Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Drive fermier d’Alençon: 40 paniers chaque semaine

Depuis son ouverture en novembre 2014, le Drive fermier d’Alençon connaît une belle croissance. Plus de 300 clients sont fidèles au nouveau dispositif installé dans le lycée Maréchal Leclerc. De quoi rêver un second point d’approvisionnement au nord de la ville.

© SB

En novembre dernier, des producteurs de la région d’Alençon ont débuté l’aventure au lycée Maréchal Leclerc en ouvrant un Drive fermier. Ils étaient neuf au départ. Trois nouveaux les ont rejoints. Un projet qui trouve sa vitesse de croisière puisqu’ils s’étaient fixé une quarantaine de paniers de manière hebdomadaire. Moins d’un an après, ils les frôlent. Ce qui est de bon augure, d’autant plus que des producteurs voudraient entrer dans le circuit pour élargir la gamme de produits.

Un outil pédagogique
Du côté de l’établissement scolaire, le proviseur, Renaud Douaire, se réjouit de l’initiative. “C’est un rapprochement entre le lycée et les producteurs”, constate-t-il, lui qui s’est montré séduit rapidement par la proposition des producteurs l’année dernière. Et s’il a mis à leur disposition une salle, c’est aussi pour permettre aux clients d’être au contact des producteurs. “Une énorme plus-value” à ses yeux. Ce qui laisse Joël Chevalier, président des producteurs du Drive fermier, affirmer qu’il se sent presque chez lui.
Le partenariat ne s’arrête pas à une salle, mais aussi à la mobilisation des élèves notamment ceux en filière de gestion et administration, dans la gestion des commandes, le suivi du site internet… “Ce n’est pas un hasard si nous sommes ici”, explique Joël Chevalier. Au-delà du développement des circuits courts, le Drive fermier devient un outil pédagogique intéressant. Le proviseur le reconnaît, d’autant plus que l’établissement a mis en place une épicerie pédagogique juste à côté du Drive fermier.

500 “amis” sur Facebook
Chaque vendredi, les clients viennent chercher leur commande. En moyenne, près de 40 paniers sont préparés d’une valeur moyenne de 30 euros. Plus de 300 clients sont fidèles en un an à ce Drive fermier, 40 % venant d’Alençon, 30 % de la région nord-ouest, 20 % du nord Sarthe. Comme les nouvelles technologies ne sont pas oubliées, une page Facebook a été créée réunissant 500 “amis”, et une newlettter adressée aussi à 500 personnes. “Les réseaux sociaux sont incontournables” admet le producteur. Et par rapport aux tarifs appliqués, il est tout à fait à l’aise puisqu’il a regardé. “A qualité égale, nous sommes inférieurs à la grande surface”. Ce qui ne peut que satisfaire les clients.
Chaque année, le réseau des producteurs du Drive fermier d’Alençon prévoit organiser une opération porte-ouverte. Cette année, elle a été l’occasion pour le Crédit Mutuel de remettre un chèque de 4 000 euros constitué d’une aide et d’un prêt d’honneur face à l’ensemble des partenaires.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité