Aller au contenu principal
Font Size

Pesée
Disponible en septembre : la pesée s’automatise !

Après plusieurs mois de tests, Bovins Croissance a officiellement présenté son système d’auto-pesée. Grâce à lui, la pesée devient quotidienne et automatique. Littoral Normand a réalisé ce prototype en partenariat avec Maréchalle, France Bovins Croissance et l’Institut de l’Elevage.

Chez Gérard Bossuyt, installé au Mesnil-Grain, les veaux circulent rapidement dans une cage verte au coin de la stabulation. Le passage est furtif mais il permet néanmoins de peser chaque veau de l’exploitation. Le système est adapté pour les animaux en post sevrage. Il peut cependant être utilisé pour des bêtes de deux ans, voire adultes. L’idée est née au sein de Bovins Croissance en 2010. “Nous avons travaillé pendant trois ans dans 5 élevages. Nous avons abouti à ce prototype qui sera commercialisé en septembre prochain”, explique Laurent Hédou, responsable de Bovins Croissance au sein de Littoral Normand.

Limiter la contrainte humaine
Le système d’auto-pesée élimine la contrainte humaine de manipulation des animaux. Autre avantage : le suivi de croissance des animaux devient quotidien. “Actuellement, les éleveurs pèsent tous les 90 voire 120 jours. Le pilotage du troupeau pour améliorer les performances est donc plus précis”, insiste Laurent Hédou.
Lors de la mise au point du prototype, les techniciens ont répondu à plusieurs contraintes techniques. D’abord, un seul bovin devait être pesé. Des portes automatiques s’ouvrent donc et se ferment lors de l’entrée d’un animal. “Au départ, les bovins passaient à deux ou trois et nous avions des poids aberrants. La pesée en mouvement n’a finalement pas été un réel problème”.

Un système mobile
Le système a également été réfléchi pour fonctionner dans les champs. Cette balance est équipée d’une batterie. Le système est placé proche de la complémentation des veaux au pâturage. Les veaux entrent dans le parc où est installé le nourrisseur. Ils sont ensuite contraints de passer par l’auto-pesée. “Nous n’avons aucun souci de fréquentation. Il faut compter environ 24 heures d’adaptation”.

Reconnaissance grâce
aux boucles électroniques
La reconnaissance s’effectue grâce à l’identidication électronique. L’animal est détecté par la machine grâce à la boucle apposée à l’oreille gauche. Les données sont consultables et peuvent ensuite être récupérées pour le logiciel de l’éleveur. Il s’agit d’un simple fichier txt.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
MC DO CONTRAT
Contrat McDo : « Je connais le prix, quelle que soit la date de sortie »
Romaric, Bernard et Françoise Anquetil élèvent des Prim’Holstein à Saint-Jean-des-Champs (50). Depuis 2007, les jeunes bovins…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
incendie
Toujours plus chaud, l’été normand s’enflamme
Face à l’augmentation du nombre d’incendies, la vigilance portée aux facteurs de risques liés aux travaux d’été doit être…
FDSEA 61 - Betterave jaunisse
(EN IMAGES) FDSEA et JA alertent: « le virus est partout »
Lundi 3 août, les JA et la FDSEA ont invité les responsables politiques ornais et la presse en bout de champ, à Aunou-sur-Orne.…
Publicité