Aller au contenu principal

Calvados
Eau et rumeurs : les réponses de la DDTM

Il se dit beaucoup de choses dans les campagnes sur le dossier eau. Jean-Michel Patry (directeur de la DDTM) s’est prêté au jeu du “On dit que... Vrai ou faux”. Ses réponses.

"La question des dédommagements est à examiner au regard de contraintes, sur un territoire donné, pour un temps donné. On ne peut pas le faire avant".
"La question des dédommagements est à examiner au regard de contraintes, sur un territoire donné, pour un temps donné. On ne peut pas le faire avant".
© TG
1.On dit que l'état chimique de l'eau dans le Calvados est correct à plus de 90 %. Vrai ou faux ?
Jean-Michel Patry : “Il ne faut pas raisonner sur une moyenne mais paramètre par paramètre et bien savoir de quoi on parle. Eau de surface ou eau de nappe par exemple... Ce qui est important, c’est que l’eau dans le Calvados est consommable. Alors certes, au sens de la directive cadre sur l’eau, il y a une notion d’état chimique à atteindre. Des efforts sont à faire dans ce sens mais ils sont très variables selon les secteurs”.

2.On dit qu’on s'appuie sur les seuils de détection plus que sur les seuils de toxicité pour créer la confusion. Vrai ou faux ?
J-M P : “Entièrement d’accord pour ne pas créer la confusion. En la matière, il y a des valeurs de référence qui valent sur l’ensemble du territoire. Au niveau européen, des normes ont été définies pour protéger le consommateur. Il n’y a donc pas lieu de polémiquer à ce niveau.

3.On dit qu’on veut interdire l'utilisation de produits phytosanitaires de façon globale même dans les endroits où ils ne posent aucun problème. Vrai ou faux ?
J-M P : “Il faut analyser la situation petit territoire par petit territoire, à la bonne échelle.
On peut raisonner, avec l’agriculture de précision, jusqu’à l’intra parcellaire et surtout sans a priori. Je tiens à souligner par ailleurs que ces produits sont utiles quand ils sont utilisés à la bonne dose. Ce qui se pratique dans une très large majorité.

4.On dit qu’on veut imposer l'agriculture biologique autour des points de captage. Vrai ou faux ?
J-M P : “Pourquoi voudriez-vous imposer un modèle ? Il faut arriver à des objectifs de qualité de la ressource en eau. Différentes modalités peuvent le permettre”.

5.On dit que le tracé des contours des bassins d'alimentation suivent des lignes droites alors que la nature géohydraulogique des sols suit des courbes. Vrai ou faux ?
J-M P : “Les contours des bassins dessinent des enveloppes qui ont des formes variées. A l’intérieur de ces enveloppes, il va falloir analyser, micro espace par micro espace, en fonction des spécificités pédologiques, hydrogéologiques, en fonction de l’occupation des sols... Il faut prolonger les premières études. De nombreux outils existent pour cela”.

6.On dit que les collectivités territoriales vont acheter les terres agricoles autour des points da captage. Vrai ou faux ?
J-M P : “C’est à elles qu’il faut poser cette question”. 

7On dit que les dédommagements financiers seront limités dans le temps alors que les servitudes courront. Vrai ou faux ?
J-M P : “Cette question des dédommagements est à examiner au regard de contraintes, sur un territoire donné, pour un temps donné. On ne peut pas le faire avant”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

[LES GAGNANTS DU JOUR] Race Blanc bleu : deux éleveurs normands se démarquent
Jeudi 29 février 2024, le concours général agricole de race Blanc bleu s'est déroulé sur le ring de présentation du hall 1 du…
La SCA normande mise à l’arrêt forcé par les agriculteurs à Lisieux
Lundi 29 janvier 2024, sous l’impulsion de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs, la profession s’est mobilisée pour bloquer la SCA…
[CÔTÉ JEUNES] TIEA 2024 : Le lycée agricole de Sées repart avec la médaille d'or
Cinq établissements normands ont fait le déplacement à Paris, pour participer au Trophée international de l’enseignement agricole…
Lucie Lesieur, heureuse éleveuse de Salers
À Rônai, dans l'Orne en Normandie, Lucie Lesieur s'épanouit enfin à la ferme. Après une formation en commerce, elle décide, alors…
[NEWS DU SALON] Grande championne, Hamada renouvelle l'exploit
Et un, et deux victoires à Paris pour Hamada, une Normande, jugée exceptionnelle par le juge, Charles Delalande le jour du…
[EN VIDEO] La Normande devient la star du Salon international de l'agriculture 2024
Sur les billets d'entrée, ou encore sur les affiches, dans le métro, la Normande sera à l'honneur pour la 60e édition du Salon…
Publicité