préfecture estime que “malgré un contexte difficile, l’État a tenu ses engagements”.
À la demande la FDSEA 14, le préfet du Calvados s’était engagé à contacter les principaux à contacter les principaux opérateurs industriels. Toujours le même objectif : vérifier l’application stricte des accords. Dans un courrier du 7 août, aide et appui ont été demandés au syndicalisme. “Dans une lettre du 7 août adressé à notre structure syndicale, le Préfet, par la voix de son directeur régional de l’agriculture, reconnaît ne pas avoir les moyens d’obtenir ces éléments”, souligne la FDSEA 14.  

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fermer les abattoirs, c’est tuer les éleveurs
Dimanche 7 juin 2020, le préfet de la Manche a pris la décision de fermer le dernier abattoir de la Manche, à Saint-Hilaire-du-…
MOISSON ORGE
Les orges ouvrent le bal des batteuses
Dès le milieu de la semaine dernière, les batteuses ont ouvert le bal de la moisson. Les orges, comme à leur habitude, sont les…
JA NORMANDIE
JA Normandie renouvelle son bureau
Après les élections départementales, JA Normandie a élu son nouveau bureau mardi 23 juin. Questions à Alexis Graindorge qui…
Le soja normand prend de l’ampleur
En 2019, la Région lance un appel à projets pour son plan protéines végétales. Le Soja made in Normandie (SMN), alliant, entre…
SAFER - JA NORMANDIE
Safer et JA de Normandie luttent contre l’accaparement des terres
En attendant une loi foncière, Safer et JA de Normandie s’organisent pour lutter contre le transfert opaque des terres. En 2019,…
Maltot exauce le vœu de la ruralité
Maltot, pour ceux qui ne connaissent pas, c’est son château, sa MFR et son Bœuf en fête. La commune compte 1 095 habitants, se…
Publicité