Aller au contenu principal
Font Size

Sesion chambre d'agriculture
”Développer un projet stratégique”

Budget modificatif approuvé, intervention de Jean-karl Deschamps quelque peu contesté.

Jean-Karl Deschamps (au centre), “je regrette que l’installation des jeunes agriculteurs ne soit pas une priorité au sein du contrat de plan “État-Région”.
Jean-Karl Deschamps (au centre), “je regrette que l’installation des jeunes agriculteurs ne soit pas une priorité au sein du contrat de plan “État-Région”.
© E.C.
Petite surprise lors de la session, se déroulant à Saint-Lô, vendredi dernier, l’intervention de Jean-Karl Deschamps, vice-président du Conseil Régional, sur le schéma régional d’aménagement et de développement du territoire. Un schéma incluant bien évidemment l’agriculture. “De la qualité” Premier point, l’agriculture et l’agroalimentaire n’arrive qu’en 7è position sur les atouts de la Basse-Normandie lorsque l’on consulte le document du SRADT. “Les Bas-Normands, pour les 20 ans à venir, veulent encourager l’agriculture de qualité (47%) tout en favorisant les énergies renouvelables, la protection des espaces naturels sensibles (49%)”. En fait, cette étude, toujours selon J.K. Deschamps, “ a pour but de développer un projet stratégique, accompagné de 12 grands chantiers”. Concrètement sur l’agriculture, le vice-président du conseil régional regrette que l’installation des jeunes agriculteurs ne soit pas une priorité au sein du plan État-Région. Plutôt curieux lorsque l’on sait que le conseil régional a purement et simplement supprimé son aide aux différents forum “installation”, dès son arrivée au pouvoir, organisés par les Jeunes Agriculteurs de la Manche. Face à J.K. Deschamps, Pascal Férey, vice-président de la Chambre d’Agriculture, est monté au créneau pour émettre des réserves sur la problématique de l’herbe, “la PAC interdit le retournement de nouvelles parcelles”. Réponse du conseiller régional, “le problème, c’est de donner les moyens à ceux qui le font de pouvoir continuer”. Rejoint par Jean Bizet qui met en doute la politique agricole du conseil régional, “beaucoup de bonnes intentions, mais rien de véritablement concret”, Pascal Férey a aussi émis des réserves sur les nouvelles zones régionales à protéger, le manque d’harmonisation des plans d’urbanisme, ou encore l’agriculture conventionnelle, “elle peut, elle aussi, avoir ses signes de qualités et labels”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MOISSON ORGE
Les orges ouvrent le bal des batteuses
Dès le milieu de la semaine dernière, les batteuses ont ouvert le bal de la moisson. Les orges, comme à leur habitude, sont les…
JA NORMANDIE
JA Normandie renouvelle son bureau
Après les élections départementales, JA Normandie a élu son nouveau bureau mardi 23 juin. Questions à Alexis Graindorge qui…
SAFER - JA NORMANDIE
Safer et JA de Normandie luttent contre l’accaparement des terres
En attendant une loi foncière, Safer et JA de Normandie s’organisent pour lutter contre le transfert opaque des terres. En 2019,…
Un pick-up lin conçu par la SAMA voit le jour
L’agriculture devra se passer du glyphosate d’ici quelques années. Les producteurs de lin anticipent l’arrêt de l’herbicide,…
Bureau JA 50
" Il y a encore des lignes à faire bouger "
Les JA de la Manche ont élu leur nouveau bureau vendredi 12 juin. A la tête de la structure, Luc Chardine, éleveur laitier en…
Stabulation circulaire
Une stabulation circulaire pour les génisses
Le bâtiment « parapluie » est un concept innovant. Il allie la rapidité de construction et la simplification du travail en…
Publicité