Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Etude
E-learning, formation collective ou autres… Quelles innovations en matière de formation ?

Quatre étudiants de l’EM Normandie ont été missionnés par la Chambre régionale de Normandie afin de réaliser une étude sur les attentes des agriculteurs en matière de formation.

Retrouvez toutes les formations des Chambres d’agriculture de Normandie sur www.normandie.chambagri.fr/formation-cda.asp
Retrouvez toutes les formations des Chambres d’agriculture de Normandie sur www.normandie.chambagri.fr/formation-cda.asp
© CA 14

Sur la base de plusieurs enquêtes, l’objectif était de mieux cerner les pratiques pour pouvoir innover et lancer de nouveaux concepts de formations plus adaptés aux agriculteurs.


La formation à distance boudée par les agriculteurs

Dès 2007, les travaux sur l’innovation et la formation avait permis la mise en place d’une plateforme de formation à distance qui permettaient à des agriculteurs de suivre des formations de leur domicile via internet. Développé sur quelques modules, le dispositif était précurseur et avait pour ambition d’être développé à grande échelle. Toutefois, après 5 années il faut admettre que le concept ne rencontre pas le succès escompté et est même boudé des agriculteurs.


Des agriculteurs qui recherchent avant tout du relationnel

Suite à une première enquête, il en ressort clairement que les agriculteurs recherchent avant tout du relationnel et de l’échange avec leurs collègues lors des formations. 9 sur 10 déclarent apprécier aller en formation en raison des rencontres qu’ils peuvent faire et des échanges qui se créent. La thématique abordée et la qualité des formateurs et intervenants sont des arguments majeurs mais la convivialité l’est tout autant. Il est donc facile à comprendre que l’idée d’une formation suivie de son domicile, seul et sans contact ne les enchante que très moyennement.  Cette étude montre aussi que les agriculteurs ne sont pas désintéressés de l’outil informatique. Au contraire ! Ils sont très nombreux à l’utiliser dans leurs tâches quotidiennes et sont de plus en plus demandeurs d’outils de gestion ou de pilotage en ligne.


Des parcours modulaires pour suivre une formation à la carte

L’enquête a également révélé leur envie de pouvoir moduler les formations et l’accompagnement. Satisfaits du Plan de professionnalisation personnalisé (PPP) qui permet aux futurs JA de se former sur plusieurs thématiques au choix, les agriculteurs veulent généraliser le concept à tous les publics. Ils sont plus de 2 agriculteurs interrogés sur 5, a rêver d’une formation à la carte avec des modules au choix. Les formations en ligne des Chambres d’agriculture proposent pourtant cette option.  Mais leurs réponses précisent également que les parcours à la carte doivent être maintenus en collectif, en effet, ils ne sont que 16 % à vouloir changer la pédagogie habituelle et envisager un accompagnement personnalisé chez eux. Dispenser une formation collective requière entre 7 et 12 stagiaires, le découpage des formations multiplierai le nombre de parcours possible tout en diluant le nombre d’inscrits. Aussi, la formule idéale évoquée dans les enquêtes est impossible à mettre en oeuvre.

Une offre de formation à travailler pour concilier convivialité et flexibilité

Les parcours modulaires en collectif n’est pas réalisable et la formation 100 % à distance n’a pas rencontré le succès escompté en Normandie. Le constat est général, la poursuite de l’enquête a montré que dans les autres régions, les travaux sur les formations en ligne ont également été arrêtés faute de rentabilité. L’avenir est dans un concept associant formation présentielle et apports en ligne. A la suite de leur formation collective, l’accompagnement pourrait être assuré via internet. Chaque agriculteur pourrait retrouver sur son profil en ligne, des documents complémentaires, des références et le programme des formations lui permettant de définir son perfectionnement ; des perspectives encourageantes mais qui demandent encore beaucoup de réflexions.


Retrouvez toutes les formations des Chambres d’agriculture de Normandie sur : www.normandie.chambagri.fr/formation-cda.asp

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ELISE HEBERT
« Si je n’essaie pas, je serai déçue »
Anxieuse, mais bosseuse, Élise Hébert, 22 ans, est salariée de l’entreprise de travaux agricoles Vandecandelaère, à Saint-Manvieu…
MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité