Aller au contenu principal

Etude
E-learning, formation collective ou autres… Quelles innovations en matière de formation ?

Quatre étudiants de l’EM Normandie ont été missionnés par la Chambre régionale de Normandie afin de réaliser une étude sur les attentes des agriculteurs en matière de formation.

Retrouvez toutes les formations des Chambres d’agriculture de Normandie sur www.normandie.chambagri.fr/formation-cda.asp
Retrouvez toutes les formations des Chambres d’agriculture de Normandie sur www.normandie.chambagri.fr/formation-cda.asp
© CA 14

Sur la base de plusieurs enquêtes, l’objectif était de mieux cerner les pratiques pour pouvoir innover et lancer de nouveaux concepts de formations plus adaptés aux agriculteurs.


La formation à distance boudée par les agriculteurs

Dès 2007, les travaux sur l’innovation et la formation avait permis la mise en place d’une plateforme de formation à distance qui permettaient à des agriculteurs de suivre des formations de leur domicile via internet. Développé sur quelques modules, le dispositif était précurseur et avait pour ambition d’être développé à grande échelle. Toutefois, après 5 années il faut admettre que le concept ne rencontre pas le succès escompté et est même boudé des agriculteurs.


Des agriculteurs qui recherchent avant tout du relationnel

Suite à une première enquête, il en ressort clairement que les agriculteurs recherchent avant tout du relationnel et de l’échange avec leurs collègues lors des formations. 9 sur 10 déclarent apprécier aller en formation en raison des rencontres qu’ils peuvent faire et des échanges qui se créent. La thématique abordée et la qualité des formateurs et intervenants sont des arguments majeurs mais la convivialité l’est tout autant. Il est donc facile à comprendre que l’idée d’une formation suivie de son domicile, seul et sans contact ne les enchante que très moyennement.  Cette étude montre aussi que les agriculteurs ne sont pas désintéressés de l’outil informatique. Au contraire ! Ils sont très nombreux à l’utiliser dans leurs tâches quotidiennes et sont de plus en plus demandeurs d’outils de gestion ou de pilotage en ligne.


Des parcours modulaires pour suivre une formation à la carte

L’enquête a également révélé leur envie de pouvoir moduler les formations et l’accompagnement. Satisfaits du Plan de professionnalisation personnalisé (PPP) qui permet aux futurs JA de se former sur plusieurs thématiques au choix, les agriculteurs veulent généraliser le concept à tous les publics. Ils sont plus de 2 agriculteurs interrogés sur 5, a rêver d’une formation à la carte avec des modules au choix. Les formations en ligne des Chambres d’agriculture proposent pourtant cette option.  Mais leurs réponses précisent également que les parcours à la carte doivent être maintenus en collectif, en effet, ils ne sont que 16 % à vouloir changer la pédagogie habituelle et envisager un accompagnement personnalisé chez eux. Dispenser une formation collective requière entre 7 et 12 stagiaires, le découpage des formations multiplierai le nombre de parcours possible tout en diluant le nombre d’inscrits. Aussi, la formule idéale évoquée dans les enquêtes est impossible à mettre en oeuvre.

Une offre de formation à travailler pour concilier convivialité et flexibilité

Les parcours modulaires en collectif n’est pas réalisable et la formation 100 % à distance n’a pas rencontré le succès escompté en Normandie. Le constat est général, la poursuite de l’enquête a montré que dans les autres régions, les travaux sur les formations en ligne ont également été arrêtés faute de rentabilité. L’avenir est dans un concept associant formation présentielle et apports en ligne. A la suite de leur formation collective, l’accompagnement pourrait être assuré via internet. Chaque agriculteur pourrait retrouver sur son profil en ligne, des documents complémentaires, des références et le programme des formations lui permettant de définir son perfectionnement ; des perspectives encourageantes mais qui demandent encore beaucoup de réflexions.


Retrouvez toutes les formations des Chambres d’agriculture de Normandie sur : www.normandie.chambagri.fr/formation-cda.asp

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité