Aller au contenu principal

Du changement dans la continuité aux Ets Lebeurrier (Percy-50)

C’est officiel depuis le 1er février. Les Ets Lebeurrier, distributeur Deutz/Same notamment dont le siège social est situé à Percy (50), changent de gérants mais conserve le même état d’esprit. Un état d’esprit familial qui a forgé la réussite de cette entreprise créée en 1950. Presque 70 ans plus tard, Charles-Antoine Prigent et Delphine Pierre , succèdent à Marc et Jocelyne Lebeurrier pour écrire une nouvelle page.

Charles-Antoine Prigent, Delphine Pierre, Chantal et Marc Lebeurrier : l’entreprise change de dirigeants mais garde son nom et son esprit familial. D’ailleurs, toute la fratrie Lebeurrier remercie sa clientèle et l’invite à reporter sa confiance en Charles-Antoine et Delphine.  DR
Charles-Antoine Prigent, Delphine Pierre, Chantal et Marc Lebeurrier : l’entreprise change de dirigeants mais garde son nom et son esprit familial. D’ailleurs, toute la fratrie Lebeurrier remercie sa clientèle et l’invite à reporter sa confiance en Charles-Antoine et Delphine. DR
© TG

lll «  Il s’agit d’une entreprise familiale et qui doit le rester. C’est-à-dire une entreprise proche de sa clientèle avec des dirigeants accessibles et des collaborateurs fidèles et à l’écoute des attentes des agriculteurs ». Dans leur bureau de Percy (50), Charles-Antoine Prigent et Delphine Pierre prennent leurs marques sous la bienveillance des cédants, Jocelyne et Marc Lebeurrier. Le tuilage durera quelques mois, un passage de témoin dans la douceur pour une évolution, pas une révolution.

Apprenti mécano au départ
Apprenti mécanicien, technicien itinérant, chef d’atelier, directeur technique (... ), Charles-Antoine Prigent à commencé à gravir les échelons professionnels au cours des années 1990. D’abord dans le domaine agricole puis récemment dans les travaux publics. Mais à 38 ans, il donne une autre dimension à sa carrière. « Reprendre une entreprise est quelque chose qui m’a toujours tenté. Encore faut-il trouver celle qui vous convient », avoue-t-il.
Comme souvent, en pareil cas, le destin lui a donné un coup de pouce. Il a croisé en chemin Marc Lebeurrier, cogérant de l’entreprise éponyme. Et justement, pas de successeur familial à cette quasi-institution manchoise. Une entreprise à céder à terme « mais pas à n’importe qui , pas à un grand groupe !», insiste Marc qui avait repris avec sa sœur Chantal, en 1989, l’entreprise créée par leur père Claude Lebeurrier en 1950.

Trois sites et 27 salariés
L’entreprise Lebeurrier comptabilise 27 salariés sur 3 sites (Percy, Ducey et Saint-Sauveur-le-Vicomte) et réalise un chiffre d’affaires de 10 millions d’euros environ. Aux côtés de ses marques références (Deutz-Fahr et Same) et de l’enseigne Promodis, l’entreprise distribue également du Kuhn, du McHale, du Caterpillar (....) mais également du matériel très spécifiques autour des activités légumières ou bien encore des métiers de la mer. « Que ce soit auprès des agriculteurs ou des ETA (Entrepreneurs de Travaux Agricoles), nous souhaitons garder cette même proximité et qualité de service. On ne va pas toucher aux fondamentaux de l’entreprise», insistent les nouveaux gérants. Ces fondamentaux, c’est par exemple « un libre-service qui draine beaucoup de monde avec une grande amplitude d’ouverture : 6 jours sur 7 jusqu’au samedi soir ».  Au quotidien, Delphine Pierre gèrera les services comptables et les ressources humaines. Charles-Antoine Prigent, la partie commerciale et technique. « A brève échéance, on souhaite renforcer nos équipes de techniciens et continuer à développer le SAV (Service Après-Vente) ». Avis aux amateurs.

Un peu d’histoire

C’est en 1950 que Claude Lebeurrier a posé sa première caisse à outils à Percy. Auparavant, il réparait des camions du côté de Gavray. En ce début de décennie où les chevaux sont encore légion, point de tracteur à l’horizon. Claude fait de la plomberie, effectue des travaux d’entretien pour la laiterie Andro, vend quelques vélos ici ou là et également des machines à coudre. Mais dans son atelier aménagé en dessous de la maison, il forge et bat le fer pour fabriquer ses premières barrières et remorques à brabants.
Petit à petit, la maison se forge aussi un nom et passe un cap en 1957 en vendant ses premiers tracteurs (Bautz-Allemagne) et en construisant son premier bâtiment. Le développement est rapide. Un second bâtiment de 250 m2 est érigé en 1960.  Petite révolution en 1968, Claude devient concessionnaire Same, marque italienne à laquelle il ajoute Deutz en 1970. Parallèlement, on pousse les murs avec la construction d’un bâtiment de 600 m2 (bureaux + magasin) et d’un autre de 1000 m2 de l’autre côté de la route pour exposer le matériel. Le champ d’action de l’entreprise s’étend alors sur un rayon de 60 km autour de Percy. L’époque où la seconde génération Lebeurrier pointe le bout de son nez : Chantal en 1969, Marc en 1976, Jocelyne en 1979... En 1989, l’entreprise Claude Lebeurrier devient la SA Lebeurrier. « Une page est tournée mais le caractère familial de l’entreprise demeure », écrit son fondateur dans un fascicule (Radioscopie d’une entreprise) écrit de sa main quelques années plus tard. En 1990, avec le rachat d’une concession à Saint-Sauveur-Le-Vicomte, une seconde base Lebeurrier voit le jour dans la Manche.  Celle de Ducey suivra quelques années plus tard.  «Ma vocation première était de faire du camion. L’après-guerre m’a obligé à m’orienter plutôt vers le secteur agricole avec la vente de matériel compte tenu des besoins existants dans la région. Mais, bien que ce soit un métier difficile pour lequel il faut se lever tôt, souvent se coucher tard, avoir une santé de fer, je ne regrette rien», déclarait Claude Lebeurrier en 1990.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Christian et Catherine Duchemin vendent La Ferme du Val d’Odon à Alain Datin
Christian et Catherine Duchemin passent la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de La Ferme du Val d'…
L'abattoir ex-AIM renaît et abatterait jusqu’à 66 000 T de porc par an
L’avenir du site de l’abattoir de Sainte-Cécile s’écrit avec la Boucherie Saint-Michel, créée par Virginie Allaire-Arrivé et…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler près de Sées
Mercredi 21 avril 2021, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds, dans l'Orne, est…
Inquiétude dans le Bessin après l’annonce d’un septième cas de tuberculose bovine
Les éleveurs du Bessin ont été invités à une réunion d’information sur la tuberculose bovine après la découverte d’un cas en…
BLAIREAU
Tuberculose bovine : la préfète signe l’arrêté de régulation des blaireaux
Mercredi 7 avril 2021, la préfète de l’Orne Françoise Tahéri a signé l’arrêté ordonnant les prélèvements de blaireaux dans les…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler à Belfonds
Mercredi 21 avril, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds (61), est décédé…
Publicité