Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Du bois d’Andaines pour chauffer Caen

Le 3 novembre dernier, chez Bio Distribution, située à Soliers en périphérie de Caen, une grumière a livré environ 30 tonnes de bois rond sec en provenance directe des forêts de l’Orne. Au total, ce sont pas moins de 360 tonnes qui vont être livrées en une semaine.

© SB

L’arrivée était plutôt spectaculaire. Une grumière avec des bois ronds a franchi les portes de BioDistribution installée à Soliers. Ces troncs proviennent directement de la forêt d’Andaines, destinés à l’approvisionnement de bois bûches pour l’agglomération caennaise. Une première pour le site calvadosien. Les parcelles de cette forêt domaniale ont été éclaircies afin de garder les plus beaux arbres à destination des menuiseries ou scieries. Les autres sont plutôt conservés pour le bois de chauffage. Ces bois vont désormais sécher pendant dix-huit mois à trois ans, tout en gardant un œil sur le taux d’humidité. Ensuite, ils seront débités en morceaux de 33 cm ou 50 cm et vendus aux particuliers ou dans les grandes et moyennes surfaces.

Des bûches normandes
Ces bois, issus de la forêt d’Andaines certifiée PEFC, seront transformés sur le site, par un combiné bois bûches et viendront alimentés les particuliers en bois énergie. Des livraisons seront réalisées tout au long de l’hiver afin d’offrir aux particuliers, de Caen et toute sa périphérie, un stock de proximité et qualité en bois bûches d’origine normande.

Qu'est-ce que Biodistribution ?
C'est une des cinq filiales du groupe Biocombustibles, créé en 1996 sous l'impulsion du Plan bois énergie et développement local, en charge des produits de chauffage pour les particuliers et grandes surfaces. A coté de Biodistribution, se trouve également Bioforest qui s'occupe de l'exploitation forestière et bocagère, Bio matservices gère la transformation, Bio transports l'affrètement, la logistique et la location et Bio Bretagne situé en Bretagne comme son nom l’indique.
En 2014, le groupe comptait pas moins de 21 personnes. Au total, 300 000 tonnes de bois ont été valorisées représentant un chiffre d'affaires de 17,5 millions d'euros. Pour 50 %, ce bois alimente les chaufferies industrielles, 30 % les chaufferies collectives, 2 % les chaufferies des particuliers. Au total, 19 chaufferies collectives, 6 chaufferies industrielles sont alimentées par cette plateforme. Et le groupe possède 17 plateformes sur la Normandie et la région parisienne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ELISE HEBERT
« Si je n’essaie pas, je serai déçue »
Anxieuse, mais bosseuse, Élise Hébert, 22 ans, est salariée de l’entreprise de travaux agricoles Vandecandelaère, à Saint-Manvieu…
MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Publicité