Aller au contenu principal

Maïs
Désherbage : les techniques alternatives sont performantes

Le maïs est semé en rangs espacés de 45, 75 ou 80 cm, ce qui facilite l'emploi des sarcleuses ou des bineuses.

La mise au point des itinéraires culturaux et les progrès réalisés dans la conception des machines permettent de combiner les solutions mécanique et chimique pour désherber le maïs. La mise en œuvre maintenant plus facile et plus efficace, garantit un niveau de rendement élevé. On distingue deux techniques : le désherbage mixte et le “désherbinage”.

Le rendement du maïs est maintenu
Par rapport au désherbage chimique intégral, le désherbage mixte ou le “désherbinage” ne modifie pas le rendement du maïs à condition d'assurer un bon contrôle des adventices. C'est d'ailleurs une règle générale car le maïs est sensible à la concurrence des adventices entre le stade 6 et 11 feuilles. Intervenir sur sol suffisamment ressuyé est également une règle importante, afin de pas abîmer la structure du sol et pénaliser le développement du maïs (Tableau 1).

Dépendance du temps
La mise en œuvre de la technique exige un peu plus de rigueur que la pulvérisation mais celle-ci est accessible à tout le monde. Un parcellaire bien découpé et un semis rectiligne améliorent nettement les performances de la bineuse. De bonnes conditions climatiques sont exigées au moment de l'intervention pour obtenir un binage de qualité et éviter d'abîmer la structure du sol. De ce fait, pour intervenir au bon moment et en bonnes conditions, le nombre d'hectares par machine est limité.
Les coûts représentés dans le tableau 2 correspondent à une bineuse 6 rangs auto-pilotée équipée d'un système de pulvérisation sur le rang. Le coût de traction est estimé à 9 €/ha pour les deux passages.
Le coût supplémentaire lié au matériel est compensé par l'économie d'herbicides (de 50 à 65 % de produits en moins). Enfin, on peut compter sur une bonne efficacité du ray-grass semé sous couvert pour capter l'azote et protéger le sol.

 

Pratique du désherbage mixte

Traitement chimique en plein puis binage de l’entre-rang

Le désherbage mixte ne nécessite pas d'équiper la bineuse d'un système de pulvérisation. L'itinéraire comporte d'abord un désherbage chimique effectué en plein en utilisant le pulvérisateur classique de l'exploitation. Il est réalisé en pré-levée ou en post-levéee au stade 4-5 feuilles du maïs. Ce traitement est parfois renouvelé au stade 6 feuilles dans le cas de nouvelles levées d'adventices ou bien, on effectue un premier passage de bineuse. A chaque traitement on utilise des doses réduites d'herbicides notamment en post-levée. Le désherbage chimique en plein est suivi au stade 8-10 feuilles (avant le redémarrage des adventices) d'un binage de l'entre rang complété par un léger buttage du rang de maïs pour étouffer les mauvaises herbes. Parfois, on effectue deux binages, en réalisant le premier au stade 6-7 feuilles.

 

Pratique du “désherbinage”

Traitement dirigé sur le rang et binage de l'entre-rang

L'itinéraire consiste à effectuer un traitement chimique ciblé sur le rang de maïs et un binage de l'entre rang. Le traitement chimique peut être réalisé au moment du semis ou bien en post-levée. Dans le premier cas on équipe le semoir d'un système de pulvérisation en utilisant des herbicides adaptés par exemple : Trophée, Harness, Wing, Beloga, Camix, Dans le second cas on utilise une bineuse équipée d'un système de pulvérisation permettant d'effectuer simultanément le traitement de post-levée ciblé sur le rang avec une autre opération : semis ou binage. Actuellement, il existe des “kits” de pulvérisation qui peuvent être installés sur le semoir ou la bineuse.

Essais
Utilisation de la bineuse

Les systèmes d'auto pilotage mécanique et électronique (marquage au semis,
palpeurs, capteurs optiques) simplifient l'utilisation de la bineuse et améliorent
nettement la précision et le débit du
chantier. Les débits de chantier annoncés par les agriculteurs sont de 3 ha/h environ.

Pour écrire à l'auteur

shardy@manche.chambagri.fr

 

Pour en savoir plus :

www.manche.chambagri.fr

Intérêts
- Réduction sensible des doses  d'herbicides qui sont divisées par 2 ou 3.
- Ameublissement de la surface et aération du sol.
- Economie d'eau et bonne utilisation des pluies.
- Bonne efficacité.
- Demande de puissance raisonnable (12 à 15 Ch./mètre).
- Possibilité de “buttage” du rang de maïs.
- Systèmes de guidage performants.
- Possibilité de semer un couvert de ray-grass dans l'entre-rang.

Limites

- Exigence de bonnes conditions agronomiques et climatiques.
- Temps de travail un peu plus long que la pulvérisation.
- Bon parcellaire de préférence.
- Période d'intervention assez courte posant parfois des problèmes d'organisation et de plein emploi du matériel.

Avertissement

Le nombre de rangs de la bineuse doit être cohérent avec celui du semoir.
Au niveau du semoir, l'écartement entre les éléments semeurs doit être strictement identique.
La quantité pulvérisée par rapport à la surface traitée doit être parfaitement maîtrisée pour éviter le surdosage d'herbicides.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

VIDEO La Jaguar 990 TT Claas se démène dans la Manche
Le concessionnaire SM3 Claas a fait venir l’ensileuse 990 terra trac pour une démonstration dans la Manche. Venue d’Allemagne, la…
KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
Frédéric Bellanger, Orne
Chez Frédéric Bellanger, le bonheur est dans l’herbe
Pour Frédéric Bellanger, producteur de viande bovine à La Boursillière à Moutiers-au-Perche (61), le bonheur est dans le pré :…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
Jennifer Morin, agricultrice
Jennifer Morin, « mieux vaut avoir le caractère bien trempé »
À Larchamp, commune nouvelle de Tinchebray-Bocage (61), Jennifer Morin est installée avec son mari en lait. Non issue du milieu…
Publicité