Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Circuit court
Drive fermier : les producteurs passent la première…

Dans le pays d’Auge, les produits fermiers ont leur « drive ». À l’instar de la grande distribution, une vingtaine de producteurs s’adapte aux nouvelles habitudes des consommateurs. Rapidité rime aussi avec proximité.

© VM

Ouverture des commandes le 14 mars et premier retrait des clients le 21 mars. L’aventure du Drive fermier du pays d’Auge est bien lancée. Sur www.drive-fermier-paysdauge.fr, les clients peuvent constituer leur panier. Toutes les semaines, les consommateurs peuvent faire leurs courses sur le net du samedi 12 heures, jusqu’au mercredi minuit. Le retrait s’effectue ensuite le vendredi de 13 à 19 heures. Comme pour un drive classique, le consommateur doit s’inscrire et disposer d’une carte bancaire.

L’exemple bordelais
L’idée est portée par l’association « Goûtez le pays d’Auge », en partenariat avec le CIPPA et la Chambre d’agriculture. La mise en place de ce projet s’est révélée particulièrement rapide. Les premières réunions ont débuté en octobre.  “Nous avons ensuite rencontré des responsables d’un drive fermier dans le bordelais. Nous avons observé avec eux les questions d’intendances, de logistiques et l’approche économique. Nous avons vu un drive qui fonctionne sur une ville de 5000 habitants. C’est encourageant”, explique Françoise Spruytte, présidente de  « Goutez le pays d’Auge ». 20 producteurs de l’association ont adhéré au concept. Le site compte déjà 200 références, et 300 produits devraient y être recensés d’ici l’été.

3 points de retrait en 2015 ?
Les clients retireront leur commande, chez un horticulteur… Les établissements «Pidou horticulture»  accueillent ce premier point de retrait. L’entreprise est située sur la rocade de Lisieux, route de Falaise à Saint-Désir. Une chambre froide y est installée. D’ici la fin 2015, l’objectif est de proposer trois lieux de récupération des paniers.
Pour alimenter le drive, les producteurs enregistrent chaque semaine les quantités et leurs prix. Ils livrent leur commande le vendredi et assurent une permanence à tour de rôle.

Objectif 50 à 60 paniers par semaine
“Chacun à notre tour nous préparons les paniers et serviront les clients. L’organisation doit être bien rodée. Avec un drive, l’approche est un peu différente. Nous avons constaté à Bordeaux que les retraits sont extrêmement rapides. Les consommateurs cherchent un service rapide. Certains ne recherchent pas le contact”, détaille Françoise Spruytte.
L’achat de la cellule frigorifique et la création du site internet (avec le paiement en ligne) ont été soutenus dans le cadre du pôle d’excellence rural. Mais pour les frais de fonctionnement, les producteurs s’engagent à reverser 15 du montant hors taxe de leurs ventes. La vitalité du système passe donc par la commercialisation de 50 à 60 paniers par semaine.  www.drive-fermier-paysdauge.fr est voué à accueillir de nouveaux producteurs. Selon Fabienne Férey, présidente du CIPPA : “de nouveaux produits attireront de nouveaux consommateurs”.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ELISE HEBERT
« Si je n’essaie pas, je serai déçue »
Anxieuse, mais bosseuse, Élise Hébert, 22 ans, est salariée de l’entreprise de travaux agricoles Vandecandelaère, à Saint-Manvieu…
MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Publicité