Aller au contenu principal

Sesion chambre d'agriculture
”Développer un projet stratégique”

Budget modificatif approuvé, intervention de Jean-karl Deschamps quelque peu contesté.

Jean-Karl Deschamps (au centre), “je regrette que l’installation des jeunes agriculteurs ne soit pas une priorité au sein du contrat de plan “État-Région”.
Jean-Karl Deschamps (au centre), “je regrette que l’installation des jeunes agriculteurs ne soit pas une priorité au sein du contrat de plan “État-Région”.
© E.C.
Petite surprise lors de la session, se déroulant à Saint-Lô, vendredi dernier, l’intervention de Jean-Karl Deschamps, vice-président du Conseil Régional, sur le schéma régional d’aménagement et de développement du territoire. Un schéma incluant bien évidemment l’agriculture. “De la qualité” Premier point, l’agriculture et l’agroalimentaire n’arrive qu’en 7è position sur les atouts de la Basse-Normandie lorsque l’on consulte le document du SRADT. “Les Bas-Normands, pour les 20 ans à venir, veulent encourager l’agriculture de qualité (47%) tout en favorisant les énergies renouvelables, la protection des espaces naturels sensibles (49%)”. En fait, cette étude, toujours selon J.K. Deschamps, “ a pour but de développer un projet stratégique, accompagné de 12 grands chantiers”. Concrètement sur l’agriculture, le vice-président du conseil régional regrette que l’installation des jeunes agriculteurs ne soit pas une priorité au sein du plan État-Région. Plutôt curieux lorsque l’on sait que le conseil régional a purement et simplement supprimé son aide aux différents forum “installation”, dès son arrivée au pouvoir, organisés par les Jeunes Agriculteurs de la Manche. Face à J.K. Deschamps, Pascal Férey, vice-président de la Chambre d’Agriculture, est monté au créneau pour émettre des réserves sur la problématique de l’herbe, “la PAC interdit le retournement de nouvelles parcelles”. Réponse du conseiller régional, “le problème, c’est de donner les moyens à ceux qui le font de pouvoir continuer”. Rejoint par Jean Bizet qui met en doute la politique agricole du conseil régional, “beaucoup de bonnes intentions, mais rien de véritablement concret”, Pascal Férey a aussi émis des réserves sur les nouvelles zones régionales à protéger, le manque d’harmonisation des plans d’urbanisme, ou encore l’agriculture conventionnelle, “elle peut, elle aussi, avoir ses signes de qualités et labels”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Eleveur laitier à bout de souffle : il s'en est sorti et il témoigne
Marcel, 35 ans, s’est installé en Gaec en 2009, dans le bocage ornais. Entre les investissements, l’installation d’une troisième…
panneaux solaires
Soleil 14, ou le cadastre solaire pour tomber dans le bon panneau
Soleil 14 est portée par le Syndicat départemental d’énergies du Calvados et les 16 intercommunalités du département. La…
500 ch en bord de mer
Vincent Michel, ferme de la Saline dans le Calvados, a commandé avant l’été, le Fendt Vario 1050. Il est arrivé dans la cour de…
coopération laitière, négociations commerciales
La coopération laitière lance une alerte
Dans le bras de fer commercial opposant distribution et transformation qui doit trouver son épilogue avant le 1er mars 2022, la…
Littoral Normand Déleg Génisses
Déleg Génisses : un service à la hauteur des attentes et en devenir
Un peu plus d’un an après son lancement par Littoral Normand, retour bilanciel sur Déleg Génisses, un service de délégation d’…
RENCONTRE FILIERE PORCINE FRSEA NORMANDIE
La production porcine à l’heure de la loi Egalim 2
Egalim 2, fin de la castration, crise du porc… les sujets n’ont pas manqué pour animer la réunion organisée par la FRSEA de…
Publicité