Aller au contenu principal

Remembrement
Économies de temps et d'argent pour les agriculteurs

A Picauville, la procédure d'aménagement foncier a duré dix ans avec à la clé une vie plus facile pour les agriculteurs.

Ne dites surtout pas “remembrement”! L’association pour la promotion de l’aménagement foncier et rural (APAF) ne veut plus entendre parler de ce mot; elle lui préfère le doux langage “d’opération foncière”. A Picauville, mardi 9 décembre, tous les protagonistes étaient sur place pour faire le point, quatre ans après sa fin d’un aménagement qui aura duré dix ans. Plus de facilité Ludovic Viel, installé en individuel, et dont la majeure partie des terres se situe sur Picauville, avoue sa satisfaction, “mes 85 ha étaient répartis sur beaucoup de petites parcelles. Le regroupement de mes terres me permet, par exemple, de sortir et rentrer mes laitières, seul”. Autre atout, par ces temps de crise énergétique, moins de déplacement en tracteur. Philippe Catherine, maire de la commune, lui, se souvient des dix années nécessaires pour arriver à un bon résultat. “Nous l’avons lancé en 1994. Le projet a ensuite été bloqué pendant trois pour vice de forme par rapport à la loi sur l’eau. La procédure a ensuite suivi son cours en passant par Caen, Nantes et le Conseil d’État”. Pas forcément une partie de plaisir pour les élus, mais comme le souligne Philippe Catherine, “tout s’est plutôt bien passé, nous n’avons pas enregistré beaucoup de réclamations”. Donne environnementale Soyons clairs, pas question d’entrer dans le débat “pour” ou “contre”. La restructuration foncière de Picauville était indispensable “pour optimiser la gestion de l’espace et remettre à niveau la compétitivité des exploitations agricoles” lâche Philippe Ripouteau, conseiller général de St Sauveur le Vicomte et président de l’APAF. Du côté des techniciens spécialisés de la Chambre d’Agriculture, Hugues Lallemand, Sylvain Lebain ou encore Eddy Cléran, “Cet aménagement du parcellaire contribue fortement à diminuer les charges de mécanisation et donc à maîtriser les coûts de production, élément de plus en plus nécessaire pour faire face à l’évolution de la volatilité des prix de vente”. Chiffres à l’appui, la Chambre d’Agriculture démontre que sur la consommation de carburant, les écarts vont du simple au double dans des exploitations à superficie identique, “89 euros/ha pour la structure la plus économe, 136 euros pour une exploitation plus “énergivore”. Autre point qui a son importance, la concurrence de l’urbanisation. La Manche perd en effet près de 3000 ha de SAU par an. “Nous devons optimiser la gestion de l’espace rural pour éviter de pénaliser le potentiel productif agricole”. Enfin, pas question d’oublier l’environnement, “l’aménagement foncier s’intègre totalement dans le cadre du Grenelle de l’Environnement et à l’échelon départemental par le programme de développement durable de “Planète Manche” (Conseil Général)”.Picauville Chiffres clés Lors de la restructuration foncière de Picauville : - Six enquêtes publiques ont été organisées. - 25 agriculteurs et 800 propriétaires concernés - 2110 parcelles visitées, sondées et estimées en productivité agricole - 6 classes pour les terres valorisées de 10000 à 5000 points par hectare. 4 pour les près, de 8500 à 4000 points. 5 pour les pré-marais de 7000 à 3500 points. - 11 réclamations en commission départementale. - Aucun recours devant le Tribunal administratif - La surface est passée de 1356 à 1381 ha - 7500 bornes ont été posées - La surface moyenne d’un îlot de propriété a augmenté de 37%, passant de 1, 41 à 1,93 ha. La surface moyenne de la propriété étant de 3,10 ha. - 55% des propriétés maintenues dans leurs limites initiales - 9 jours sur le terrain pour estimer 1026 arbres sur 44 kilomètres de haies changeant de propriétaires. Au final 781 arbres conservés. - 2000 mètres de fossés agricoles créés - 29,5 kilomètres de haies supprimées, 12 kilomètres replantés - Coût total des travaux : 969 866 euros.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie
“ L’enfumage du plan de relance ”
Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie qui fédère 170 ETA (Entreprise de Travaux Agricoles) au plan régional, est très…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Publicité