Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

François Fillon en visite dans l'Orne
Du potentiel à condition de produire plus et de produire mieux

L’agriculture française a des atouts, un potentiel extraordinaire. Elle peut jouer un grand rôle dans un marché mondial où la demande ne va cesser d’augmenter dans les décennies à venir. A condition de produire plus et de produire mieux”. François Fillon, en visite agricole vendredi dernier dans le Perche ornais, a tenté de faire rimer mondialisation et régulation.

Pas d’effets d’annonce lors de la visite de François Fillon, vendredi dernier, dans une exploitation agricole ornaise (GAEC de l’Etoile à Courgeon, lire ci-dessous). Répondant à l’invitation du député de Mortagne-au-Perche, Jean-Claude Lenoir en campagne sénatoriale, le Premier Ministre était accompagné de son Ministre de l’Agriculture. Bruno Le Maire a tout de même indiqué que “pour la sécheresse, les premiers acomptes seraient versés à partir du 15 septembre”.

De production, de qualité, rentable et respectueuse de son environnement
Après plus de deux heures de visite et une table ronde réunissant les élus des OPA (Organisation professionnelle Agricole), François Fillon s’est lancé dans un discours de politique d’orientation agricole. Le chemin à suivre, c’est le développement d’une “agriculture de production, une agriculture de qualité, une agriculture  rentable et respectueuse de son environnement”, a-t-il insisté. Trois préalables à ce développement. Tout d’abord être réactif face aux difficultés conjoncturelles. A ce titre, François Fillon s’est félicité de l’action gouvernementale face à la sécheresse. “Nous avons pris nos responsabilités en mobilisant le fonds national de garantie des risques en agriculture. Au total, 65 départements dont l’Orne ont été reconnus en état de calamité agricole.” Autre axe pour assurer le développement : la réforme des structures au sens global. Par exemple à travers la contractualisation qui “doit être la règle pour sécuriser les prix et les volumes des productions donc les revenus des agriculteurs”.
Enfin, face à la mondialisation, le Premier Ministre s’est positionné sur la scène internationale pour “défendre notre vision de l’agriculture, une vison exigeante en termes de santé, d’environnement, d’équité dans les échanges commerciaux”. Des problèmes de concurrence se posent. “Je me suis engagé à proposer des mesures d’allègement de charges sur le travail permanent”, a-t-il répondu.
Et pour conclure : “l’agriculture française peut jouer un grand rôle dans un marché mondial où la demande ne va cesser d’augmenter dans les décennies à venir. A condition d’être une agriculture moderne, consciente des réalités de son environnement et décidée à s’y confronter avec efficacité. A condition aussi que les déséquilibres qui affectent aujourd’hui le marché mondial soient aplanis”.
Le GAEC de l’Etoile à Courgeon (61) : 360 ha, 190 truies, 135 vaches laitières (...) mais aussi 4 associés et 10 salariés
“L’idée forte de notre politique, c’est de considérer les agriculteurs comme des entrepreneurs à part entière. Comme les acteurs responsables d’un secteur économique vital”, a défendu le Premier Ministre. Et l’esprit d’entreprise, c’est bien justement ce qui caractérise la famille Simoën, hôte de cette matinée. Le GAEC de l’Etoile a été créé en 1969. Trois associés, 88 ha, 50 truies et autant de vaches laitières(...), déjà en avance sur son époque. Un peu plus de 40 ans plus tard, on mesure le chemin parcouru : 4 associés, 360 ha, 135 vaches laitières (90 % du lait en vente directe sous forme de lait, crème, beurre, fromage blanc et yaourts), 190 truies (transformation de 8 porcs par semaine) et surtout 10 salariés. Une agriculture productive mais pas productiviste. Le produit total d’exploitation atteint 1 780 Ke (37 % issus de la transformation, 26 % en porcs non transformés, 13 % en cultures céréales et protéagineux, 10 % de lait livré à la laiterie, 14 % de divers).
Ferme de l’Etoile : boutique à la ferme - l’Hôtel Neveu 61400 Courgeon.
Tél. 02 33 25 10 67 - Fax. 02 33 83 39 57  - Mail : dsimoen@fermedeletoile.fr
Ouvert le jeudi et vendredi de 10 h à 12 h et de 15 h à 18 h 30 et le samedi de 15 h à 18 h 30.
Présent le samedi matin au marché couvert de Mortagne-au-Perche.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ELISE HEBERT
« Si je n’essaie pas, je serai déçue »
Anxieuse, mais bosseuse, Élise Hébert, 22 ans, est salariée de l’entreprise de travaux agricoles Vandecandelaère, à Saint-Manvieu…
MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Publicité