Aller au contenu principal

JA/AFDI
Du sillon normand au banc d’une école malienne pour une vingtaine d’euros

20 e ! Le prix d’une chèvre qui permettra, sous forme d’un prêt remboursable, à une maman malienne de dégager un revenu suffisant pour envoyer son enfant sur les bancs de l’école. Une opération “solidarité” proposée par AFDI Normandie et soutenue par JA Normandie à l’occasion des finales régionale et départementales de concours de labours.

Le Mali ? Clément Lebrun, agriculteur en vente directe à Gonneville-sur-Mer (14), connaît. Membre d’AFDI Basse-Normandie, il s’est rendu plusieurs fois en mission du côté de Bamako, la capitale malienne. Des missions où l’on reçoit autant que l’on donne. Le fil rouge en quelque sorte d’Agriculteurs Français et Développement International fondé sur “l’échange entre paysans”. Un principe auquel l’association n’a jamais dérogé depuis plus de 30 ans.

La chèvre fait école
Présente au Mali, au Cambodge, au Kosovo et en Macédoine, AFDI laboure également en terres normandes. Et quelles plus belles vitrines que les finales régionale et départementales de labour (voir en encadré) pour creuser un peu plus en profondeur les sillons de la solidarité ? Vitrines offertes grâce à un partenariat actif avec JA (Jeunes Agriculteurs) Normandie. Une première expérience avait été tentée il y a deux ans dans le Calvados. Lors de la finale départementale de labour, AFDI avait proposé aux visiteurs une opération de parrainage de chèvres. Il s’agissait en fait de récolter des fonds servant à l’achat des animaux par des femmes Maliennes. “L’opération (Ndrl : qui bénéficie également du soutien du Crédit Agricole) a été couronnée de succès, se souvient Clément Lebrun. Nous avions pu financer 67 chèvres qui, depuis, ont fait des petits. Ce sont au total 110 familles qui ont pu bénéficier du système”.

Encore faut-il préciser que ces 20 e servant à l’achat de l’animal ne constituent qu’un prêt. En vendant les chevreaux de la première portée, l’heureuse bénéficiaire peut rembourser cette avance. Le profit généré par les autres portées permet d’améliorer ensuite le quotidien. Et ce plus, ce n’est pas essentiellement en terme de nourriture ou de biens d’équipement que les femmes maliennes vont le transformer (ça, c’est plutôt l’affaire des hommes) mais en facilitant l’accès des bancs de l’école à leurs enfants et plus particulièrement aux filles. “Les femmes sont particulièrement défavorisées par manque de formation, de moyens matériels et financiers et de soutien de la part de l’Etat. Aussi, elles ont crée des Organisations Paysannes Féminines qui proposent des formations, des activités rémunératrices et défendent leurs intérêts, résume Clément Lebrun. L’AFDI se devait donc d’accompagner le mouvement. “Les organisations paysannes féminines réunies au sein de l’Association des Organisations Professionnelles Paysannes de la région de Koulikoro ont développé un projet global visant à promouvoir les activités économiques qui favorisent l’autonomie financière des femmes, stimuler l’alphabétisation et la scolarisation des filles et favoriser la représentation des femmes”.
C’est pourquoi diverses animations AFDI viendront rythmer les différentes finales de labour. Grâce à cette solidarité, dans quelques mois et à quelques milliers de kilomètres des sillons normands, d’autres enfants pourront eux aussi faire leur rentrée des classes.

Renseignements pratiques
Calvados : à Formentin (canton de Cambremer) le 28 août à partir de 13 h 30, le 29 août de 10 h 30 à 17 h.
Orne : à Sarceaux (canton d’Argentan) le 29 août à partir de 10 h à 17 h.
Manche : à Ste-Croix-Hague (canton de Beaumont Hague) le 6 septembre de 10 h 30 à 17 h.
Les temps forts proposés par AFDI
Une exposition de photographies illustrant le contexte et les actions d’Afdi au Mali, au Cambodge et dans les Balkans sera installée dans le stand.
Vente de produits du Cambodge et du Mali : riz, sucre de palme, poivre de Kampot, savon au beurre de Karité…
Jeu : l’Awelé symbolisant le semis, la récolte, le stockage, le partage et la famine. Ce jeu permettra d’initier les participants aux conditions de vie des paysans Afrique de l’Ouest.
Tombola : pour gagner des photographies du Mali, du Cambodge et du Kosovo.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14)
La boucherie Mesnil en plein rush
La découpe bat son plein à la boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14), où la période des fêtes a été synonyme de nombreuses…
Publicité