Aller au contenu principal
Font Size

Mathieu Peraud, nouveau directeur de la Chambre d'Agriculture
"Développer une carte de services attractive"

Patrice Prével prend sa retraite en septembre. Son remplaçant, Mathieu Peraud, est en poste depuis quatre mois et fait part de ses premières impressions sur l'agriculture manchoise.

Mathieu Peraud, il succède à Patrice Prével, à la tête de la Chambre d’Agriculture de la Manche.
Mathieu Peraud, il succède à Patrice Prével, à la tête de la Chambre d’Agriculture de la Manche.
© ec
Mathieu Peraud vient de prendre les commandes de la Chambre d’Agriculture de la Manche. Agé de 41 ans, il s’occupait auparavant le poste de directeur de la formation au Pays de Saint-Malo et ce pendant six ans. Le monde agricole ? Il apprend aujourd’hui à le connaître avec une rapidité stupéfiante. Comment passe t-on du domaine de la formation à l’agriculture ? “J’aspirais à diriger une structure importante où je peux maîtriser tous les leviers de décisions. C’est le cas de la Chambre de la Manche où j’ai aussi un rôle de conseil auprès du président. Le plus intéressant, c’est la participation à l’élaboration d’une stratégie globale. Dans une chambre consulaire comme celle-ci, il y a beaucoup de projets à développer”. Justement, quels sont les axes de développement pour la Manche ? “Tout d’abord l’aménagement et le développement du territoire. D’ailleurs, j’ai déjà travaillé sur ce thème avec les légumiers du Pays de St-Malo. Dans la Manche, il y a le PAD; pour moi, c’est une feuille de route. Mais le plus prometteur pour l’avenir, c’est que l’on est pas seulement dans un département qui s’occupe d’agriculture mais aussi de la ruralité dans sa globalité. Soyons clairs, l’agriculture a des défis à relever : Eau, phytos, énergies, bref tout ce qui est lié à l’environnement”. Vous êtes en poste, en tant que directeur-adjoint, depuis quatre mois, votre premier bilan ? “Je suis dans une chambre d’agriculture dynamique qui offre des services au monde agricole et des prestations. L’un de mes objectifs, c’est de consolider la culture d’entreprise de la structure mais aussi d’offrir une carte de services et l’adapter à la conjoncture agricole avec des produits bien identifiés. Nous devons aussi plus communiquer”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MOISSON ORGE
Les orges ouvrent le bal des batteuses
Dès le milieu de la semaine dernière, les batteuses ont ouvert le bal de la moisson. Les orges, comme à leur habitude, sont les…
JA NORMANDIE
JA Normandie renouvelle son bureau
Après les élections départementales, JA Normandie a élu son nouveau bureau mardi 23 juin. Questions à Alexis Graindorge qui…
SAFER - JA NORMANDIE
Safer et JA de Normandie luttent contre l’accaparement des terres
En attendant une loi foncière, Safer et JA de Normandie s’organisent pour lutter contre le transfert opaque des terres. En 2019,…
Un pick-up lin conçu par la SAMA voit le jour
L’agriculture devra se passer du glyphosate d’ici quelques années. Les producteurs de lin anticipent l’arrêt de l’herbicide,…
Bureau JA 50
" Il y a encore des lignes à faire bouger "
Les JA de la Manche ont élu leur nouveau bureau vendredi 12 juin. A la tête de la structure, Luc Chardine, éleveur laitier en…
L’hétérogénéité des orges se confirme
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Publicité