Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Drainage des terres agricoles : « les rendements ont été multipliés par deux »

Pierre Vaugon, retraité agricole et maire des Menus, préside le syndicat d’assainissement des terres agricoles du Livet, de la Donette et de l’Eure depuis 1985. Rencontre.

© SB

Pierre Vaugon est maire de la commune des Menus depuis quarante ans. En mars, il passera la main « à la nouvelle génération », comme il aime le dire. En plus de ses fonctions d’élus, cet ancien agriculteur préside le syndicat d’assainissement des terres agricoles du Livet, de la Donette et de l’Eure depuis 1985. Il rayonne sur quatre communes situées en zone inondable : Le Pas-Saint-l’Homer, La Madeleine-Bouvet, Moutiers-au-Perche et Les Menus. « Les communes se trouvent au milieu de trois bassins versants.  Les terres sont argileuses donc l’eau ne rentre pas. Dès qu’il pleut un peu, tout est inondé », explique le maire des Menus.
Dans les années 1990, à la demande des agriculteurs du secteur, le syndicat fait appel à des entreprises privées pour installer des systèmes de drainages dans les champs. « Le dossier a été monté avec la Direction départementale des territoires. Nous avons réalisé pour plus de 650 000 € d’investissement, soit plus de 4 millions de francs à l’époque, c’est faramineux. » Les systèmes de drainage ont été posés en trois étapes et sur cinq ans. « Nous avons été subventionnés à hauteur de 70 %. »

2 500 ha de SAU drainés
Depuis une dizaine d’années, les zones humides sont préservées et restaurées dans des soucis de biodiversité et de gestion de l’eau. Aujourd’hui, les agriculteurs de l’Orne doivent demander des demandes d’autorisation pour drainer leurs sols. « Ce sont des procédures complexes et décourageantes. On ne fait plus que de l’entretien maintenant. Les mairies des quatre communes allouent chaque année un budget aux alentours de 10 000 € chacune au syndicat. » La structure remplace les tuyaux usagés et élague une dizaine de kilomètres par an. Les agriculteurs sont les grands gagnants de l’action menée par le syndicat d’assainissement des terres agricoles. « Nous avons drainé près de 2 500 ha de SAU. Les rendements ont été multipliés par deux et ça a donné de la valeur aux terres du secteur. Les prix ont gonflé, nous sommes aujourd’hui aux alentours de 7 500 €/ ha. Dès qu’une parcelle se libère, il y a tout de suite cinq ou six personnes qui se positionnent pour la récupérer. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité