Aller au contenu principal

Mathieu Peraud, nouveau directeur de la Chambre d'Agriculture
"Développer une carte de services attractive"

Patrice Prével prend sa retraite en septembre. Son remplaçant, Mathieu Peraud, est en poste depuis quatre mois et fait part de ses premières impressions sur l'agriculture manchoise.

Mathieu Peraud, il succède à Patrice Prével, à la tête de la Chambre d’Agriculture de la Manche.
Mathieu Peraud, il succède à Patrice Prével, à la tête de la Chambre d’Agriculture de la Manche.
© ec
Mathieu Peraud vient de prendre les commandes de la Chambre d’Agriculture de la Manche. Agé de 41 ans, il s’occupait auparavant le poste de directeur de la formation au Pays de Saint-Malo et ce pendant six ans. Le monde agricole ? Il apprend aujourd’hui à le connaître avec une rapidité stupéfiante. Comment passe t-on du domaine de la formation à l’agriculture ? “J’aspirais à diriger une structure importante où je peux maîtriser tous les leviers de décisions. C’est le cas de la Chambre de la Manche où j’ai aussi un rôle de conseil auprès du président. Le plus intéressant, c’est la participation à l’élaboration d’une stratégie globale. Dans une chambre consulaire comme celle-ci, il y a beaucoup de projets à développer”. Justement, quels sont les axes de développement pour la Manche ? “Tout d’abord l’aménagement et le développement du territoire. D’ailleurs, j’ai déjà travaillé sur ce thème avec les légumiers du Pays de St-Malo. Dans la Manche, il y a le PAD; pour moi, c’est une feuille de route. Mais le plus prometteur pour l’avenir, c’est que l’on est pas seulement dans un département qui s’occupe d’agriculture mais aussi de la ruralité dans sa globalité. Soyons clairs, l’agriculture a des défis à relever : Eau, phytos, énergies, bref tout ce qui est lié à l’environnement”. Vous êtes en poste, en tant que directeur-adjoint, depuis quatre mois, votre premier bilan ? “Je suis dans une chambre d’agriculture dynamique qui offre des services au monde agricole et des prestations. L’un de mes objectifs, c’est de consolider la culture d’entreprise de la structure mais aussi d’offrir une carte de services et l’adapter à la conjoncture agricole avec des produits bien identifiés. Nous devons aussi plus communiquer”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Implantation de la sucrerie AKS à Rouen : un château en Espagne ?
Où en est le projet d’implantation d’une méga sucrerie par une société dubaïote, sélectionnée par Haropa Port sur appel à…
Le Gaec Lorin-Barbot prévoit de toujours produire du lait en 2032
Le Gaec Lorin-Barbot de Les Cresnays (sud Manche) prévoit de toujours produire du lait d’ici dix ans. Pour autant, les…
Zéro glyphosate ou le défi impossible en Normandie ?
Peut-on se passer du glyphosate ? Depuis 2019, cette vaste question a été travaillée via le plan « transition glyphosate…
PAC 2023-2027 : le nouveau système de suivi du parcellaire est « vraiment intrusif »
Dans le cadre de la future programmation de la Politique agricole commune (PAC) qui entrera en vigueur en janvier 2023, la…
Tuberculose bovine dans l'Orne : le point sur la prophylaxie 2022-2023
La campagne de prophylaxie tuberculose bovine a repris le 1er novembre 2022 dans l’Orne. Elle se terminera le 31 mai 2023. Cette…
Philippe Leprince, directeur de l’OP Bovins d’Agrial : « Transformer la décapitalisation en atout »
En octobre 2022, l’OP Bovins d’Agrial a organisé sa « Journée puissance viande » dans le pays du granit, à Saint-Michel-de-…
Publicité