Aller au contenu principal

Drive fermier : les producteurs dans la course

Alençon, les producteurs fermiers auront leur "Drive", histoire que les consommateurs passent au vert. Les modes d’achat évoluent. Le Drive est devenu tendance. Les producteurs locaux s'y adaptent et espèrent ainsi trouver de nouveaux débouchés.

© VM

Pour les courses en ligne, le départ sera donné le 8 novembre prochain, dans le cadre de Ferme en fête. Faites chauffer vos souris sur www.drive-fermier.fr/alençon ! Le principe est connu. A l'instar des grandes enseignes, l'internaute commande et paie en ligne. Il va ensuite chercher son colis à son point de retrait. Mais contrairement à la grande distribution, les producteurs y apportent un zeste de proximité. Quand les clients viendront chercher leur panier, un producteur les accueillera à tour de rôle.

Un Drive qui ramène à l’école...
Concrètement, le consommateur peut passer commande 24 heures sur 24, jusqu'au mardi à minuit. Les commandes sont ensuite à retirer le vendredi après-midi, entre 15 h 30 et 19 heures au point de retrait au lycée Maréchal Leclerc au sud d'Alençon.
Originalité de ce Drive fermier, les producteurs se sont associés à un établissement scolaire. Le lycée disposait déjà d'une épicerie. “Le Drive est un complément.  Il met nos élèves en situation professionnelle. Nos élèves de bac professionnel Gestion-administration géreront, par exemple, les commandes, les stocks, l'approvisionnement. Ils élaboreront aussi des argumentaires de vente. Les jeunes sont motivés par le projet. Nous n'aurons pas de mal à trouver des volontaires pour assurer la permanence du vendredi soir avec les producteurs”, assure Bruno Midelet, proviseur adjoint du lycée.

10 producteurs alimenteront le Drive
Le Drive fermier sera lancé dans le cadre de Ferme de fête. Un choix qui n'a rien d'anodin puisque la manifestation est indirectement à l'origine du Drive. “En 2008, nous avons créé la “table du terroir”.  Le but était de proposer une restauration collective des producteurs locaux à Ferme en fête. En 2012, nous avons réfléchi à un Drive. Mais, le projet nécessitait des investissements. En 2013, nous avons mis en place l'épicerie avec le lycée. Et finalement, l’établissement scolaire nous a proposé le Drive”, détaille Joël Chevalier, producteur de viande de porc à Longuenoë et président de l'association qui regroupe une dizaine de producteurs. Ces derniers sont installés dans un rayon de 20 kilomètres autour d'Alençon, dans l'Orne ou le nord de la Sarthe. Seule exception : la maison de la tripe à la Ferté-Macé.

150 références
Le consommateur pourra commander 150 produits : légumes, viandes, produits laitiers, pain, volailles, produits cidricoles ou confitures... Pour le moment, le nombre de producteurs ne devrait pas bouger. Un second maraîcher pourrait cependant être nécessaire pour assurer l'approvisionnement du drive à moyen terme. “Notre projet répond à une demande sociétale. Nous souhaitons profiter de l'engouement pour le e-commerce. Cette solution participe au développement économique de notre territoire. Au final, chacun partage sa banque de clients, nous pouvons tous y gagner”, explique Joël Chevalier.
Bon à savoir pour le porte-monnaie du consommateur, les prix ne dépasseront pas de plus de 10 % les tarifs proposés sur les fermes. “Et à qualité égale, nos prix seront donc proches de la grande distribution”.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité