Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Culture
Désherbage colza : programmes de post-levée contre les graminées

Durant l’été, la levée des mauvaises herbes pendant l’interculture n’a pas été favorisée. Dans certaines parcelles de la région, les populations de graminées sont déjà importantes et peuvent concurrencer dès à présent la croissance des jeunes colzas.

 

Vous trouverez ci-après les différentes stratégies à base d'antigraminées foliaires, d'antigraminées racinaires ou bien l'association des deux.

En effet, dans certaines situations, la présence de ray-grass, vulpin voire vulpie nécessite une intervention précoce et les antigraminées racinaires peuvent être incontournables en cas de résistances !

Anti-graminées foliaires : contre les repousses et autres graminées

 

Les anti-graminées foliaires représentent la solution la plus économique sur repousses de blé et d’orge (25 à 40 €/ha). Pour limiter la concurrence avec le colza et donc pour être le plus rentable possible, ce désherbage doit être fait le plus tôt possible.

• Les différents produits sont également efficaces sur vulpin, ray-grass, folle-avoine et brome, en l’absence de résistances aux inhibiteurs de l’ACCase (“fop” et “dime”).

• Le rattrapage sur paturin annuel est possible jusqu’à 3 feuilles maximum de la graminée avec Centurion 0,4 l/ha + huile, Léopard 120 ou Targa D+ à 1,25 l/ha + huile, Pilot / Etamine à 3 l/ha et Foly R / Noroit à 0,6 l/ha + huile.

Conditions d’emploi

Le traitement sera réalisé à partir du stade 2-3 feuilles du colza par temps poussant avec une température supérieure à 10 °C. Il s’agit d’éviter si possible une application avant une période de gel (expression possible par la suite de symptômes sur feuilles). L’hygrométrie sera supérieure à 60 %.

 

 

Anti-graminées racinaires : un désherbage à l’échelle de la rotation

 

Les produits Kerb Flo / Rapsol WG et Légurame PM, d’un coût nettement supérieur aux anti-graminées foliaires (55 à 65 €/ha) sont efficaces sur repousses de céréales, vulpin, ray-grass, folle-avoine, brome, paturin annuel, vivaces mais aussi vulpie dont la pression a nettement augmenté dans certaines parcelles conduites en non labour.

Ces produits présentent un intérêt dans les parcelles dont les ray-grass, vulpin et folle avoine se montrent résistants aux “fop” voire aux “dime” (cas un peu moins fréquent) ou tout simplement pour gérer la durabilité de ces anti-graminées foliaires sur céréales.

En situation de faible densité de repousses peu concurrentielles (5 à 10 repousses/m²), et en présence de ray-grass ou vulpin non concurrentiels, il est préférable de faire l’impasse sur les anti-graminées foliaires et d’attendre le mois de novembre pour réaliser les anti-graminées racinaires. Humidité du sol et colza ayant moins de 4/5 feuilles sont nécessaires pour garantir efficacité et sélectivité de ces produits.

 

Conditions d’emploi

L’action de ces produits est de type racinaire systémique. Elle est lente car le produit doit atteindre les racines grâce à la pluviométrie. Les basses températures rallongent ce temps d’action, mais l’application peut se faire sur sol gelé. Leur sensibilité à la sécheresse et aux chaleurs d’automne oblige à attendre début novembre pour intervenir.

 

Explication concernant la campagne 2009-10

Lors de la précédente campagne, les insatisfactions concernant l’utilisation des ces produits furent fréquentes : manque

d’efficacité, délais d’action.

Les interventions ont été réalisées courant novembre, pour les plus précoces, voire bien plus tard. Avec un automne particulièrement doux, les graminées présentaient en hiver un stade phénologique très avancé avec un fort enracinement.

L’action des produits fut dans ce cas plus difficile et en raison de la rigueur et de la longueur

de l’hiver, cette action fût très lente.

 

Anti-graminées foliaires et racinaires en association à déconseiller en situation de résistance

 

Ce type d’association voudrait contrôler repousses et graminées ou graminées de façon plus ou moins urgente sans attendre la période optimale (novembre) tout en bénéficiant des propriétés des produits racinaires (efficacité, alternance des modes d’action dans la rotation).

Entre 2008 et 2010, le CETIOM a mis 4 essais en place (2 essais ray-grass, 2 essais vulpin) dans des situations où l’on soupçonnait une résistance aux ACCase (groupe HRAC A - fop et dime).

Les essais ont mis en évidence des résistances aux “fop” (Agil) dans tous les essais mais à des degrés différents et au Stratos Ultra dans les essais vulpin. Cependant, dans ces situations, la cléthodime commence à décrocher (75 % d’efficacité en moyenne).

Le Kerb Flo à dose réduite et en application précoce (20 octobre) montre une activité limitée mais significative (70 %). Celle-ci se trouve améliorée par le mélange avec cléthodime (+ 10 % sur vulpin, + 30 % sur ray-grass). Ces résultats montrent que ce type de mélange peut être une solution tant que les adventices sont sensibles à la cléthodime et que l’on reste dans des conditions d’efficacité du Kerb Flo raisonnables. En effet, avant la date du 15-20 octobre, ce produit peut s’avérer complètement inefficace.

Enfin, dans les essais vulpin, le programme décomposé (cléthodime en octobre puis Kerb Flo en novembre) est un peu plus puissant et sûr grâce à un meilleur positionnement du Kerb Flo.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
ELISE HEBERT
« Si je n’essaie pas, je serai déçue »
Anxieuse, mais bosseuse, Élise Hébert, 22 ans, est salariée de l’entreprise de travaux agricoles Vandecandelaère, à Saint-Manvieu…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité