Aller au contenu principal

Dorothée Le Brun, productrice de sapins de Noël par conviction

Mercredi 18 novembre, le décret autorisant la vente de sapins de Noël est paru au journal officiel. Depuis vendredi 20 novembre, les établissements peuvent commercialiser les sapins à l’extérieur, en livraison ou en retrait de commande. Dans la Manche, Dorothée Le Brun, productrice, est soulagée.

Productrice sapins noël
La productrice travaille majoritairement seule. Un ouvrier vient deux samedis par mois. Pendant la saison, du 15 novembre au 15 décembre, elle embauche trois à quatre personnes. DR
© DR

« L’arrêté est tombé. C’est bon, on va pouvoir travailler normalement », souffle Dorothée Le Brun, productrice de sapins de Noël, à Saint-Martin-de-Cenilly (50). C’est officiel, la vente est autorisée depuis vendredi 20 novembre dans les lieux habituels (jardinerie, magasins de bricolage, grandes surfaces). Les établissements ne recevant pas de public peuvent eux aussi commercialiser les arbres de Noël en extérieur, en livraison ou en click & collect.

Pourra ou pourra pas ?

L’exploitante s’est installée en 2007. Elle a repris la ferme familiale qui, avant les conifères, produisait des plantes de haies en containers. « Mon père a commencé la production de sapins de Noël dans les années 1990. Jusqu’à arrêter les haies. On a créé l’EARL Normandie Sapin. On plante 12 ha. J’ai toujours voulu travailler en extérieur, être libre dans mon entreprise ». Dorothée Le Brun vend les deux tiers des sapins aux jardineries, un peu dans les pépinières et aux particuliers. « Il y a quelques années, une personne, puis deux puis trois sont venues m’acheter des sapins, coupés dans le champ. Ça m’a plu de rencontrer les clients, leurs enfants et de voir chez qui part le sapin. Alors, je me suis dit, allons-y gaiement ! » s’amuse celle qui s’est « lancée sérieusement dans la vente directe il y a deux ou trois ans ». Depuis que l’arrêté officiel est tombé, elle est contente de savoir ce qu’elle a le droit de faire : « je ne savais pas si j’étais autorisée à vendre un sapin en direct car je ne suis pas un établissement recevant du public. Et je n’ai pas de secrétaire, je ne me voyais pas faire du click & collect. Maintenant, je sais que c’est OK ».

Parents d’élèves

Dorothée Le Brun compte aussi sur la vente de sapins via les associations de parents d’élèves. « J’ai travaillé avec ma première APE il y a au moins huit ans. Un responsable de l’asso est venu me voir, il voulait des sapins pour son école. Je lui ai donné mes tarifs, il m’a fait passer les commandes. » Maintenant, Dorothée Le Brun deale avec une vingtaine d’associations. « J’assure la livraison à partir de 80 sapins commandés. » Cette année, avec la crise sanitaire de la Covid-19, certaines assos de parents d’élèves ont décidé de ne pas passer commande. D’autres oui. « C’est une des seules choses qu’elles peuvent encore organiser. »

Profession : productrice

Dorothée Le Brun a misé sur le sapin Nordmann Ambrolauri, pour « sa forme, sa qualité et par conviction ». Les interventions sont nombreuses, « dès la plantation. Mais tout est mécanique pour le désherbage et l’émondage basal. Les deux tailles annuelles et autres tuteurages sont des interventions manuelles. J’ai cinq moutons Shropshire qui désherbent. Un producteur voisin vient avec ses clôtures et ses brebis. Je ne suis pas très loin du bio, mais les sapins poussent moins vite », explique celle qui se décrit, sourire en coin, comme « une passionnée plus qu’une gestionnaire ». Depuis quelques années, Dorothée Le Brun compose avec le réchauffement climatique et les saints de glace. « Il fait chaud plus tôt dans l’année, les sapins débourrent, les petites feuilles fragiles et tendres sortent. Le gel de printemps est un drame. Il n’y a rien à faire. Il faudrait une variété qui débourre plus tard… » En attendant, elle se concentre sur la fin de la saison. « Je réalise tout mon chiffre d’affaires entre le 15 novembre et le 15 décembre. Après j’arrête et je reprends mon métier. Ma profession, c’est productrice. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Publicité