Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Mes p@rcelles
Du légal à l’économique : un outil multifonctionnel

Utilisateur de “Mes p@rcelles” depuis un an, Vincent Couillard (producteur de porcs à Raids-50) met en avant la multifonctionnalité de l’outil. Du légal à l’économique en passant par le suivi de cultures.

© TG

A l’EARL père - mère - fils Couillard (Raids - 50), on aime les chiffres. Pas étonnant pour cet élevage de 600 truies (naisseur/engraisseur) qui emploie 3 salariés. Une bonne GTE (Gestion Technico-Economique) est le marqueur de compétitivité de tout élevage de porcs. Dans le prolongement de cette rigueur dans la gestion des productions animales, les 60 hectares de cultures vont, à terme, également passer au révélateur “Mes
p@rcelles”. “C’est quand même très confortable, à la fin du battage d’une parcelle de blé, de connaître avec précision le coût  de production du quintal pour se positionner sur le marché”, affirme Vincent Couillard.


Le sans papiers a de l’avenir
“Ici, on aime bien les chiffres et la traçabilité”, avoue tout de go Vincent Couillard. Mais puisque l’heure est à la dématérialisation,  à fortiori quand on collabore avec un fils féru d’informatique et qui conçoit ses propres algorithmes, le support papier se ringardise un peu plus chaque jour.“Fini le carnet papier. “Mes p@rcelles Touch” permet de saisir directement, au champ, les enregistrements sans son compte. Plus besoin de réaliser un pré-enregistrement sur un carnet traditionnel et ressaisir les éléments une fois rentré au bureau. Plus d’oublis, d’erreurs ni de crainte d’égarer ses petits papiers”, confirme Lilian Hatey, responsable départemental “Mes p@rcelles” à la Chambre d’Agriculture de la Manche.
Mais avant d’en arriver là, il faut faire les bons choix techniques, se former puis pratiquer. C’est le chemin parcouru par Vincent qui a d’abord “vu mon voisin s’en servir”. Avant d’investir, il a comparé. “Je me suis vite aperçu que “Mes p@rcelles” était moins couteux. Il n’y a pas de frais de maintenance”.
Son choix réalisé, il s’est ensuite formé. Trois jours via la Chambre d’Agriculture. “J’aime bien bricoler l’informatique, reconnait-il, mais même pour quelqu’un qui n’a pas de connaissances particulières, l’outil est très fluide, intuitif. Sa prise en main ne pose pas de difficulté. Et puis, en cas de problème, l’assistance en ligne nous apporte rapidement la solution”.

Un outil fluide et intuitif
De retour à la maison, il a fallu à Vincent une journée de travail pour rentrer toutes les données inhérentes à l’exploitation comme les intrants, le parc matériel... Ensuite ? “Il ne faut pas avoir 6 mois de retard de saisie, recommande-t-il. A certaines périodes clés, “Mes p@rcelles est ouvert tous les jours”.
Après un an de pratique et sans faire de bilan exhaustif, Vincent dispose cependant de suffisamment de recul pour porter ses premiers jugements. “Avec cet outil, la PAC, c’est une bagatelle. Je suis beaucoup plus rassuré en cas de contrôle”.
Il reste cependant à l’optimiser car “Mes p@rcelles”, selon notre éleveur, est construit comme un triptyque : le légal, le suivi des cultures pour terminer par l’analyse économique.
Sur le premier volet, Vincent a apprécié par exemple la simplicité de mise en œuvre du plan prévisionnel de fumure “d’autant plus que nous sommes en zone vulnérable. Cela nous permet de vérifier immédiatement si nous sommes dans les clous”. A portée de quelques clics également, la préparation de la rotation grâce à l’historique de chaque parcelle.

Une mine d’informations réactualisée en temps réel
Sur le volet “suivi des cultures”, “Mes p@rcelles” apporte également de vrais plus.L’outil est parfaitement renseigné et quand Vincent tape “A” sur son clavier pour renseigner la variété de blé qu’il a semé, toutes celles commençant par cette lettre s’affichent dans une file déroulante. Il n’a qu’a cliquer sur “azzerti” sans avoir à taper toutes les lettres.
Au niveau des produits phytosanitaires, la base de données est parfaitement renseignée et mise à jour en temps réel et de façon transparente pour l’utilisateur. Pas de risque d’erreur d’homologation, de date d’utilisation, de mélanges (...), un système d’alerte veille au grain. “On peut même y ajouter ses propres intrants, apprécie Vincent. C’est un outil personnalisable”.
Lui reste désormais à optimiser les fonctionnalités économiques. Le parc matériel avec son prix de revient a été renseigné. La saisie du temps passé à chaque intervention dans une parcelle se systématise (...).Les premiers chiffres, et avec eux les premiers enseignements, devraient bientôt tomber. “L’idée est d’aller jusqu’à la marge brute”, souhaite Vincent. Mais quid de toutes ces informations personnelles qui se baladent dans les méandres de la toile internet? “De toute façon, c’est sécurisé et puis je n’ai rien à cacher” conclut Vincent Couillard.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité