Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Arnaud Martinet
Du temps pour faire autre chose

Mordu d'élevage laitier, Arnaud Martinet a aussi besoin de s'investir à l'extérieur de sa ferme. Grâce à son associé, il peut s'organiser.

© AD
Il est des gens pour qui une bonne journée est une journée bien remplie et variée. Ils remplissent leur emploi du temps en essayant d'en mettre un peu de toutes les couleurs comme un enfant remplit un sac de bonbon à la boulangerie, plein à craquer. Arnaud Martinet est certainement l'un d'entre eux. Dès l'âge de 16 ans, pendant les week-ends et les vacances, il grimpe sur sa mobylette pour aller travailler dans les fermes environnantes comme vacher de remplacement. En 1998, quand l'opportunité s'est présentée, Arnaud Martinet n'a alors pas hésité à lâcher ses études, en première année de BTS, pour s'associer avec son oncle en élevage laitier. Il avait 19 ans. La fibre de l'élevage, Arnaud l'a dans la peau, alors que rien ne semblait le prédestiner à choisir cette voie, ses parents n'étant pas agriculteurs.
Aujourd'hui, Arnaud a 33 ans et il a déjà parcouru un sacré bout de chemin. La ferme de 50 vaches laitières est passée à 110 vaches en treize ans pour un quota de 800 000 litres. Le GAEC, Arnaud y croit dur comme fer, même s'il est le premier à dire que ce n'est pas facile. “Quand mon oncle est parti à la retraite, j'ai retrouvé un associé avec lequel on a racheté la ferme de la Neslière à Hocquigny. Cela n'a pas fonctionné, il est parti au bout de dix-huit mois. C'était un coup dur, on était en pleine mise aux normes. J'ai travaillé seul de 2007 à 2011 et aujourd'hui j'ai retrouvé un associé. Il a 49 ans et il est resté 20 ans dans un autre GAEC, il a une solide expérience dans ce domaine. Quand on gère une entreprise entre associés, il faut être très diplomate et partager les mêmes idées”. Mais le jeu en vaut la mamelle... Arnaud a toujours aimé s'engager dans des activités en dehors de la ferme. Adhérent aux Jeunes Agriculteurs, il est responsable de l'organisation de la Fête de la Terre. Quand il y a des réunions, il sait qu'il peut compter sur quelqu'un d'autre pour s'occuper de la ferme.

Acteur dans une troupe de théâtre
Hyperactif, le GAEC, est certainement la forme qui convient le mieux à son tempérament. En plus des JA, il s'investit dans la vie de l'école de ses enfants, le service de remplacement où il avait fait ses premières armes et dans sa passion qu'il s'est découverte pour le théâtre. Acteur dans la compagnie de la Lande-d'Airou, il échange régulièrement ses habits d'agriculteur pour ceux d'un autre personnage, même si cela lui plaisait bien aussi de rester dans son univers, quand la compagnie mettait en scène des pièces paysannes quelques années auparavant. Une pièce, c'est deux mois et demi de préparation avec deux répétitions par semaine. L'exemple vaut mieux que la leçon. L'expérience d'Arnaud montre bien que le métier d'agriculteur - et même celui d'éleveur laitier – peut être concilié avec des activités extérieures.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité